L'épave d'Anticythère, mystère de l'Antiquité

Par Nautisme.com
Mardi 20 septembre 2016 à 14h20

Brendan Foley, de l’institut de recherche océanographique Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI), et son équipe ont découvert un squelette humain sur le site du naufrage de l'Anticythère. Les ossements ont été découverts le 31 août, sous 50 cm de débris de poteries et de sable. Membre de l'équipage, passager, esclave ? L'ADN nous le dira. En attendant, Nautisme.com vous propose d'en apprendre un peu plus sur l'épave d'Anticythère.

Brendan Foley, de l’institut de recherche océanographique Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI), et son équipe ont découvert un squelette humain sur le site du naufrage de l'Anticythère. Les ossements ont été découverts le 31 août, sous 50 cm de débris de poteries et de sable. Membre de l'équipage, passager, esclave ? L'ADN nous le dira. En attendant, Nautisme.com vous propose d'en apprendre un peu plus sur l'épave d'Anticythère.

L’épave d’Anticythère serait le plus grand naufrage de l’Antiquité, d'après l’archéologue américain Brendan Foley (WHOI). Son équipe de chercheurs internationaux, avec le soutien du ministère de la Culture grec, avait déjà mené plusieurs campagnes de fouilles archéologiques, dont la première en septembre 2014, de ce navire vieux de 2000 ans et découvert par hasard en 1900 par des pêcheurs d’éponges près de l'île d’Anticythère en Grèce. Cette épave antique est notamment célèbre pour la machine d’Anticythère, une calculatrice astronomique en bronze composée de 37 roues dentées et qualifiée d’ancêtre de l’ordinateur par les scientifiques. À l’époque, les pêcheurs de cette extraordinaire trouvaille avaient dû mettre fin à leur mission sur le site situé à 55 mètres de profondeur, trop dangereux pour plonger en toute sécurité. Leur expédition avait fait un mort et deux paralysés. Depuis, l’épave mythique a fait l’objet de nouvelles fouilles archéologiques. Deux campagnes ont été menées en 1953 et 1976 par le commandant Jacques Cousteau à bord de Calypso. Les pièces de monnaie découvertes lors de ces explorations sous-marines ont permis d’estimer la période du naufrage entre 70 et 60 avant Jésus-Christ. Le navire acheminait une cargaison de trésors grecs de la côte ouest de l'Asie Mineure à Rome. L'île d’Anticythère se dresse au milieu de cette ancienne voie maritime et le navire a probablement coulé au cours d’une violente tempête qui l’aurait projeté contre des falaises abruptes de l'île. Le Titanic de l’ancien monde L’équipe dirigée par Brendan Foley et Theotokis Theodoulou, du ministère de la Culture grec, est retournée sur le site pendant trois semaines du 15 septembre au 7 octobre 2014. Les premières fouilles de cette opération appelée “Le retour à Anticythère” ont permis de remonter des lieux du naufrage des bijoux, de la vaisselle et d’énormes ancres de plomb de plus d’un mètre de long. D’après Brendan Foley, au vu de la taille des ancres, le navire d'Anticythère est beaucoup plus large qu'on ne le pensait, et mesure près de 50 mètres de long. Jusqu’à présent, les plus longues épaves de la même époque ne dépassaient pas les 37 mètres. Ces observations montrent « qu’il s’agit là du plus grand naufrage antique jamais découvert », annonce Brendan Foley. C’est le « Titanic de l'ancien monde », clame-t-il. Les archéologues ont également récupéré sous la surface du sable une lance de bronze géante de près de deux mètres de long. Trop volumineuse et lourde pour avoir servi d’arme, elle devait appartenir à une statue géante, peut-être un guerrier ou la déesse Athéna, précise le scientifique américain. Des techniques de pointe C’est grâce à des techniques de pointe que les chercheurs ont pu mener à bien leur campagne de fouilles. Une cartographie 3D du site a été réalisée en utilisant des caméras montées sur un véhicule sous-marin autonome. Les chercheurs ont eu également recours à un appareil de plongée à circuit fermé (recycleur) qui conserve et traite l’air expiré, permettant ainsi de rester sur le site pendant trois heures d’affilée. Autre équipement high-tech impressionnant, l’Exosuit. Ce scaphandre rigide ressemble à une armure de métal futuriste, digne des BD de science-fiction. Doté d’une camera HD et de propulseurs à eaux, le plongeur peut descendre jusqu’à 300 mètres de profondeur sans décompression et pendant près de 50 heures. Ses pinces au bout des bras lui permettent de manipuler les objets avec précision. Depuis la découverte du naufrage le siècle dernier, 378 pièces de valeur ont été remontées. Mais les vestiges du navire s’étendent sur une zone plus importante que prévue et couvrent près de 300 mètres de fond marin. S’agit-il d’une seconde épave ou d’une même cargaison ? Cette épave mystérieuse est donc loin d’avoir livré tous ses secrets.

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.