Épaves et pêcheries médiévales, des vestiges exceptionnels mis au jour dans le lit de la Loire

Bateaux
Lundi 26 septembre 2022 à 17h21

©Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Des épaves du XVIIe siècle et des pêcheries du XIIe siècle dans un état de conservation "exemplaire" ont été mises au jour sur les berges sableuses de la Loire, près d'Ancenis (Loire-Atlantique), signe selon les archéologues d'une activité intense autour du fleuve.

"C'est extraordinaire et exceptionnel de découvrir des vestiges d'une telle qualité dans un espace si restreint", s'enthousiasme Anne Hoyau-Berry, archéologue à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP).

Peau burinée par le soleil et pantalon beige de chantier, cette archéologue travaille depuis le 16 août sur l'un des trois sites de fouilles déployés au bord de la Loire. Submergées par les eaux une grande partie de l'année, l'île Coton, l'île Poulas et l'île aux Moines sont devenues le théâtre de découvertes inédites.

Près de l'île Coton, une dizaine d'épaves de bateaux des XVIIème et XVIIIème siècles, dans un état de conservation exemplaire, viennent d'être exhumées. Fait rare et notable, ces embarcations, qui portent des traces d'usure, ont été sciemment remplies de pierres et installées sur le flanc, pour créer deux enrochements de plus de 40 mètres de long.

"La première hypothèse, c'est qu'il s'agissait de digues permettant de protéger la pointe de l'île Coton", explique Mme Hoyau-Berry. "Mais la découverte d'un troisième enrochement perpendiculaire nous fait pencher vers l'aménagement d'un port ou une volonté d'acheminer de l'eau à cet endroit précis".

Ces barges à fond plat sont caractéristiques des bateaux de charge de l'époque qui transportaient des matières premières (bois, pierres, ardoises, sable), du sel ou du vin.

Longs d'environ 14 mètres, ils sont déblayés pierre après pierre par les archéologues à pied d'oeuvre, qui doivent à la fois pomper l'eau remontant du sol et arroser le bois pour éviter qu'il ne se détériore en séchant.

"C'est un travail de fourmi physiquement difficile, reconnaît l'archéologue. Mais la sécheresse de l'été nous a permis de travailler dans de bonnes conditions".

Et c'est désormais une "course contre-la-montre avant le retour de l'eau" qui s'engage pour les scientifiques, commente Denis Fillon, délégué à la direction de l'INRAP dans les Pays-de-la-Loire et responsable scientifique des sites. Le chantier prendra fin en octobre avec l'arrivée des crues.

- "Comme une autoroute" -

Plusieurs échantillons de bois (sans doute du chêne) ont été prélevés pour définir les essences utilisées, les forêts dont elles proviennent et même le chantier naval d'origine des bateaux.

"Ils sont tellement bien conservés que l'on peut encore observer les traces des outils de façonnage", reprend Anne Hoyau-Berry. Dans les prochains jours, les archéologues effectueront des fouilles subaquatiques pour regarder de plus près les fondations des enrochements.

En amont, sur l'île Poulas, ce sont trois pêcheries fixes du XIIème siècle, faites de pierres et de pieux en bois, qui ont été découvertes. Disposées en "W", elles servaient à capturer les poissons qui remontent le courant (saumons) comme ceux qui le redescendent (anguilles).

Appartenant aux seigneurs et ecclésiastiques locaux, elles permettaient de respecter les quelques 150 "jours maigres" par an imposés par l'Église à l'époque. Des traces d'accueil de moulins-bateaux ont également été mises au jour, signe de la densité des activités fluviales.

"Il faut imaginer la Loire à cette époque comme une autoroute, où l'on pêchait et transportait des marchandises", décrit Denis Fillon. "On est loin de l'image du fleuve sauvage!".

Ces chantiers archéologiques mobilisant 33 scientifiques, au budget de 1,6 million d'euros, interviennent dans le cadre d'un vaste programme de rééquilibrage du lit de la Loire conduit par Voies navigables de France (VNF), entre Les Ponts-de-Cé et Nantes. Les travaux prévus par VNF devraient démarrer l'année prochaine.

"L'objectif est de redonner une dynamique plus naturelle au fleuve qui a été très aménagé aux XIXème et XXème siècles", explique Séverine Gagnol, cheffe de l'unité Loire chez VNF.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…