Tout savoir sur l'ivresse des profondeurs

Plongée
Mercredi 13 septembre 2017 à 15h40

Rien à voir avec l’ivresse ressentie après quelques verres de vins. Pourtant l’ivresse de profondeurs, tout aussi dangereuse et bien connue des plongeurs en eaux profondes, entraîne de nombreux symptômes, allant de la légère euphorie au décès du plongeur… Retour sur ce phénomène inquiétant.

Communiquer avec son partenaire et vérifier ses instruments de plongée régulièrement ©Pixabay
Rien à voir avec l’ivresse ressentie après quelques verres de vins. Pourtant l’ivresse de profondeurs, tout aussi dangereuse et bien connue des plongeurs en eaux profondes, entraîne de nombreux symptômes, allant de la légère euphorie au décès du plongeur… Retour sur ce phénomène inquiétant.

Découvert en 1930, l’ivresse des profondeurs est causée par l’azote contenu dans l’air que nous respirons. Selon une loi physique, la loi Dalton, plus la profondeur augmente, plus la pression globale environnante augmente, et plus la pression de chacun des gaz contenu dans un mélange de gaz parfaits, comme l’air, augmente. Or certains gaz changent de comportement quand ils se compriment. C’est le cas de l’azote, qui est contenu dans 78% de l‘air que nous respirons. A partir d’environ 30 mètres de profondeur, l’azote devient toxique pour le corps humain. Il devient alors un puissant narcotique. L’ivresse des profondeurs est ainsi également appelée narcose à l’azote.

Les symptômes sont très reconnaissables et sont similaires à ceux d’une consommation excessive d'alcool, d’où le nom d’"ivresse" des profondeurs. Les symptômes s’accentuent avec la profondeur : euphorie tout d’abord, puis trouble de la concentration, hilarité, confiance en soi excessive, somnolence, hallucination, perte des facultés de jugement, hystérie, angoisse, ralentissement globale de réflexes et des facultés mentales, confusion, trouble de la vison, perte de connaissance, voire décès du plongeur à partir de 100 mètres de profondeur. …

Si traditionnellement, l’ivresse de profondeurs commence à faire effet dès 30 mètres de profondeur, ce chiffre varie en fonction des plongeurs. Certains seront sensibles plus tôt à ce phénomène, dès 10 mètres, d’autres plus tardivement. A partir de 60 mètres, celle-ci devient systématique, même si, encore une fois, celle-ci peut être ressentie différemment selon le plongeur.

Les hallucinations provoquées sont troublantes. Guillaume Néry, champion du monde de plongée en 2011 et capable de nager jusqu’à 125 mètres par la seule force de ses palmes est un habitué de ce phénomène. Il a vu, à plusieurs mètres de profondeur, un monstre sautillant parmi les fonds marins ou bien encore il s’est vu se marier avec sa femme ! Il a ainsi réalisé des courts-métrages retranscrivant les sensations appréhendées lors d’une narcose à l’azote.

Pour éviter l’ivresse des profondeurs, quelques précautions sont à prendre, car ce phénomène est inévitable à certaines profondeurs même pour des plongeurs expérimentés : plonger avec un partenaire que l’on connaît, avec lequel on a l’habitude de plonger et qui sera capable de reconnaître un comportement anormal, communiquer régulièrement avec lui, et vérifier les instruments de plongée à intervalles réguliers.

Certains plongeurs adoptent également des mélanges de gaz différents, avec moins ou pas du tout d’azote, comme le trimix, l’héliox ou bien encore, l’hydrox, un mélange d’hydrogène et d’oxygène. Remplacer l’azote par de l’hydrogène permet de plonger plus profond, mais l’hydrogène devient aussi narcotique à partir d'une certaine profondeur.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.