Energy Observer : cap vers la Guyane française !

Carnet de voyage
Vendredi 4 décembre 2020 à 15h39

Energy Observer a quitté la Guadeloupe et l’arc Antillais le 23 novembre dernier pour poursuivre sa progression dans les territoires d’Outre-mer, direction la Guyane française, 61ème escale de son tour du monde. Une étape qui va permettre à l’équipage de poursuivre son Odyssée dans un territoire au patrimoine naturel exceptionnel où se côtoient technologies de pointe et forêts primaires d’Amazonie, port spatial européen et réserve de biodiversité unique au monde.

©Energy Observer Productions - Agathe Roullin
Energy Observer a quitté la Guadeloupe et l’arc Antillais le 23 novembre dernier pour poursuivre sa progression dans les territoires d’Outre-mer, direction la Guyane française, 61ème escale de son tour du monde. Une étape qui va permettre à l’équipage de poursuivre son Odyssée dans un territoire au patrimoine naturel exceptionnel où se côtoient technologies de pointe et forêts primaires d’Amazonie, port spatial européen et réserve de biodiversité unique au monde.

Des conditions de navigation délicates sur le Maroni

La traversée de près de 800 milles nautiques aura duré 8 jours pour emmener le bateau sous de nouvelles latitudes et dans des conditions de navigation inédites jusqu’à Saint-Laurent du Maroni.

À l’approche du navire vers cette région ultrapériphérique européenne située sur le continent sud-américain, le bateau a croisé de nombreux pêcheurs guyanais ou surinamais avant d'arriver à l'embouchure du Maroni. Grâce à l’arrivée de larges bancs de vase en provenance de l’Amazone, cet espace littoral regorge d’espèces qui viennent s’abriter dans les mangroves, marais d’eau douces, lagunes saumâtres et savanes inondables. C’est un paysage unique qui accueille l’équipage, bordé de longues plages connues dans le monde entier pour la ponte des tortues Luth.

Nautisme Article
© Energy Observer Productions - David Champion

Le spatial au service de la protection de la planète

L’équipage guidé par Victorien Erussard, le fondateur d’Energy Observer, va visiter un haut lieu scientifique : le centre spatial Guyanais, dirigé par le CNES (le Centre National d’Études Spatiales), partenaire scientifique et pédagogique d’Energy Observer. Depuis 1964 et la décision d’installer une base spatiale sur cette portion littorale comprise entre Kourou et Sinnamary, la Guyane est devenue un lieu emblématique de la conquête spatiale mondiale.

Aujourd’hui, l’espace est mis au service de la compréhension du dérèglement climatique et du suivi de son évolution. Les satellites européens de la constellation Copernicus fournissent ainsi aux scientifiques du monde entier les données nécessaires à la modélisation du climat, au suivi de l’altération des écosystèmes et de la composition chimique de l’atmosphère. De la fonte des glaces au suivi du couvert forestier, les satellites observent, mesurent et nous informent sur l’état de la planète.

Nautisme Article
© CNESESAArianespaceOptique Vidéo CSGS Martin, 2018

Un territoire aux multiples enjeux énergétiques

La Guyane doit faire face aux défis propres aux zones non interconnectées qui ne peuvent compter sur les réseaux que nous connaissons. Alors que la demande d’électricité augmente avec un accroissement de la population bien supérieure à celle de la métropole, l’enjeu d’une rupture avec l’approvisionnement des centrales au fioul devient particulièrement sensible.

Au cours de ses visites, l’équipage témoignera de la difficulté d’une production énergétique locale à faible empreinte environnementale, et des tentatives avortées de recours aux énergies renouvelables.

Pourtant la Guyane veut trouver sa voie en s’appuyant sur ses richesses : l’avenir qui s’écrit actuellement mobilise habitants et ingénieurs qui se côtoient dans cette bande littorale entre mer et forêt primaire. Biomasse, photovoltaïque, et hydrogène vont permettre au territoire de réaliser sa transition énergétique rapidement. De l’hydrogène gris des lanceurs Ariane à celui, bientôt vert, des futures fusées réutilisables, la base spatiale et tout le territoire guyanais veulent inventer ensemble l’écosystème énergétique de demain. Propre, vertueux, pourvoyeur d’emplois, et renouvelable.

Nautisme Article
© Energy Observer Productions - Agathe Roullin

Victorien et son équipage se passionnent pour ce territoire multiculturel dont l’exubérante végétation est à l’image des défis innombrables qu’il doit affronter. Immigration illégale du Suriname, orpaillage et déforestation sauvage, surpêche, populations autochtones éloignées et sans accès aux services minimaux, urbanisation incontrôlée, la Guyane nous renvoie à notre imaginaire de terre d’exil et de châtiments. Pourtant, non loin du bagne de Cayenne et de l’île du Diable où se désespéra Dreyfus, c’est bien l’avenir qui s’écrit et que veut nous raconter Energy Observer.

Nautisme Article
© Energy Observer Productions - Agathe Roullin

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.