Le témoignage bouleversant d'un habitant de l'Île Maurice au coeur de la marée noire

Carnet de voyage
Vendredi 14 août 2020 à 18h00

Depuis le naufrage du vraquier MV Wakashio au large des côtes de l’île Maurice, les habitants se mobilisent afin d’enrayer cette crise écologique grave. Découvrez le témoignage de Tareq Narod qui se rend régulièrement sur les côtes de l’île pour aider à récupérer les 800 tonnes de fioul qui se déversent dans l’océan Indien.

©AFP
Depuis le naufrage du vraquier MV Wakashio au large des côtes de l’île Maurice, les habitants se mobilisent afin d’enrayer cette crise écologique grave. Découvrez le témoignage de Tareq Narod qui se rend régulièrement sur les côtes de l’île pour aider à récupérer les 800 tonnes de fioul qui se déversent dans l’océan Indien.

« Le bateau s’est échoué le 25 juillet dernier sur nos côtes et il est resté là pendant deux semaines. Le vraquier est arrivé perpendiculairement au rocher à une vitesse de 11 nœuds, c’est la vitesse de dérive d’un bateau de cette taille (300 mètres). cp. Il est arrivé perpendiculairement et pendant deux semaines rien ne s’est passé. La proue du bateau a glissé sur le récif à tribord pour se retrouver en haute mer. Les vagues et le vent sont venus rabattre l’arrière du bateau sur le récif et c’est à partir du lendemain, le 7 août, qu’il s’est fissuré et qu’il a commencé à déverser son fioul.

Directement des boudins ont été placé pour récupérer le carburant mais on manquait cruellement de matériel, le mazout continuait à se déverser dans la mer. Le bateau est en dehors du lagon, il est de l’autre côté du récif mais il perd tout son mazout directement dans le lagon à cause du courant. Je me sens particulièrement touché car la mer c’est mon truc. Je suis allé sur place dès vendredi pour regarder un peu comment ça se passait et samedi j’y suis allé pour donner un coup de main pour endiguer la marée noire. J’avais des choses de prévues mais j’ai mis certaines choses en pause pour pouvoir me libérer pour aider les autres Mauriciens de l’île à construire des bidons. Ce sont des moments assez « speed ». Des barges ont été rapidement installées pour récupérer le mazout qui est pompé dans l’océan. Elles ont été placées par les Mauriciens, le peuple est très présent ainsi que les associations.

Nautisme Article
Les barges sont installées pour récupérer le mazout qui est pompé dans l'océan. © Tareq Narod

Il y a l’association Eco Sud, qui est sur le front et qui coordonne l’action des Mauriciens. Ils nous disent où aller si nous voulons participer à la fabrication des boudins. La principale action citoyenne qui a été mis en place c’est la fabrication de boudin à l’aide de pailles de cannes et de cheveux que les Mauriciens donnent. Le cheveu a une capacité d’adsorption pour retenir le fioul donc il est très efficace. À Maurice il faut savoir qu’on a un sentiment patriotique et une culture de solidarité qui est très fort, donc les Mauriciens qui ont accès à l’information se mobilisent et se déplacent pour donner un coup de main. Dimanche il y avait environ 1 000 personnes qui étaient présentes à coudre des boudins, à pomper… etc. Les Mauriciens se sentent concernés par la catastrophe et nous essayons tous d’avoir un impact.

Nautisme Article
Tous les Mauriciens se sentent concernés par la catastrophe et nous essayons tous d'avoir un impact.© Tareq Narod

Sans matériel la seule chose qu’on peut faire c’est coudre des boudins, mais aujourd’hui tous ceux qui veulent aider le font, donc nous avons un surplus de boudins parce que nous n’avons pas la capacité d’aller les placer dans la mer. Je possède un dinghy (petit bateau) que j’ai essayé de mettre à l’eau pour placer des boudins mais mon bateau a eu un problème alors je  n’ai pas pu le faire. Les quelques pêcheurs ou bénévoles qui ont mis leurs embarcations à disposition pour placer les boudins sont impuissants parce que le gouvernement a interdit la navigation dans la zone. Je voulais absolument aider et mettre mon bateau dans l’eau pour placer des bidons et enrayer la marée noire, mais le gouvernement est clair et menace les habitants non obéissant d’exclusion. Nous avons reçu une aide internationale, notamment du matériel qui vient de la Réunion. Cette aide a été très utile car nous arrivons à contenir beaucoup plus de pétrole depuis que nous avons reçu du meilleur matériel. 

Nautisme Article
Je voulais absolument aider et mettre mon bateau dans l'eau pour placer des boudins et enrayer la marée noire, mais le gouvernement est clair et menace les habitants non obéissant d'exclusion. © Tareq Narod

Cela fait quelques jours qu’il y a plus de personnes qui se mobilisent pour aider, mais il faut pouvoir les nourrir. Plusieurs stands de nourritures offrent les repas aux bénévoles qui sont venu combattre cette marée noire. Les gens qui viennent continuent de coudre des boudins, il faut que nous rassemblions de la toile, des aiguilles du fil nylon, des bouteilles vides pour que les boudins puissent flotter et de la paille. Une fois que les boudins sont confectionnés, des personnes viennent récupérer les boudins pour les placer stratégiquement dans la mer. Les citoyens et les ONG agissent en autonomie, nous sommes devant le fait accompli. Devant l’urgence de la situation nous n’attendons pas, nous faisons tout ce que nous pouvons pour agir.  

Nautisme Article
Plusieurs stands de nourritures offrent les repas aux bénévoles qui sont venu combattre cette marée noire© Tareq Narod

Je ressens une grande tristesse et une grande rage, car je pense qu’on aurait pu éviter cette catastrophe. Je suis profondément triste, même si on arrive à enlever le fioul de la mer, cette catastrophe aura des répercussions sur le long terme. Avec le temps, le mazout se mélange à l'eau et ce cokctail toxique a des effets nefastes sur l'écosystème marin. L’île aux Aigrettes et le parc marin de Blue Bay, qui sont des réserves protégées, sont menacés par la marée noire. Cette partie de l’île et ses habitants vont en souffrir pendant des années. Les pêcheurs, qui ont déjà subi les restrictions liées au coronavirus, vont être directement impactés. Pour ne rien arranger, le bateau est laissé à l’abandon sur le récif depuis le 25 juillet et il est en train de glisser et écraser la roche et les coraux sur lesquels il repose. C’est une catastrophe sans précédent qui se passe en ce moment sur l’île Maurice, nous allons tous en souffrir… »

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.