Office de tourisme de Serre-Ponçon : « Serre-Ponçon est une destination nautique à part entière »

Carnet de voyage
Mercredi 3 juin 2020 à 16h00

Au cœur des Alpes du sud, Serre-Ponçon est devenue au fil des années une destination nautique incontournable grâce à ses nombreuses activités autour et sur le lac, et ses paysages de carte postale. Entretien avec Alexis Aubespin, directeur de l'office de tourisme de Serre-Ponçon, et Christophe Piana, directeur du Syndicat Mixte d’Aménagement et de Développement de Serre-Ponçon.

©HC-Photographie
Au cœur des Alpes du sud, Serre-Ponçon est devenue au fil des années une destination nautique incontournable grâce à ses nombreuses activités autour et sur le lac, et ses paysages de carte postale. Entretien avec Alexis Aubespin, directeur de l'office de tourisme de Serre-Ponçon, et Christophe Piana, directeur du Syndicat Mixte d’Aménagement et de Développement de Serre-Ponçon.

Êtes-vous satisfaits des récentes annonces gouvernementales ?

« Les annonces gouvernementales ont fait beaucoup de bien ! Cela permet d’entamer des campagnes de commercialisation plus sainement car la barrière des 100 km était assez rédhibitoire, notre territoire étant assez éloigné des centres urbains. »

Nautisme Article
© HC-Photographie

En quoi Serre-Ponçon est une destination nautique ?

« Serre-Ponçon est une destination nautique autour de plusieurs points. C’est une destination aménagée et qui permet de pratiquer l’ensemble des activités nautiques sur le lac, qui dispose de pontons, de cales de mise à l’eau, de carénage, de stations d’avitaillement, ce qui est un point purement matériel et pratique. Ensuite, il y a une particularité climatique qui permet au lac sur sa phase matinale d’avoir un plan d’eau plat et calme, ce qui permet de pratiquer des activités nautiques comme la pêche, l’aviron, le wakeboard… mais par contre, vu la situation montagnarde avec une entrée d’eau de montagne couplée à un climat plutôt méditerranéen, cela crée des variations de température qui génèrent un vent thermique qui transforme le lac l’après-midi en une zone de jeu pour toutes les activités de voile.

Ces atouts, rares pour des plans d’eau intérieurs, font qu’il y a une dizaine d’années, les élus du territoire ont considéré que face à la baisse du tourisme que l’on appelle « social » et qui a fait la richesse du territoire pendant des décennies, il était indispensable de jouer la carte du nautisme à fond et aujourd’hui, Serre-Ponçon devient une destination nautique à part entière et le Syndicat mixte a pour mission de mettre en face de cette ambition les aménagements qui permettent de valoriser les atouts naturels du territoire par de la prestation privée et de l’équipement public. Aujourd’hui, nos visiteurs ont le sentiment de se retrouver dans un lieu totalement naturel et qui apparaît comme une réelle mer à la montagne. »

La gestion de la réouverture des plages a-t-elle été différente de celle du littoral ?

« Le lac de Serre-Ponçon fait 2 800 hectares de superficie. Tout autour du lac il y a des plages, des ports. La stratégie a été d’aborder la question des plages non pas au plan balnéaire mais en termes d’accès au lac. Il fallait faire comprendre aux pouvoirs publics qu’il était important de rendre possible l’accès à l’ensemble des berges ne serait-ce que pour répartir au mieux la fréquentation, mais également pour donner accès aux activités nautiques. »

Les activités nautiques sont donc autorisées sur le lac ?

« Nous n’échappons pas à la règle nationale concernant les mesures de distanciation et les règles sanitaires. L’idée a été de prioriser les activités qui étaient envisageables au regard du contexte sanitaire et donc un arrêté a permis aux plaisanciers et autres utilisateurs du lac d’en profiter lors du week-end de l’Ascension. L’idée est de pouvoir décloisonner tout cela assez vite dans les semaines qui viennent et de rendre l’utilisation du plan d’eau possible pour les professionnels, toujours dans le respect des règles sanitaires. »

Nautisme Article
© Le Naturographe

Quelles sont vos actions de communication ?

« Il y a une première étape qui s’est faite sur un angle de notoriété avec une campagne de communication que l’on a lancé le 10 mai pour remontrer à nos publics cibles que Serre-Ponçon est une perle rare, nous avons un effet carte postale assez incroyable et nous avons des taux de réponse presque 5 fois supérieurs à ce que l’on atteint en temps normal. Nous avons désormais une deuxième phase de mise sur le marché de l’offre, car bien sûr nous avons perdu des réservations, et ce jusqu’au mois de septembre, pour ces deux premières phases.

Lorsque nous serons à des jauges acceptables d’un point de vue de la fréquentation touristique, nous aurons une communication sur la commercialisation des activités de loisirs et notamment nautiques, sur internet afin d’éviter le maximum les contacts sur place lors des réservations. Nous allons mettre en place un protocole sanitaire commun à l’ensemble des prestataires du territoire de Serre-Ponçon. Nous voulons rassurer les vacanciers et faciliter la vie sur place. »

Quelle est votre haute saison touristique ?

« Nous avons une grosse saison estivale mais aussi hivernale, avec une importante semaine autour du jour de l’An, mais également les vacances de printemps pour tout ce qui concerne la montagne. Autour du lac, en fonction du niveau d’eau, le mois de mai est très agréable ainsi que septembre. Nous avons en moyenne 5 mois d’activité avec deux gros mois que sont juillet et août. Nous observons tout de même un décalage vers le mois d’août, comme partout en France. Nous accueillons environ 1,5 millions de personnes sur la période estivale, sur tout le territoire. »

Nautisme Article
© Le Naturographe

Les réservations ont-elles repris ?

« Les réservations ont repris légèrement à l’annonce du déconfinement le 11 mai mais nous avons eu également de nombreuses annulations de la part de la clientèle étrangère, belge et néerlandaise notamment. Elle représente tout de même 30% de notre fréquentation l’été. En revanche, lorsque le premier ministre a annoncé que les Français pourraient partir en vacances cet été, nous avons eu une vague de réservations uniquement sur les meublés de tourisme (les locations individuelles). Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus dépendants de l’hôtellerie de plein air. La réouverture des campings était indispensable pour nous. 

Ce que l’on observe au niveau du Syndicat concernant les réservations des places de ports (1 200 au total, donc 700 publiques), l’attractivité du lac pour la partie plaisance pour notre clientèle régulière n’a pas connu de baisse. Nous avons également des demandes de renseignements de la part d’une clientèle du littoral maritime, qui semble avoir quelques réserves à pratiquer leur activité sur un littoral que l’on sait saturé. »

Quels types de vacanciers accueillez-vous à Serre-Ponçon ?

« La famille est très présente sur la période scolaire et en dehors nous avons une grande clientèle sportive, que ce soit sur la partie lacustre ou la partie montagne de la destination. Notre spécificité est que nous proposons une grande diversité de paysages et d’activités : Serre-Ponçon peut être un compromis sympathique pour satisfaire toutes les envies d’une famille, avec des activités pour les adultes, les ados et les enfants. Nous ne nous adressons pas cependant aux familles qui surconsomment la plage, les commerces… Notre approche est plus qualitative et moins intensive. »

Nautisme Article
© Le Naturographe

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.