Vendée Globe : Clément Giraud « Nous sommes simplement des coursiers des temps modernes »

Vendée Globe
Mercredi 21 octobre 2020 à 13h06

Navigateur atypique, empreint d'une solide culture maritime, Clément Giraud, skipper du monocoque Compagnie du lit / Jiliti, prendra le départ de son premier Vendée Globe le 8 novembre. S'il n'est pas un enfant du sérail de la course au large, il a dans son carquois un arc à plusieurs cordes. Retour sur les premières fois de ce coursier des temps modernes.

©Quentin Milleret, Skipper Clément Giraud - IMOCA Compagnie du Lit / Jiliti
Navigateur atypique, empreint d'une solide culture maritime, Clément Giraud, skipper du monocoque Compagnie du lit / Jiliti, prendra le départ de son premier Vendée Globe le 8 novembre. S'il n'est pas un enfant du sérail de la course au large, il a dans son carquois un arc à plusieurs cordes. Retour sur les premières fois de ce coursier des temps modernes.

La première fois que tu as découvert que certains dingues faisaient le tour du monde ?

Clément : « C'était en 1993, le Trophée Jules Verne. J'avais 13 ans. Commodore Explorer, avec Bruno Peyron, passait sous la barre des 80 jours. Puis Enza New Zealand remettait ça un an plus tard. Avec mes copains, on se disait « faire le tour du monde en bateau c'est un truc de dingues ! A l'époque, on était des « chiens des quais ». Avec mes potes on quittait le collège à midi, on allait naviguer, on revenait en cours à 14h les cheveux mouillés. On avait un laser trafiqué sur lequel on n'avait pas peur de rajouter des haubans, des bouts-dehors, des voiles de planches à l'avant et on allait naviguer comme ça. Une image contenant extérieur, bateau, camion, hommeDescription générée automatiquement La commune de Saint-François nous autorisait aussi à emprunter les planches à voile de l'UCPA. On passait notre vie sur l'eau. »

La première fois que tu as imaginé partir en solo sur le Vendée Globe ?

« Je m'en souviens parfaitement. On partait sur une régate Pro-Am à Marseille. Et on était cinq copains dans la voiture. C'était le premier Vendée Globe de Sébastien Josse. J'avais un copain qui le connaissait un peu. Et mes potes, dans la voiture, disaient : « Faire le Vendée Globe ? Quelle galère de passer trois mois sur un bateau ! ». Et moi je n'osais pas leur dire que je m'y voyais bien, moi, tout seul sur un Vendée Globe, en tous cas davantage qu'à cinq dans une voiture ! Je ne me sentais pas légitime pour dire ça. C'était comme déplacer une montagne. »

Nautisme Article
© Hortense Hébrard - Skipper Clément Giraud

La première fois que tu as assumé cette envie

« J'avais envie de faire du large. Je regardais du côté des Multi50. J'ai travaillé avec une coach qui m'a posé la question cash : « Si tu as un sponsor, maintenant, tu fais quoi ? ». J'ai fini par dire « le Vendée Globe ». C'est la première fois que je le disais clairement. Elle m'a dit : « alors fais-le ! » Aujourd'hui je me sens davantage légitime. Sur un Vendée Globe il faut avoir toutes les cordes à son arc, et pas seulement celle de la course ou de la régate. J'ai fait de la voilerie, du matelotage, construit des bateaux ; j'ai fait du solitaire, navigué sur des gros bateaux. »

Après pas mal de déconvenues, n'as-tu jamais cessé d'y croire ?

« On me parle souvent de résilience... Mais mon parcours vers ce Vendée Globe est simplement à l'image de ce que font les navigateurs depuis des centaines d'années : partir en pêche, partir en guerre ou en corsairerie, partir explorer... Les navigateurs ont toujours eu du mal à trouver des armateurs, des chantiers pour construire dans les temps, des équipages et repartir après des aléas. J'ai beaucoup lu Louis Garneray, corsaire, peintre et écrivain. Quand il décrit ses aventures, ce n'est pas si différent. Nous sommes simplement des coursiers des temps modernes ! »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.