A Nouméa, un tourisme convalescent craint de rechuter sous les attaques de requins

Escales
Lundi 3 avril 2023 à 17h19

Des attaques de requins dans les baies de Nouméa ont conduit à une interdiction de baignade sur le littoral de la capitale de Nouvelle-Calédonie, plongeant le secteur touristique local dans l'expectative, alors qu'il reprenait des couleurs après la crise sanitaire.

Fin janvier puis en février, en l'espace de trois semaines, trois attaques de requins-tigre ou de requins-bouledogue ont été enregistrées, dont une mortelle sur un touriste australien.

La maire de Nouméa, Sonia Lagarde (Renaissance), a réagi le 17 mars en prenant un arrêté interdisant la baignade jusqu'au 31 décembre, faisant valoir que "sa responsabilité (était) en jeu".

La ville a aussi lancé un appel d'offres en vue de la mise en place d'un filet anti-requins.

Les attaques "ont considérablement terni l'image" de la Nouvelle-Calédonie, "considérée aujourd'hui, par rapport à sa population, comme le hotspot des attaques de requin", déplore la maire.

Certes, "il est encore trop tôt pour évaluer l'impact économique" de ce phénomène, indique à l'AFP Julie Laronde, directrice générale de Nouvelle-Calédonie Tourisme (NCT). Un premier sondage a été réalisé auprès des tour-opérateurs métropolitains, "qui ne nous ont pas fait remonter d'annulations", se rassure la responsable.

Mais "il y a un risque d'amalgame", estime-t-elle en rappelant que "la baignade est uniquement interdite à Nouméa, pas dans le reste de la Nouvelle-Calédonie".

Sur une des baies les plus fréquentées de l'agglomération, Maxime, responsable d'un bar-restaurant, qui a souhaité rester anonyme, constate l'absence de clients.

"Ça a été graduel, mais là on n'a plus ni la clientèle locale, ni les croisiéristes. Plus personne ne vient sur les baies. C'est triste parce qu'après trois ans de crise Covid sans touristes, on avait eu un début d'été incroyable", assure-t-il.

En 2019, avant le début de l'épidémie, le tourisme contribuait à un peu moins de 5% du PIB de la Nouvelle-Calédonie et représentait près de 4.500 emplois.

- Mesures de soutien -

Face à cette situation, l'assemblée de la province Sud a adopté vendredi à l'unanimité un dispositif de soutien et d'accompagnement des acteurs économiques subissant les conséquences de l'interdiction de baignade. Il devrait concerner une trentaine d'entreprises et prestataires dans l'agglomération.

Le plan n'intègre pas les hôteliers, qui pourraient cependant être aidés en fonction de l'évolution de leurs réservations, attendues en baisse par certains élus.

"Les tour-opérateurs, à partir du moment où on leur dit qu'il y a une interdiction de baignade jusqu'au 31 décembre, vont déréférencer les hôtels, parce qu'ils vont considérer que cela n'a aucun intérêt de vendre un hôtel au bord d'une plage où l'on ne peut pas se baigner", relève Gil Brial, deuxième vice-président de la province Sud.

L'interdiction de baignade divise la classe politique de Nouméa.

Unité Pays, un des groupes d'opposition au conseil municipal, dénonce "une mesure disproportionnée et injustifiée".

"A Nouméa, rien n'a été fait ou si peu depuis quatre ans" contre les requins, accuse Calédonie ensemble, autre groupe d'opposition. "Les conséquences sont considérables pour notre pays", estime-t-il.

Ce groupe politique souligne la nécessité de reprendre les études scientifiques pour mieux comprendre le phénomène.

Celui-ci reste largement inexpliqué, même s'il a été observé que les requins étaient plus nombreux près des côtes calédoniennes de janvier à mars, période de mise bas. Le risque d'attaque est par ailleurs plus important après les fortes pluies, comme celles qu'a connues le territoire du Pacifique sud fin janvier.

Une étude sur les mouvements des grands requins dans les zones côtières avait été engagée en février 2019 mais gelée au mois de mai de la même année, après un accident dans une marina, puis finalement abandonnée.

En charge de cette étude avortée, Laurent Vigliola, écologue à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), souhaite aujourd'hui la création d'un "espace de dialogue regroupant les acteurs de la société civile, les collectivités et les scientifiques".

"A côté de cet espace, un conseil scientifique pourrait essayer d'apporter des réponses aux questionnements. Cela permettrait d'avancer de manière plus organisée", veut croire le chercheur.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…