Salvador de Bahia, la Baie de Tous les Saints

Dimanche 15 octobre 2017 à 17h30

Depuis le 27 octobre, les concurrents de la Transat Jacques Vabre navigueront en direction de la ville de Salvador de Bahia au Brésil. L'occasion de découvrir, ou redécouvrir, la baie de Salvador, la plus grande du Brésil, considérée comme l'une des plus belles du monde.

Une des nombreuses plages désertes ©Figaro Nautisme
Depuis le 27 octobre, les concurrents de la Transat Jacques Vabre navigueront en direction de la ville de Salvador de Bahia au Brésil. L'occasion de découvrir, ou redécouvrir, la baie de Salvador, la plus grande du Brésil, considérée comme l'une des plus belles du monde.

Un peu d'histoire

Découverte par des explorateurs portugais le 1er novembre 1501, elle possède un éventail important de paysages marins. On peut y découvrir 56 îles, des plages de sable blanc, des "rio" qui peuvent être remontés avec un bateau, des mangroves, des cours d’eau et des chutes. Très découpée, elle est parsemée de criques, de calanques et d’anses offrant des abris naturels pour le mouillage forain en toute sécurité. La région qui l’entoure (Recôncavo), a abrité à la grande époque du sucre plus de 400 moulins. On y cultive toujours du sucre mais aussi du tabac qui sont acheminés vers Salvador de Bahia par différents types d’embarcations à voiles telles que le saveiro, gabare typique de cette région.

La mer au pluriel

Il est une coutume maritime à Salvador qui est de parler de la mer au pluriel. Les Bahianais entendent par là qu’il y a plusieurs mers, la mer ouverte vers le large et la mer calme de la "Baie de Tous les Saints". Naviguer dans la baie ne pose aucun problème particulier. On y trouve un balisage précis, des abris et pas moins de treize bases de soutien nautique aux navigateurs communément appelées BANs (Bases de Apolo Nautico aos Navegantes). L’été, les vents viennent de terre, ils soufflent faiblement du nord le matin, de l’est l’après-midi pour finir en petite brise la nuit. En hiver, le vent est de sud-est à sud-ouest toujours accompagné de fronts froids.

Naviguer dans la Baie de Tous les Saints

Le point de départ pour naviguer dans la baie est Salvador de Bahia, de là, cap au Nord vers le fort situé à la pointe de Monte Serra. C’est derrière cette pointe dans la baie Boa Viagem qu’est située l’église de Bonfim. Chaque premier janvier (depuis 1750), la statue du Senhor Bom Jesus dos Navigator est transportée par la mer de Salvador (église de Conceiçào) à l’église de Bonfim. Des milliers de personnes se réunissent à cette occasion sur la plage de Boa Viagem. De cette pointe, on fait route vers l’île de Maré (ilha da Maré) qui est très fréquentée par les bateaux le week-end. L’un des mouillages le plus structuré se trouve devant la plage Itamoabo au sud de l’île. On peut également remonter le canal à l’est de l’île et aller à Freguesia où l’on trouve un ponton devant le musée et plus au nord jusqu'au village de pécheurs de Caboto.

Ensuite, cap sur l’île de Frades. Au nord de cette l’île (pointe de Cavalo), on découvre une petite église du XVIIe siècle (église de Nossa Senhora de Loreto) et, en contournant la pointe, on arrive à la crique de Loreto. Ce mouillage, parfaitement abrité, se situe entre les îles de Bom Jesus et de Madre de Deus. A partir du mouillage de Loreto, on peut se rendre en annexe sur l’île de Bom Jesus. On y trouve un petit village de pêcheurs avec un ponton pour l’accostage des bateaux à passagers et des annexes.

