Charlie Dalin (Apivia) a repris la tête du Vendée Globe

Vendée Globe
Mardi 12 janvier 2021 à 7h34

Porté depuis quatre jours par des humeurs favorables, Charlie Dalin (Apivia) a repris la tête du 9e Vendée Globe. Encalminé dans l’Ouest du « pot au noir du Sud », Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) n’a pu que subir. Ce Vendée Globe monté sur ressorts est décidément très étonnant.

©Jean-Marie Liot/Alea/Disobey/Apivia
Porté depuis quatre jours par des humeurs favorables, Charlie Dalin (Apivia) a repris la tête du 9e Vendée Globe. Encalminé dans l’Ouest du « pot au noir du Sud », Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) n’a pu que subir. Ce Vendée Globe monté sur ressorts est décidément très étonnant.

Ils la voyaient bien depuis plusieurs jours, cette grande zone de calmes, ce front froid quasi permanent tout à fait identifié qui s’étire d’Ouest en Est entre Cabo Frio, en haut, et l’état de Sao Paulo, en bas. Tous savaient que cette zone régie par une haute pression portait en elle les atours de la rédemption pour les uns, et les affres de la punition pour les autres. Mais de là à imaginer qu’elle bousculerait le classement alors que, quatre jours plus tôt, Charlie Dalin concédait 450 milles à Yannick Bestaven…

Depuis quatre jours environ, tandis que le leader butait encore et encore dans une zone de vents faibles et contraires, louvoyant pour progresser dans ce couloir entre la côte brésilienne et le front froid où les fichiers promettaient un peu plus d’air qu’à l’Est, Charlie Dalin et cinq bateaux suiveurs progressaient à vive allure sur des allures portantes. Classement après classement, le leader a vu son avance s’étioler et se réduire jusqu’à peau de chagrin, pour finalement disparaître au classement de 21 heures de lundi soir.

« Le garde-barrière ? C’est un pote, se marrait Charlie Dalin joint ce matin. Cette zone de transition a joué un rôle majeur pour Yannick, qui a été le premier à buter dedans. À la tombée de la nuit, j’avançais dans un passage où le vent commençait tout juste à souffler tandis que, quelques milles devant, le vent restait faible. De temps en temps, je sortais de ce vent frais, puis j’y retournais. C’est un moment magique de ce Vendée Globe. Je ne l’aurais pas cru, si on m’avait dit il y a quatre jours que j’allais reprendre la tête, alors que j’avais 450 milles de retard. Il y a eu une opportunité, je suis content de revenir aux affaires, mais les conditions restent instables, avec des vents variables en force et en direction ».

Ce qui a joué, c’est aussi le décalage ouest-est entre les deux skippers. Contraint par les deux cellules anticycloniques qui se dressaient alors sur sa route, l’une le long des côtes, l’autre plus à l’Est, Yannick Bestaven n’a pas vraiment eu d’autre choix que de tenter de se faufiler au près dans un couloir de vents de Nord d’une douzaine de nœuds. Et les 13 virements de bord effectués en un peu plus de 36 heures ne lui ont pas permis d’échapper à la sanction.

130 milles plus à l’Est, Charlie Dalin et Thomas Ruyant (LinkedOut), mais aussi le groupe oriental emmené par Damien Seguin (Groupe APICIL) et Louis Burton (Bureau Vallée 2), a gommé tout ou grande partie du retard sur le bateau rouge, bénéficiant de l’extinction de la cellule anticyclonique qui a bloqué le leader et de la naissance d’une dépression dans le Sud. Tractés, ou poussés, chasseurs ont fondu sur leur proie.

Au classement de 5 heures, ce mardi matin, à la latitude de Caraguatatuba, cité balnéaire de l’état de Sao Paulo, Charlie Dalin menait la danse devant Thomas Ruyant (+18,3 milles), Yannick Bestaven (+25,8 nm), Damien Seguin (+40,9 nm), et Louis Burton (+56,7 nm). 50 milles encore derrière, Boris Herrmann (SeaExplorer – Yacht Club de Monaco) revient également fort : il est le plus rapide de ces 24 dernières heures, à 18 nœuds de moyenne.

