Interview en double de Samantha Davies et Nicolas Lunven : « Cette coalition vaut plus que n'importe quel résultat sportif »

Course au large
Mercredi 1 septembre 2021 à 17h00

La skipper anglaise Samantha Davies et le breton Nicolas Lunven ont décroché la 5e place de la Rolex Fastnet Race dans la catégorie Imoca. Une belle performance pour la première du duo de la Team Initiatives-Cœur qui en a appris beaucoup sur son équipe.

©Initiatives Coeur
La skipper anglaise Samantha Davies et le breton Nicolas Lunven ont décroché la 5e place de la Rolex Fastnet Race dans la catégorie Imoca. Une belle performance pour la première du duo de la Team Initiatives-Cœur qui en a appris beaucoup sur son équipe.

Comment votre duo s'est-il formé ?

Samantha Davies : "Nicolas a été la première personne à me proposer de l’accompagner. Il était extrêmement motivé et pour moi, l’envie et l’enthousiasme sont très importants. Nicolas a énormément de talent, il a gagné deux Solitaire, ce n’est pas rien. Je sais qu’il connaît très bien les IMOCA puisque c’est un concurrent depuis quelques années déjà. Je cherchais quelqu’un qui pourrait m’apporter à moi, mais aussi à toute l’équipe d’Initiatives-Coeur. A ses côtés je voulais avancer, progresser, apprendre. C’était un de mes premiers choix de coéquipier pour cette année et j’étais très heureuse lorsque cela s’est confirmé."

Nicolas Lunven : "Samantha est une très grande navigatrice et le projet Initiatives-Coeur m’attirait beaucoup ! Je dois dire que je ne suis pas déçu... C’est un projet qui allie solidarité et défi sportif, une belle équation ! Et puis notre bateau n’était pas de toute dernière génération ! Mais nous avons pu constater sur la Rolex Fastnet Race que nous étions capables, malgré tout, de faire un parcours tout à fait honorable. Cela a tout de suite fait sens chez moi de m’impliquer dans quelque chose de solidaire. On remarque souvent ce type d’initiatives sur le Vendée Globe et tout au long de l’année. Initiatives-Coeur a réussi à apporter une vision qui est très parlante. Ce n’est pas seulement un programme qui profite de la visibilité qui lui est offerte durant les courses, non, c’est un vrai projet inscrit dans la durée."

Vos impressions face à cette 5ème place ?

S.D. : "Moi je suis très satisfaite, c’est la place que nous voulions. Nous nous sommes mis des objectifs avec Nicolas, nous souhaitions être le premier bateau « d’ancienne génération » et le défi a été relevé puisque devant nous il y a trois bateaux neufs et le Arkéa de Sébastien Simon, mais c’est un bateau d’ancienne génération qui a beaucoup plus d’optimisation récentes ! Donc je suis très fière de nous, je pense que l’on a rempli nos objectifs."

Nautisme Article
© Initiatives Coeur

Vous avez terminé devant des bateaux au potentiel similaire comme ceux d'Isabelle Joschke et de Romain Attanasio... Êtes-vous satisfaits ?

S.D. : "Oui, ce sont des concurrents directs et ce ne sont pas des bateaux faciles à battre puisque ce sont de très bons marins et des bateaux qui sont, comme Initiatives-Coeur, très bien optimisés, très bien entretenus, avec de grosses équipes autour. C’est donc une très grande satisfaction pour nous ! Mon mari était juste derrière, ça promet pour la suite (rires)."

N.L. : "Je partage les mêmes impressions que Samantha. Lorsque nous analysions le plateau au départ, nous pouvions difficilement espérer faire mieux que cinquième. Nous sommes même parvenus à battre quelques bateaux qui ont un potentiel supérieur au nôtre. C’était notre première compétition ensemble, donc au-delà de l’objectif purement sportif ce qui comptait aussi c’était d’en apprendre plus sur notre duo. Ça a été une excellente répétition en vue de la Transat Jacques Vabre qui va se courir à l’automne. Ça m’a permis de prendre mes marques sur le bateau, de voir que tout fonctionne. Il est fiable, efficace et opérationnel ! Nous le gardons dans ce bel état de forme jusqu’à la fin de l’année !"

La Fastnet Race était un premier test d’envergure, quel enseignement en tirez-vous ?

S.D. : "Cela fait peu de temps que nous naviguons ensemble puisque Nico était déjà engagé jusque là, donc nous n’avions pas vraiment eu d’entraînement avant. Ça a été génial pour moi de le voir se familiariser très rapidement avec le bateau. Je ne suis pas surprise, il a beaucoup d’expérience en IMOCA. C’était très rassurant. Et aussi, Nicolas m’a donné énormément de conseils auxquels j’essayais de ne pas être hermétique : cela fait longtemps que je navigue avec mon bateau, j’ai l’impression de très bien le connaître mais j’essaie aussi d’être ouverte d’esprit pour accueillir tous ses bons conseils et ainsi prendre un peu plus de vitesse."

Quels sont vos points forts ?

S.D. : "J’ai l’impression que nous sommes tous les deux à l’aise avec ce bateau qui est simple et fiable. Je touche du bois en disant cela puisqu’avec les IMOCA nous ne sommes jamais à l’abri de quelques surprises (rires). Je sens qu’il y a de la confiance et du respect entre nous et même si c’est le début de notre duo nous communiquons déjà très bien. J’ai été très satisfaite par la façon dont nous avons joué notre stratégie. Tout était toujours extrêmement fluide".

N.L. : "Avant le départ de la Rolex Fastnet Race nous avions du faire seulement trois navigations sur le bateau. Assez vite nous avons trouvé un fonctionnement efficace. Nous nous comprenons très vite avec Sam, nous savons où nous voulons aller. Je pense que nous avons tous les deux des qualités d’écoute, nous n’avons pas besoin d’échanger trop longtemps pour comprendre ce que veut l’autre.  Cette coalition vaut plus que n’importe quel résultat sportif. C’est aussi ça la réussite du début de notre collaboration. L’équipe d’Initiatives-Coeur est aussi une grande découverte pour moi. Ils sont efficaces dans la bonne humeur, c’est très plaisant."

Nautisme Article
© Initiatives Coeur

Est-ce qu’un épisode de la Rolex Fastnet Race vous a particulièrement marqué ?

S.D. : "Me concernant c’est le départ... Il s’est fait dans des conditions dantesques ! Je pense qu’en France nous n’aurions pas eu le droit de se lancer dans des conditions pareilles. La météo était mouvementée : 30 à 35 nœuds dans le Solent, 350 bateaux et la course est lancée quand même ! Cela fait beaucoup de bateaux dans une zone très restreinte. Ça m’a énormément marqué… J’étais stressée pour l’IMOCA, par les tirants d’eau du Solent, la présence du public. Mais nous étions à la fois très concentrés, nous avons fait les bons choix de voile et eu les bons réflexes pour minimiser les prises de risque à ce moment-là."

N.L. : "Nous avons vécu quelque chose de magique et c’est finalement ce qui participe au côté mythique de cette course. Le départ était tonique, très musclé. Les conditions de vent étaient extrêmement soutenues. Après quelques heures la météo s’est calmée et nous avons eu des conditions exceptionnelles de beau temps  : un grand ciel bleu, un vent plutôt clément. Nous avons profité des couchers et levés de soleil. Le deuxième soir de course lorsque nous sommes arrivés à proximité de la côte irlandaise le panorama était majestueux."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…