Yannick Hemet : « le Barracuda Tour est devenu un événement international »

Samedi 2 juin 2018 à 17h24

En cinq ans, le Barracuda Tour est devenu un rassemblement et une compétition incontournable pour les pêcheurs pratiquant la pêche au bar "No Kill". Cette manifestation qui remonte à 2013 a été créée par Yannick Hemet (directeur commercial Bénéteau pour l’Europe du Sud). Nous l’avons rencontré lors de cette édition 2018 qui s’achève ce week-end au Crouesty.

©Crédit photo : JB D'Enquin - Beneteau
En cinq ans, le Barracuda Tour est devenu un rassemblement et une compétition incontournable pour les pêcheurs pratiquant la pêche au bar "No Kill". Cette manifestation qui remonte à 2013 a été créée par Yannick Hemet (directeur commercial Bénéteau pour l’Europe du Sud). Nous l’avons rencontré lors de cette édition 2018 qui s’achève ce week-end au Crouesty.

Parlez-nous de l’origine du Barracuda Tour ?

« L’idée m’est venue suite à la mise sur le marché par Bénéteau de bateaux dédiés à la pêche et plus précisément au sport-fishing. La première unité, le Barracuda 9, a vite séduit les amateurs de pêche sportive. Ce qui a fait germer l’idée de les rassembler pour créer une compétition encore inédite, de pêche au bar (No Kill) dans une zone reconnue poissonneuse mais aussi sportive (courant, mer formée) qu’est le Raz de Sein. En 2013, avec la collaboration de la marque Lowrance qui produit, entre autres, des sondeurs dédiés pêche, nous décidons d’équiper deux Barracuda 9 et de convier des grands noms de la pêche sportive pour un raid entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Malo ».

Nautisme Article
Le Barracuda 9 a vite séduit les amateurs de pêche sportive, d'où l'idée de créer une compétition de pêche au bar (No Kill) dans une zone reconnue poissonneuse et sportive : le Raz de Sein© JB D'Enquin - Beneteau

Pour quelle raison, la première édition ne s’adressait qu’à des pêcheurs professionnels ou tout du moins avertis ?

« Cette première édition était un raid. Elle avait pour vocation de présenter un bateau dédié avec à son bord des pêcheurs professionnels reconnus. A chaque étape, entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et Saint-Malo, les concessionnaires organisaient des réceptions en conviant leurs clients. Ces derniers pouvaient discuter librement avec les compétiteurs voire faire des essais de bateaux. Il n’en fallait pas plus pour lancer une compétition ouverte à tous. Pour nous, le Barracuda Tour était lancé et, là, il fallait réfléchir à une ouverture plus grande ».

Depuis 2013, quel est le chemin parcouru ?

« La deuxième édition en 2014 est cette fois ouverte à tous. Le raid est abandonné au profit de week-ends sur un port donné. Et ce n’est pas 2 bateaux mais 20 Barracuda 7 qui sont mis à la disposition des participants. Le parcours retenu se situait entre Concarneau et La Rochelle en passant par Noirmoutier. Au départ de ces trois ports avait lieu la compétition. A la fin du week-end, les bateaux étaient chargés sur camion pour rejoindre l’étape suivante. Cette édition, du fait de l’ouverture à tous sur un bateau identique et disposant du même matériel prend une ampleur qui va bien au-delà de nos frontières ».

2015/2016 une année qui s’internationalise ?

« En 2015, une édition est créée en Méditerranée, elle a lieu en Corse. Là, nous avons repris l’idée du raid entre Propriano et Saint-Florent. Elle a permis de sélectionner des participants pour la grande finale qui a toujours lieu sur la côte Atlantique française. Côté Atlantique, le Barracuda Tour s’est déroulé à Arcachon, Paimpol et Concarneau. Les représentants de la marque en Allemagne et en Chine emboitent le pas et organisent des Barracuda Tour lors desquels ils s’électionnent des participants pour la grande finale. Depuis 2016, le Barracuda Tour est devenu pour Bénéteau l’occasion d’inviter ses concessionnaires du monde entier qui organisent à cet effet une épreuve sélective pour participer à la grande finale ».

Qu’en est-il en 2018 ?

Nautisme Article
Au cours du week-end du 25 au 27 mai, ce n'est pas moins de 250 participants qui étaient sur l'eau répartis par 4 sur des Barracuda 6 et 9. 40 nations sont représentées.© Albert Brel

« Au cours du week-end du 25 au 27 mai, ce n’est pas moins de 250 participants qui étaient sur l’eau répartis par 4 sur des Barracuda 6 et 9. Les bateaux sont mis à disposition par Bénéteau et les concessionnaires mais il faut noter que quelques participants viennent avec leur propre bateau. L’équipage vainqueur sera sélectionné pour la grande finale (30 mai/2 juin). Nous avions des équipages venus de toute l’Europe mais aussi des Etats-Unis, de Turquie, de Chine ; 40 nations sont représentées. Pour la première fois, bien que le poisson retenu soit le bar, d’autres espèces sont comptabilisées telles que daurade, lieu, vieille, taco, etc. et donnent des points pour le classement ».

Quelles sont les retombées pour Bénéteau ?

« En six ans, cette manifestation a permis de créer en France la première compétition de pêche sportive en mer, unique en Europe à ce jour, mais aussi de faire émerger un nouveau concept de bateau : le Barracuda. Sur le plan technique, nous prenons en compte les remarques des participants ce qui nous sert pour améliorer nos bateaux. Mais, il faut être conscient que c’est une vitrine importante pour le groupe. A titre indicatif, suite à l’édition 2015, le Barracuda 8 a vu ses commandes dépassées les 100 unités. A l’étranger, ce n’est pas moins de 1 200 bateaux de marque Bénéteau qui naviguent pour la sélection du Barracuda Tour. Bien que le nom de l’événement soit Barracuda, pour ces sélections, d’autres bateaux de la marque peuvent participer tels que les Flyers, Antarès, etc. »

Et l’avenir ?

« Avant de parler de l’avenir, attendons la grande finale de ce week-end. A ce jour, il n’y a pas de raison que cette manifestation qui est sur une courbe ascendante depuis cinq ans ne continue pas. Mais il faut être réaliste, cette année le nombre de bateaux est à son maximum et pour des questions de logistique, il n’est guère envisageable de le dépasser. Il faut avant tout que le Barracuda tour reste convivial, ouvert à tous, permette de faire connaitre la pêche sportive et que les compétiteurs puissent se mesurer dans les mêmes conditions (même matériel, même type de bateau, même zone de pêche) ».

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.