La marinière : de la mer à la rue

Carnet de voyage
Dimanche 28 novembre 2021 à 6h30

Des matelots du 19ème siècle, en passant par Brigitte Bardot, Pablo Picasso, Jean-Paul Gaultier et plus récemment Arnaud de Montebourg, la marinière n’a eu de cesse de se réinventer. La rédaction vous propose de revenir sur l’histoire de ce vêtement mythique qui n’a pas fini de nous surprendre.

©DR

Des matelots du 19ème siècle, en passant par Brigitte Bardot, Pablo Picasso, Jean-Paul Gaultier et plus récemment Arnaud de Montebourg, la marinière n’a eu de cesse de se réinventer. La rédaction vous propose de revenir sur l’histoire de ce vêtement mythique qui n’a pas fini de nous surprendre.

Avant 1858, seuls les officiers de la Marine se devaient de porter une marinière ; marinière qui n’avait alors rien à voir avec la marinière que l’on connait aujourd’hui. C’était une simple blouse blanche immaculée avec un large col, dit « col marin ».

Mais le 25 mars 1858, un décret étatique impose le port d’un uniforme au sein de la Marine par les matelots : le tricot rayé bleu indigo qui servait alors de tricot de corps. C’est la marinière, vêtement dont on trouve des traces depuis le 19ème siècle dans de vieilles lithographies bretonnes.

Contrairement à aujourd’hui, où la marinière est déclinée sous toutes ses formes, la marinière officielle se doit de respecter certains critères : « 21 rayures blanches, chacune deux fois plus longues que les 20 à 21 rayures bleu indigo » selon les termes du décret.

Que signifient ces 21 rayures ?

Plusieurs interprétations s’affrontent. L’interprétation la plus répandue mais aussi la plus symbolique est qu’elles représentent les 21 victoires de Napoléon. D’un point de vue pratique, ce motif permet également de repérer plus facilement un marin tombé à l’eau. Cependant, une interprétation plus technique veut qu’elles soient le fait des contraintes imposées par le mode de tissage. Le nombre de rayures serait alors seulement le résultat de la longueur réglementaire du tricot, des épaules aux cuisses.

Peu à peu, la marinière va s’affranchir et quitter les bancs de la Marine pour les défilés, la rue et le cinéma !

Ainsi, pendant la première guerre mondiale, Coco Chanel démocratise la marinière en commercialisant une version plus courte, plus pratique et plus féminine, dans sa boutique de Deauville.

Dans les années 1960, Jean-Luc Godard fait de Jean Seberg et de Brigitte Bardot des icônes, respectivement dans «A bout de souffle » (1960) et « Le Mépris » (1963), en faisant revêtir à ses héroïnes une marinière. Sans oublier, Picasso qui s’est crée une véritable identité en portant le célèbre vêtement français dès 1952 !

Cependant, c’est véritablement en 1966 que la marinière devient un vêtement haute couture grâce à Yves-Saint-Laurent qui la modernise et la fait figurer dans sa collection « matelot ». Puis Jean-Paul Gaultier fait de l’ancien tricot de corps son emblème en 1978. Non seulement il la fait porter à ses modèles en la revisitant sans cesse ( robe, jupe, casquette, chaussettes…), mais la porte également lui-même, telle une signature visuelle.

Réaction en chaîne, la marinière est progressivement reprise par les créateurs de mode. Karl Lagerfeld, Kenzo ou encore Sonia Rykiel ont tous apporté leur touche au vêtement iconique.

En 2011, la marinière est choisie pour être le maillot officiel de l’Equipe de France de football. Très décrié, il sera abandonné en 2012.

Cette même année, nouveau tournant dans l’histoire de la marinière. Elle se politise en devenant le symbole des défenseurs du « made in France », après qu’Arnaud de Montebourg l’ait arborée en Une du Parisien Magazine.

De la mer à la rue, la marinière n’a pas fini de faire parler d’elle !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…