Lagoon 40 : le catamaran fait peau neuve

Par Figaronautisme.com
Vendredi 15 février 2019 à 12h31

Nous avons testé cette nouvelle entrée de gamme du chantier tricolore à la fois performant, esthétique et bien pensé côté confort en croisière.

Le Lagoon 40 repositionne l'entrée de gamme de la marque. Il s'adresse à l'utilisateur qui navigue confortablement en bon père de famille, mais qui recherche néanmoins de l'amusement entre deux escales. ©Nicolas Claris
Nous avons testé cette nouvelle entrée de gamme du chantier tricolore à la fois performant, esthétique et bien pensé côté confort en croisière.

C’est un véritable concentré de savoir-faire et d’expérience trentenaire que le chantier Lagoon, avec Bruno Belmont et le cabinet VPLP, ont mis en commun pour repositionner l’entrée de gamme de la marque. Se mettre à la place de l’utilisateur qui navigue confortablement en bon père de famille, mais qui recherche néanmoins de l’amusement entre deux escales, a constitué la partie R&D de cette équipe à la complicité éprouvée par plus de 30 modèles conceptualisés de 37 à 77 pieds depuis 1987. 

Nous avons eu la responsabilité de juger du résultat dans une brise évanescente. D’emblée, le design extérieur affiche un air de famille avec le reste de la gamme, cher à son designer Patrick Le Quément, concordant le mix performance/esthétisme. Les étraves droites permettent d’allonger la longueur de flottaison de la carène dont les formes à redan ont été travaillées pour favoriser le semi-planning en toute sécurité et en même temps apporter du volume dans les cabines arrière. L’autre particularité pour arriver à ce but est le recentrage du mât repositionné plus en arrière presque au-dessus de la cloison arrière du carré. Un triangle avant plus important avec un angle d’étai plus ouvert et une GV à corne plus étroite optimisent la vélocité autant qu’ils facilitent la manœuvre en équipage familial, c’est-à-dire le plus souvent en solo. Cette disposition contribue aussi à réduire le tangage et donc le confort mais aussi la sécurité aux vitesses à deux chiffres.

Nautisme Article
Les étraves droites permettent d'allonger la longueur de flottaison de la carène dont les formes à redan ont été travaillées pour favoriser le semi-planning en toute sécurité.© Nicolas Claris

Une ambiance cosy pour une ergonomie bien étudiée

Les aménagements dus au cabinet Nauta ont aussi beaucoup progressé faisant l’objet d’une collaboration sans faille avec le chantier pour maintenir un devis de poids en corrélation avec la vitesse espérée mais sans rien sacrifier au standing. De nouvelles méthodes de construction de l’ébénisterie et des réseaux techniques (plomberie, électricité) ont été déployées afin de parvenir à rester en dessous de 11 tonnes tout en proposant des prestations très douillettes. Les boiseries intérieures, en Alpi Noyer sombre, assorties au plancher Asburgo plus clair, apportent une ambiance cosy bien desservie par une ergonomie étudiée. On peut dîner à huit aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur sans gêner la circulation et la cuisine comporte l’ensemble des appareils domestiques dont plus personne ne veut se passer une fois sur l’eau. La luminosité dans les cabines est très agréable surtout dans la version salle de bain propriétaires pour laquelle j’avoue avoir une préférence. Une vision panoramique sur le plan d’eau depuis les couchettes est aussi un agrément définitivement acquit.

Un catamaran ludique et facile à la manoeuvre

Mais que donne cette maison une fois sur l’eau ? Nos légères conditions du jour vont révéler le caractère de l’engin, d’abord bruyant au moteur. Une meilleur insonorisation serait un vrai plus, par contre la consommation en croisière, réduite à moins de 3l/h, garantie une belle autonomie. Puis sous voile nous avons été agréablement surpris par la capacité de ce nouveau plan de voilure à rendre ce catamaran ludique, sans peine à la manœuvre puisque tout (sauf les écoutes de gennaker) s’opère sans effort depuis le poste de barre. Le devenu très grand foc auto vireur efface le manque de recouvrement inhérent à ce type de voile et tire efficacement le bateau de cette mollesse éolienne. Ces conditions constituant le principal obstacle pour un virement de bord, nous lançons cette manœuvre d’un coup de barre (très direct) avec interrogation et constatons, le sourire aux lèvres, l’habilité de cette plateforme de loisir nautique à se jouer de ces changements de cap tout en gardant sa motricité. Essai transformé.

Nautisme Article
On peut dîner à huit aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur sans gêner la circulation et la cuisine comporte l'ensemble des appareils domestiques dont plus personne ne veut se passer une fois sur l'eau.© Nicolas Claris

Notre avis :

Dans un peu moins de 12 mètres, ce catamaran rassemble tout ce qu’il faut pour naviguer en famille très confortablement, en toute sécurité et aisance, et vous promet la vivacité nautique que l’on avait un peu oubliée sur ces plateformes domestique. Du vrai renouveau, certains détails restant à améliorer avant de prendre la mer...

Les +

Un look bien actualisé et plus sympa avec le gréement reculé

Le bateau est vivace dès le petit temps

Très facile à exploiter en solo et très sécurisant

Les –

Isolation et accès aux compartiments moteurs insuffisants

Coffre de cockpit un peu juste

Nautisme Article
Dans un peu moins de 12 mètres, ce catamaran rassemble tout ce qu'il faut pour naviguer en famille très confortablement, en toute sécurité et aisance.© Nicolas Claris

Caractéristiques techniques

Longueur hors tout : 11,74 m

Maître bau : 6,76 m

Tirant d’eau haut/bas : 1,35 m

Déplacement lège : 10 900 kg

Capacité Carburant : 300 l

Capacité Eau douce :   2 x 200 l

Motorisation : 2 X 29 ch

Cabines/couchages : 3 à 4/6 à 10

Foc autovireur : 33,80 m²

Grand-Voile à corne : 47,50 m²

Code 0 : 65,60 m²

Architecte : VPLP

Design int/ext : Nauta/Patrick Le Quément

Constructeur : Chantier Lagoon (France)

Prix :

- Version confort : environ 434 000 euros TTC

Comprenant les options (entre autres) : GV à corne, Gréement code 0, Moteurs 2 X 45 CV, Hélices Tripales Repliables, sommiers à lattes, réfrigérateur 100 l, Sellerie spéciale, table et fond cockpit en teck, panneaux solaires, convertisseur 220v, prise USB, desal 63 l/h, Tv 32’’, électronique B1G…

A découvrir ou redécouvrir au Miami Boat Show jusqu'au 18 février, Booth 940.

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.