SNSM Goury : une station pas comme les autres

Carnet de voyage
Jeudi 21 juillet 2022 à 11h30

Au cœur du Raz Blanchard, là où les courants sont parmi les plus forts d’Europe, la SNSM de Goury ne pouvait pas être une station comme les autres. Son bâtiment octogonal à double entrée lui permet de fonctionner 24h/24 malgré des marées qui peuvent faire varier la hauteur d’eau de plus de huit mètres.

©Photo François TREGOUET - MULTI.media
Au cœur du Raz Blanchard, là où les courants sont parmi les plus forts d’Europe, la SNSM de Goury ne pouvait pas être une station comme les autres. Son bâtiment octogonal à double entrée lui permet de fonctionner 24h/24 malgré des marées qui peuvent faire varier la hauteur d’eau de plus de huit mètres.

Tout au bout de sa pointe Nord-Ouest, « Là-bas, dans l’Cotentin » comme le chante Alain Souchon, le Cap de la Hague qui voit passer 20% du trafic maritime mondial, est une marque de passage connue de tous les marins. Avec des courants qui peuvent dépasser les 10 nœuds, c’est aussi un endroit réputé dangereux, et ce depuis que les hommes vont en mer. Ce n’est pas anodin si le bras de mer entre la côte et les îles anglo-normandes est appelé « Passage de la Déroute ». Dans cette véritable fabrique à courants, la mer se lève abrupte, écumante, au moindre souffle de vent. Or ce cap est comme le bras au milieu d’une soufflerie qui serait la Manche, alors il souffle souvent très fort dans les parages. Pour aider les navires à s’en sortir plus souvent qu’à faire naufrage, on a d’abord, en 1837, construit un phare de 47m de haut. Son faisceau alerte les marins du danger à plus de 20 milles nautiques à la ronde. Puis, très vite, en 1863, on y a ajouté un sémaphore, pour communiquer par signaux optiques, puis radio, avec les bateaux défiant Neptune en son territoire. Enfin, en 1878, la commune de Goury accueille son premier canot de sauvetage. Encore à rames, ils sont sortis de l’eau par un attelage de chevaux. L’abri actuel a été construit en 1928 quand la mécanique a remplacé les rames. Tout en gardant l’originalité de sa forme octogonale et de ses deux sorties, il a été adapté en 1986 aux dimensions (17,60m) du canot tous temps actuellement en service.

Nautisme Article
© Photo François TREGOUET - MULTI.media

Opérationnelle 15 minutes après l’alerte

Malgré ses 25 tonnes, il pivote sur son chariot à l’intérieur de l’abri. Il peut ainsi emprunter soit la rampe de lancement du port à marée haute, soit celle menant directement en pleine mer lorsque la marée est basse. C’est par cette porte qu’est rentré dimanche dernier le « Mona Rigolet ». Après avoir accompagné le prologue de la Drheam Cup à Cherbourg le samedi, son équipage revenait de Jersey, où les échanges avec leurs homologues de la RNLI qui œuvrent sur la même zone, sont permanents. Les touristes se pressaient nombreux pour voir le chariot dévaler la pente jusqu’à l’eau. La vedette usait alors de ses deux moteurs de 400 chevaux, qui la propulsent habituellement à 20 nœuds, pour s’y hisser, l’étrave bien dans l’axe de la perche lui servant de repère. Deux coups de corne de brume signifient à la station qu’ils peuvent actionner le treuil. La lente remontée peut commencer, mais le travail de son équipage, qui varie de 4 à 8 personnes selon les missions, n’est pas terminé pour autant. Il faut penser à abaisser les antennes VHF, ainsi que support de radome radar, ils ne passent pas dans l’embrasure de la porte. Un dernier arrêt avant d’entrer permet de chasser le sel d’un rapide jet d’eau douce. Le canot est désormais à l’abri sous la très belle charpente octogonale en bois, prêt pour sa prochaine mission. Il suffira de 10 minutes pour rassembler hommes et femmes bénévoles qui n’habitent pas à plus de 10 minutes de la station, et en seulement 5 minutes il sera à l’eau.

Nautisme Article
© Photo François TREGOUET - MULTI.media

Un nouveau canot en 2022

Victor Jost et son équipier sur le Class40 Masai Solo Sailor ont pu en faire l’expérience le 12 juillet dernier. Faisant route vers Cherbourg pour prendre le départ de la Drheam Cup, leur voilier de 12 mètres a connu une avarie moteur. En l’absence totale de vent et malgré un raisonnable coefficient de marée de 80, ils n’arrivaient pas à étaler le courant et ont dû se résoudre à faire appel à la SNSM et être remorqués jusqu’à Cherbourg. Partis plein Nord dimanche vers la marque mouillée au large de Weymouth, les deux marins n’auront pas l’occasion de saluer leurs sauveteurs, mais gageons qu’ils sauront se montrer solidaires et convaincre leurs condisciples de l’être également. Car le canot tout temps de Goury sera remplacé l’an prochain, après plus de trente années de loyaux services. Un investissement très important, de l’ordre de 1.2 Millions d’euros, pour une association loi 1901. Grâce aux bénévoles, le budget de fonctionnement de la station de Goury est extrêmement faible, de l’ordre de 50 000 Euros annuels. Financée à 82% par des dons privés, la SNSM compte sur les plaisanciers pour la soutenir, la navigation de plaisance représentant 70% de ses interventions. Depuis le mois de mars, le Mona Rigolet est sorti 13 fois déjà, pour porter secours à autant de navires et 31 personnes. Active depuis bientôt 150 ans, la station SNSM de Goury a effectué près de 1000 sorties et sauvé d’un péril grave plus de 350 personnes. Sa présence est toujours aussi indispensable.

Nautisme Article
© Photo François TREGOUET - MULTI.media

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…