On quitte les îles pour faire route vers le Rio Paraguaçu, "la grande mer" en langue indigène, un lieu important dans l’histoire de la région de Bahia. Ce fleuve se jette dans la Baie de Tous les Saints après un long parcours dans la partie centrale de l’état de Bahia. Il a été très utilisé les siècles derniers pour le transport de la canne à sucre produite par plus de 150 moulins, du tabac et de toutes les productions agricoles. Les bateaux qui le sillonnaient, bateaux à vapeur et saveiros à voile, transportaient également les marchandises et les personnes. Le Paraguaçu est navigable jusqu’à Cachoeira. A son entrée, se trouve Bara do Paraguaçu, petit village de pêcheurs qui abrite également la base nautique Bébilônia dos Botos, qui offre un ponton fixe et des corps-morts (jusqu'à 6 m de tirant d’eau). En laissant le bateau à cette base, on peut visiter le village, aller à la plage de sable fin ou se baigner dans l’eau fraîche d’une chute d’eau qui se jette dans le fleuve. En remontant le fleuve, on trouve sur tribord l’île de Monte Cristo dont les abords sans dangers permettent de la contourner en laissant à bâbord le village de Sâo Roques. De ce village part une ligne de chemin de fer qui remonte jusqu’à Nazaré des Farinhas. Plus au nord de Sâo Roques, se trouvent des exploitations fermières et des chutes d’eau. On contourne ensuite le fort de Salamina reconnaissable à ses canons et aux ruines du moulin à sucre Engenho Novo. En contournant ce fort, on arrive à l’île du Français. Juste après cette île, à la rencontre entre le rio Paraguaçu et le rio Guai, se trouve Maragojipe. Ville historique où chaque année au mois d’août est organisée une régate qui part de Salvador (Baie de Aratu) remonte le Paraguaçu pour terminer à Maragojipe. En laissant l’île au Français à bâbord, on arrive dans le lagon do Iguape où se trouvent deux petits villages pittoresques Sao do Paraguaçu et Santiago do Iguape, mais le plus impressionnant, est le Couvent des Franciscains, malheureusement pas entretenu.

Le terme de la remontée du Paraguaçu est Cachoeira. Cette ville est classée la deuxième pour le patrimoine baroque de l’état de Bahia après Salvador. Elle abrite entre autre le musée Hansen Bahia où sont exposées plus de 13 000 œuvres de l’artiste Karl Heins Hansen, maître en xylographie. Pour visiter cette ville, on peut laisser le bateau en toute sécurité à la base Porto de Cachoeira qui accepte sur pontons des bateaux jusqu'à 15 m avec un tirant d’eau de 2,50 m maximum. La remontée vers Itaparica nous amène à Salinos. Là, on peut amarrer le bateau à la jetée avant d’aller déguster un excellent repas local (poissons, crabes, crevettes, riz et manioc), ensuite, faire la sieste sur le sable blanc et prendre un bain dans les eaux claires. La balade de la baie nous amène à Itaparica. Nous reviendrons dans un prochain article sur cette île incontournable située à 12 milles de Salvador de Bahia.

Visiter la Baie de Tous les saints

Si vous possédez un bateau, vous pouvez naviguer et mouiller dans la baie sans problème. Si vous voulez profiter au maximum de ce site exceptionnel, prévoyez quelques jours. Il est important d’avoir une bonne annexe pour débarquer lorsque vous êtes au mouillage et pour vous aventurer dans les mangroves et les rivières. Si vous n'avez pas de bateau, au départ de Salvador de Bahia vous trouverez des locations avec ou sans équipage ainsi que des loueurs d’embarcations locales à voile ou à moteur qui proposent des visites.

Saveiro © Figaro Nautisme
Village de potiers sur les rives du fleuve © Figaro Nautisme
Une pirogue traditionnelle © Figaro Nautisme
Pêcheur en pirogue dans la baie © Figaro Nautisme
Pêche à la voile © Figaro Nautisme
Monte Serra © Figaro Nautisme
Balade dans les mangroves © Figaro Nautisme
Bateau de transport dans la Baie de Tous les Saints © Figaro Nautisme
© Garmin
L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.