Du mouvement, il pourrait y en avoir encore, à l’avant de la flotte. « Rien n’est joué, confirme le nouveau leader. Le vent n’est pas établi dans la zone où je navigue, et il se passera encore des choses tant que les vents ne seront pas établis. Ce soir, vers minuit, les choses seront plus claires, et on saura, au classement de 5 heures demain, qui a le mieux travaillé ».

Le 2e wagon dans le dur

Le moins bien servi du moment, c’est sans doute Maxime Sorel. Le skipper de V and B – Mayenne, qui revenait fort depuis le passage du cap Horn, n’a pas pu échapper à une bulle anticyclonique, et il n’est pas parvenu à se rapprocher du tableau arrière de Jean le Cam, 9e. L’écart entre les deux est de 180 milles environ, le roi Jean comptant « seulement » 200 milles de retard sur la tête de la course.

Secoué, balloté, catapulté. Progressant au près, dans l’arrière d’une dépression venue du nord et face à un courant qui casse la vague, Armel Tripon (L’Occitane en Provence) et Clarisse Crémer (Banque Populaire X) plantent des choux depuis des heures, et pour quelques heures encore. À moins de 11 nœuds de moyenne, le Nantais dit vivre « Le plus mauvais moment de mon Vendée Globe. C’est l’enfer sur mer ! ça tape fort, ça m’arrache les tripes et ce n’est vraiment pas drôle. Il y a 28-29 nœuds, avec des claques à 35 – 37, même –, et le bateau monte, et tape, et tout tremble ». Les conditions vont évoluer dans une douzaine d’heures, quand la dépression aura glissé dans leur sud. Ce sera alors l’heure de la transition qui mène… au front froid semi-permanent qui a redistribué les cartes, en tête de course. Il faudra aux deux skippers choisir avec justesse le point de virement pour négocier au mieux la jonction du flux de Sud-Est et le vent qui vient de Nord-Ouest qui vient en prélude de la zone de calmes.

Plus bas, en 13e position, Romain Attanasio  commence déjà à vivre un moment pas très marrant : pris dans la dépression dont sort tout juste le tandem Tripon-Crémer, le skipper de Pure – Best Western va se faire secouer toute la journée par des vents à plus de 30 nœuds, de nord d’abord dans la dépression principale, de sud-ouest ensuite dans la dépression secondaire. Le compagnon de Sam Davies va devoir serrer les dents jusqu’à demain matin.

Arnaud Boissières (La Mie Câline – Artisans Artipôle), Alan Roura (La Fabrique) et Jérémie Beyou (Charal) naviguent toujours de conserve dans le sud de l’île des États. Les trois ont trouvé le temps long, coincé par une molle après le cap Horn, franchi hier. « On s’est appelé, avec Jérémie, raconte le jeune Suisse, double cap-hornier à seulement 27 ans. On s’est rendu compte qu’on n’a vécu que sur deux modes : soit le mode 5 nœuds de vent, soit le mode 30 nœuds. A la sortie du Horn, tu es content d’avoir un temps pour respirer mais, finalement, c’est bon, on préfère avoir trente nœuds ! »

Pip Hare, 17e au cap Horn

Le « caillou », Pip Hare (Medallia) l’a passé cette nuit, aux alentours de 3 heures du matin, et elle l’a vu de près ! Aussitôt, la prodigieuse Britannique a mis un coup de sud puis un coup de nord dans sa route. A 2,5 milles des côtes encore ce matin, Pip ne devait pas voir grand-chose. Outre le fait qu’il y fait nuit, la visibilité est d’à peine plus d’un demi-mille. Lugubre et puissant à la fois. Le prochain à passer le troisième cap sera Stéphane le Diraison (Time for Oceans), en 18e position ou Didac Costa (One Planet One Ocean), 19e. Les deux sont à environ 300 milles, mais ce pourrait ne pas être pour aujourd’hui : une bulle anticyclonique vient contrarier leur progression dans l’après-midi avant de laisser place à du vent arrière d’une quinzaine de nœuds. Décidément, rien n’est vraiment gratuit, dans cette 9e édition.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.