Yannick Bestaven : « Il va falloir être dessus »

Vendée Globe
Jeudi 7 janvier 2021 à 15h50

Cinq jours après avoir franchi le Cap Horn et au bout de deux mois de mer, Yannick Bestaven est toujours le solide leader du Vendée Globe. Son avance sur ses poursuivants s’est même accrue ces dernières heures grâce à une bonne gestion d’un anticyclone qui se dressait sur sa route. Une satisfaction pour le skipper de Maître CoQ qui s’attend cependant à être ralenti dans les jours qui viennent le long du Brésil. Entretien.

©Yannick Bestaven / Maitre Coq
Cinq jours après avoir franchi le Cap Horn et au bout de deux mois de mer, Yannick Bestaven est toujours le solide leader du Vendée Globe. Son avance sur ses poursuivants s’est même accrue ces dernières heures grâce à une bonne gestion d’un anticyclone qui se dressait sur sa route. Une satisfaction pour le skipper de Maître CoQ qui s’attend cependant à être ralenti dans les jours qui viennent le long du Brésil. Entretien.

Peux-tu nous décrire les conditions dans lesquelles tu navigues ce jeudi matin ?

Le temps est couvert, c’est un peu gris, je suis à nouveau dans une petite dépression que je traverse à 90 degrés du vent, donc ça va assez vite. Il y a un peu de mer, mais ça va, ce sont des conditions plutôt propices pour faire de la vitesse, j’essaie de « tartiner » avant de probablement m’arrêter dans les prochains jours.

Revenons sur ton premier passage de Cap Horn samedi dernier, vu le cri que tu as poussé, on a eu l’impression que c’était vraiment le cap de la délivrance ?

Oui, c’était une délivrance énorme, mais ce n’est pas au Cap Horn que ça l’était vraiment, c’était plus après, une fois que les conditions se sont un peu calmées, parce que c’est sans doute le plus gros coup de vent que j’aie essuyé en bateau de ma vie. Je n’avais jamais eu autant de vent et des vagues aussi grosses, j’ai dû avoir des rafales régulières à 60 nœuds, voire un peu plus, et 8-10 mètres de vagues qui déferlaient. C’était assez dantesque. J’avais pris le parti de ne pas trop réduire car sinon, le pilote n’arrivait pas à barrer, je suis resté à trois ris dans la grand-voile et J3 (petite voile d’avant) pour garder de la vitesse. Le problème, c’était qu’en haut des vagues tu étais à 10 nœuds et que dans les surfs, tu partais à 33 nœuds avec des beaux plantés à l’arrivée, mais au moins, j’allais à peu près droit… C’était impressionnant et beau à la fois, et même si je n’ai pas vu le Cap Horn, j’étais content de le passer parce que je savais que dans quelques heures, ça allait se terminer et que j’allais retrouver des conditions normales. Et c’était quand même un rêve de marin pour moi de franchir ce fameux Cap Horn, même s’il y a forcément un peu de déception de ne pas l’avoir vu, mais je sais que je l’ai passé, c’est marqué dans les livres maintenant !

La transition a-t-elle été rapide derrière ?

La dépression m’a accompagnée encore 4-5 heures après la longitude du Cap Horn, je voulais plutôt aller le long de la ZEA (zone d’exclusion Atlantique) car j’avais en tête de rester assez Est en vue de l’anticyclone que j’ai passé hier. Le vent a alors tourné à l’Ouest, ce qui m’a fait faire une trajectoire un peu plus Nord que prévu, je me suis retrouvé dans le dévent du Cap Horn, qui porte très loin, jusqu’à 200-300 milles. La première nuit dans ce dévent, je t’avoue que je n’ai pas cherché à empanner, car j’étais comme un boxeur un peu sonné, j’avais été bien rincé par cette dépression, il faut un peu de temps pour reprendre ses esprits, tu ne passes pas tout d’un coup de trois ris-J3 à grand-voile haute et gennaker. Finalement, en fin de nuit, je me suis dit que si je voulais aller à l’Est, il fallait que je sorte de là, donc j’ai empanné, mais je suis resté sous voilure réduite, car j’avais pas mal de choses à réviser à bord avant de relancer de la toile devant. J’ai donc perdu un peu de temps, mais ça m’a permis de checker le bateau, de remettre tout en ordre, et je pense que j’ai perdu un peu moins de temps que Charlie (Dalin, Apivia) qui avait lui aussi des réparations à faire. Depuis, j’ai repris cette stratégie que je m’étais fixée de rester bien à l’Est.

Cette stratégie s’est–elle déroulée comme tu le pensais ?

Oui, l’objectif était d’arriver dans le bon timing pour négocier du mieux possible l’anticyclone qui se présentait sur la route. Je ne voulais pas me faire bloquer, donc il fallait remettre du charbon, je n’ai pas cherché à lofer, j’étais vraiment concentré sur la vitesse, et finalement, j’ai réussi à bien contourner cet anticyclone et à reprendre de l’avance sur mes poursuivants, donc c’est plutôt pas mal. Maintenant, je sais que je vais en reperdre un peu dans les prochains jours, avec des petites zones dépressionnaires devant moi qui vont casser le vent. Il y a une sacrée barrière devant, sans trop de vent, et là, ce n’est pas une histoire de la contourner ou quoi que ce soit, il faut la traverser, en espérant que ce ne soit pas zéro nœud. S’il y a un peu d’air pour avancer, je m’en sortirai, s’il n’y en a pas du tout, ce sera un nouveau passage à niveau et j’attendrai les autres.

Quand est prévue la traversée de cette zone sans vent ?

Pendant le week-end, ça va être assez mou.  On a quand même eu une météo particulière depuis le début de ce Vendée Globe, tout est fait pour qu’on avance lentement ! Ce n’est quasiment jamais de la route toute droite, on fait beaucoup de route et souvent à petite vitesse.

Il va donc falloir être bien éveillé pour ces nouveaux jours cruciaux, te sens-tu en forme ?

Oui, dès que ça va vite comme la nuit qui vient de passer, j’essaie de bien me reposer, de me faire de bons quarts de sommeil, parce que dans l’anticyclone, comme celui qu’on vient de traverser, il y a du travail. J’ai fait pas mal d’empannages sous spi, et un empannage sur un IMOCA, c’est synonyme de pas mal de gouttes de sueur versées ! Donc oui, il va falloir être dessus pour exploiter le moindre souffle de vent.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.