Transat Jacques Vabre : le bonheur des premiers arrivés en attendant le sacre des Ultimes

Transat Jacques Vabre
Mardi 23 novembre 2021 à 10h54

Leurs nerfs mis à rude épreuve durant quinze jours, PRIMONIAL, KOESIO et LEYTON ont franchi la ligne d'arrivée de la Transat Jacques Vabre dans la nuit de lundi à mardi à Fort-de-France en Martinique, pour s'imposer dans la catégorie des multicoques de 15 m, avant les super stars de la course, les Ultimes, dont le parcours est plus long.

©Jean-Marie Liot
Leurs nerfs mis à rude épreuve durant quinze jours, PRIMONIAL, KOESIO et LEYTON ont franchi la ligne d'arrivée de la Transat Jacques Vabre dans la nuit de lundi à mardi à Fort-de-France en Martinique, pour s'imposer dans la catégorie des multicoques de 15 m, avant les super stars de la course, les Ultimes, dont le parcours est plus long.

Primonial vainqueur

Rogues et Souben, vidés mais heureux. Le tandem, associé pour la seconde fois sur la course en double, a laissé éclater sa joie après avoir été le premier des 75 bateaux encore en course à couper la ligne dans la baie de Fort-de-France, à 21h54 lundi heure locale (2h54 heure de Paris).

Ils remportent ainsi la course dans la catégorie des Ocean Fifty (multicoques de 15 m), l'une des quatre classes de voiliers engagées sur la course. Les organisateurs ont mis en place trois parcours différents en fonction de la classe du bateau pour permettre une arrivée relativement groupée.

"C'est beaucoup de bonheur, on est heureux des efforts qu'on a fournis pendant quinze jours. C'est génial ! C'est des moments rares dans une vie, et ça, ça n'a pas de prix", a lancé un large sourire aux lèvres Rogues, qui répondait aux journalistes depuis son bateau amarré au ponton éclairé par la pleine Lune et en l'absence de public en raison du couvre-feu en vigueur en Martinique.

Nautisme Article
Primonial vainqueur de la Transat Jacques Vabre en Ocean Fifty © Jean-Marie Liot

Les deux marins sont arrivés avant les bateaux les plus rapides du monde, les Ultimes, qui ont un parcours un tiers plus long que les Ocean Fifty, et dont l'actuel leader, le tandem Franck Cammas/Charles Caudrelier (Maxi Edmond de Rothschild) est attendu à partir de la mi-journée mardi (heure de Paris).

"Ca fait toujours plaisir d'arriver avant les Ultimes, faut le dire! Ils n'avaient vraiment pas le même parcours que nous et, de toutes façons, ça reste les plus beaux bateaux du monde avec les meilleurs marins du monde. Ça, ça ne changera pas. Mais il y a peu de chance dans la vie où tu peux gagner la Jacques Vabre et encore moins la gagner devant les Ultimes alors peut-être que celle-là, ce sera la seule de notre vie", s'est réjoui Rogues.

Nautisme Article
Rogues et Souben, vidés mais heureux.© Jean-Marie Liot

La course a été éreintante, physiquement mais aussi psychologiquement en raison de la dimension stratégique qui a prévalu dès le départ du Havre et pour l'ensemble de la flotte de cette quinzième édition.

"Cette Transat Jacques Vabre a été plus longue que prévue, on s'est tous fait un peu surprendre, c'était beaucoup d'engagement psychologique. On n'a pas eu les grandes tempêtes de novembre à traverser dans le golfe de Gascogne mais par contre ça a été très stratégique, le jeu d'échecs sur l'Atlantique a commencé dès Ouessant, donc très tôt. Du coup, on a laissé énormément d'énergie là-dedans", a résumé Souben.

Erwan Le Roux et Xavier Macaire s’offrent une 2e place avec panache !

À 5h22 (heure de Paris), c’est au tour d’Erwan Le Roux et Xavier Macaire de franchir la ligne d’arrivée. Le duo a bouclé les 5 800 milles du parcours, terminant ainsi deuxième dans leur catégorie des Ocean Fifty au terme d’une course haletante. Le Trinitain signe ainsi son sixième podium (dont trois victoires) sur l’épreuve tandis que son co-équipier, Figariste de talent, s’octroie un premier succès en multicoque.

Nautisme Article
KOESIO© Jean-Louis Carli
  « Nous avons fait une superbe course avec Xavier à bord de Koesio. Nous n’avons rien lâché. Nous avons animé cette course du bout en bout. Dès le début, nous avons joué les premiers rôles. Ça s’est ensuite joué à Tenerife puis à Madère, où Primonial a choisi une autre option et a compté jusqu’à 200 milles d’avance. Sébastien Rogues et Matthieu Souben ont super bien navigué. Ils ont été vite tout le temps et ils méritent leur victoire. J’ai été subjugué par leur vitesse et par leur réussite stratégique. Bravo à eux », a commenté le skipper, beau joueur, comme à son habitude. « C’est super satisfaisant. Nous avions envie de bien faire, mais nous ne savions pas trop comment nous situer. Dès la première nuit, nous nous sommes retrouvés aux avant-postes. Au bout de deux jours nous étions en tête. Nous y sommes restés quelques jours. Ça a bien bataillé », a ajouté Xavier Macaire. Lors de ces 15 jours de mer, les deux hommes ont fait preuve de détermination et de ténacité. Confrontés à de gros problèmes d’énergie lors de la dernière semaine de course et dès lors restreints en eau puis en gasoil, ils ont dû s’adapter et redoubler de pugnacité. « A l’arrivée il ne nous reste rien. On a bu notre dernière gourde en passant le Rocher du Diamant. On a réussi à gérer et c’est ce qu’il fallait pour rester lucides jusqu’au bout et prendre les bonnes décisions avec notre routeur Jean-Yves Bernot qui a fait un travail phénoménal également », a souligné Erwan qui a pu compter sur son expérience pour préserver au mieux ses ressources et celles du bateau.

Nautisme Article
Erwan Le Roux et Xavier Macaire s'offrent une 2e place © Jean-Marie Liot
Une performance d’équipe

« Une transat, ce n’est pas une normalité. Ça reste une épreuve éprouvante pour le corps. La fatigue s’accumule vite : dans des conditions humides et chaudes les efforts à fournir dans les manœuvres sont difficiles et il faut parallèlement mener des réflexions stratégiques. Pour autant, nous arrivons lucides et frais et je pense que c’est ce qu’il faut un résultat », a relaté le Morbihannais qui n’a jamais cédé non plus sous la pression du duo Sam Goodchild – Aymeric Chappellier revenu très fort peu avant le passage de l’archipel de Fernando de Noronha. « Pour qu’il y ait une belle régate, il faut des bons concurrents et je pense qu’avec Leyton, Primonial et Solidaires en Peloton - ARSEP et toute la classe de manière générale, c'était assez serré. Il n’y a pas eu de gros écarts et la régate a été intense. Cette deuxième place nous va à merveille. Je remercie mon équipe et celle qui a construit le bateau. Je remercie également l’ensemble des collaborateurs de Koesio dont le soutien a été précieux à chaque instant », a ajouté Erwan, alors rejoint par son acolyte : « Je suis très content de cette participation avec Erwan. Ça a été une belle aventure à bord d’un beau bateau, avec des supers partenaires et un beau skipper ».

Leyton s’empare de la 3e marche du podium

C’est à 6h42 (heure de Paris) que le trimaran Leyton, skippé par Sam Goodchild et Aymeric Chappellier a franchi la ligne d’arrivée. Sam et Aymeric décrochent la 3e place en Ocean Fifty et n’auront rien lâché depuis le départ du Havre. Ils terminent seulement trois heures et 48 minutes derrière le vainqueur, Primonial.

Sam et Aymeric, accompagnés de leur routeur, Marcel Van Triest, ont réalisé une magnifique remontée malgré un démarrage de course compliqué. 5e aux Canaries puis au Cap-Vert, le duo qui a dominé la saison lors du Pro Sailing Tour reste concentré et commence à amorcer une belle attaque à la faveur d’une bonne lecture du plan d’eau au passage du Pot-au-Noir. “ Nous avons trouvé un bon trou de souris pour passer le Pot-au-Noir, ce qui nous a permis d’avoir un meilleur angle par rapport aux autres, ça nous a ramené dans le match ” explique Sam.

Nautisme Article
Leyton s'empare de la 3e marche du podium © Jean-Marie Liot

Sam et Aymeric sont les deuxièmes à enrouler l’archipel Brésilien de Fernando de Noronha. Ils ne sont alors qu’à une cinquantaine de milles de Primonial, leader depuis Les Canaries. L’archipel franchi, il reste encore 2 000 milles devant les étraves de Leyton… Tout reste possible. Koesio, Erwan le Roux et Xavier Macaire, est lui aussi dans le jeu pour le podium et le match s’intensifie entre les trois bateaux. Un match que les compétiteurs de Leyton adorent !

Une longue bataille d’empannages se dessine alors le long des côtes brésiliennes. Peu après Fernando de Noronha, Koesio réussit à se glisser devant Leyton. Au coude-à-coude avec Erwan Le Roux et Xavier Macaire jusqu’à l’arrivée, Sam et Aymeric prennent finalement la troisième place de cette Transat Jacques Vabre. Ils commencent à bien se connaître et ont fonctionné au diapason pendant ces presque 16 jours de course. Au ponton, les deux hommes tout sourire avouaient leur satisfaction d’avoir vécu une course intense à la barre d’une magnifique machine de course. Leyton est un bateau rapide et sensible à la barre, un bateau exigeant aussi. C’était la première transat de Sam et Aymeric en Ocean Fifty et visiblement, ils ont tous les deux apprécié l’exercice ! “Ce sont des bateaux extraordinaires qui peuvent aller très vite, donc il faut faire attention. Nous avons appris énormément de choses." conclut Sam avant de quitter le ponton pour savourer, avec l’ensemble du Team Leyton, cette superbe troisième place.

Nautisme Article
LEYTON© Jean-Louis Carli

Une fois les marins débarqués, les bateaux sont mis en sécurité dans un autre endroit que le village de la course à la suite d'une décision prise lundi soir par la directrice générale Caroline Caron.

"Nous avons eu une alerte émanant d'un possible rassemblement qui pourrait potentiellement voir des dégradations qui peut-être n'existeront jamais parce que, comme on voit, c'est très calme, on n'a pas de signaux d'urgence", a expliqué Mme Caron.

La décision a été prise à la suite de la manifestation qui s'est déroulée, sans incident, sur l'île lundi, à l'appel d'organisations syndicales protestant notamment contre l'obligation vaccinale des soignants. Certains manifestants sont notamment entrés dans le village de la course.

L'installation du village d'arrivée de la Transat Jacques Vabre à Fort-de-France avait fait l'objet de critiques de la part de mouvements anticolonialistes.

Après les Ultimes, les projecteurs seront sur les Imoca (les bateaux du Vendée Globe, monocoque de 18 m), dont le podium se jouera a priori dans la journée de jeudi, puis sur les Class 40 (monocoques de 12 m), attendus le 30 novembre.

Pour retrouver l'intégralité du classement, c'est par ici !

Pour plus d'articles sur la Transat Jacques Vabre, découvrez le dossier de la rédaction !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…