Sophie Panonacle, député de la Gironde « Il faut que l'économie maritime soit de plus en plus vertueuse »

Economie
Jeudi 7 mai 2020 à 7h17

Après l'Appel de détresse des entreprises de l'économie bleue publié mi-avril, un deuxième rapport vient de paraître « 11 mai 2020, le D-Day du déconfinement maritime » : une concertation nationale entre les acteurs de l'économie maritime et les députés de la Team maritime, menée par Sophie Panonacle, députée de La Gironde, sur l'avenir du secteur, pour le jour d'après.

©Flickr
Après l'Appel de détresse des entreprises de l'économie bleue publié mi-avril, un deuxième rapport vient de paraître « 11 mai 2020, le D-Day du déconfinement maritime » : une concertation nationale entre les acteurs de l'économie maritime et les députés de la Team maritime, menée par Sophie Panonacle, députée de La Gironde, sur l'avenir du secteur, pour le jour d'après.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre rôle concernant l'économie maritime au sein de l'Assemblée Nationale ? « Je siège à la Commission Développement Durable et Aménagement du Territoire. Le premier rapport qui est sorti au sein de notre Commission est l’évaluation de la loi sur l'économie bleue. Au début, il y a deux ans et demi, il n’y avait pas forcément beaucoup de volontaires et pour ma part, venant d’une circonscription littorale, je me suis sentie concernée par l’économie bleue et je me suis portée volontaire. J’ai été nommé co-rapporteur, nous étions deux, du rapport de la loi sur l'économie bleue. Ce rapport est paru et a fait l’objet de 56 propositions. Suite à cela, il m’est apparu assez inconcevable de s’arrêter là, afin de continuer à suivre les problématiques du monde maritime. J’ai donc mis en place la Team maritime. Il s’agit d’un groupe de travail, avec plusieurs de mes collègues députés, qui ne sont pas forcément de ma Commission mais celle des Finances, de la Défense, etc. Nous avons un rendez-vous hebdomadaire incontournable « les mercredis de la Team » : nous accueillons chaque mercredi à l’Assemblée Nationale un acteur de l’économie maritime, et notre agenda est bien rempli jusqu’à l’année prochaine ! Le but est soit de découvrir une activité ou une entreprise que nous ne connaissons pas, ou de rencontrer un acteur avec un problème spécifique dont il vient nous faire part afin que nous puissions lui apporter notre soutien, et faire le lien avec les ministères si besoin.

Nautisme Article
Sophie Panonacle, député de la Gironde et responsable de la Team maritime à l'Assemblée Nationale.

Nous organisons aussi énormément de colloques. Les deux derniers, qui ont bien entendu été reportés, concernaient la formation et l’emploi, ainsi que la propulsion vélique (le transport à la voile). Dernier projet mis en place l’année dernière : la Fête de la Mer et des Littoraux, qui a été un succès puisqu’elle a réuni plus de 300 évènements en France métropolitaine et territoires ultramarins. La deuxième édition de juin a été annulée mais j’espère, peut-être, organisée une fête un peu différente fin août… La SNSM, partenaire de cet événement, devrait tout de même organiser sa journée nationale fin juin. »

Comment réalisez-vous vos rapports ? « Nous avons commencé les auditions le 8 avril dernier, pendant une semaine, ce qui a donné lieu au premier rapport intitulé « Mayday, l’appel de détresse des entreprises de l’économie bleue ». L’idée était de faire un constat de l’économie des entreprises maritimes pendant le confinement. Il y a eu ensuite un deuxième rapport, qui vient d’être publié « 11 mai 2020, le D-day du déconfinement maritime », dont les auditions ont eu lieu du 15 au 28 avril. Enfin, il y aura un troisième rapport pour lequel les auditions commenceront le 18 mai prochain. Ce sera à nouveau tous les acteurs déjà auditionnés pour refaire un point sur la première semaine de déconfinement et sur l’après. L’axe principal sera la construction du développement durable de l’économie maritime. »

Quels constats pouvez-vous tirer de ces deux premiers rapports ? « Le premier rapport a permis de dresser un premier bilan économique et de lancer un appel de détresse pour ces différents secteurs : transport maritime et activités portuaires, construction navale, pêche, plaisance et yachting. Pour le deuxième rapport nous avons mis l’accent sur les volets social et environnemental, avec les ONG du maritime, les acteurs des énergies marines et de la transition énergétique, ainsi que les organisations syndicales. Ceci était un avant-propos à la sortie de crise. Quant au troisième rapport, l’idée est de tracer les contours d’un plan de relance et de recenser une première série de mesures dans toutes les filières du maritime, pour une relance vertueuse, pour que le jour d’après ne ressemble pas au jour d’avant. Les résultats de cette troisième concertation seront publiés fin mai et transmis au cabinet du Premier Ministre et au Président de la République. »

L'environnement est au coeur des réflexions ? « Lors des dernières consultations, les ONG nous ont alertés par rapport à la pollution plastique avec tous nos matériels de protection ainsi que sur la notion d’éco-conditionnalité. Notre Commission a déposé un amendement qui a été voté sur cela car on ne peut plus envisager des subventions de l’Etat sans cette éco-conditionnalité : tout soutien de l’Etat à un projet doit être conditionné par l’environnement, et que l’économie maritime soit de plus en plus vertueuse avec par exemple l’utilisation de matériaux durables dans la construction navale. Nous avons également auditionné les acteurs de la propulsion vélique, et je crois qu’il s’agit vraiment d’une filière d’avenir en France. Il y a une réelle opportunité de prendre le leadership à l’échelle européenne, voire mondiale. »

Par rapport aux croisières, il y a une difficulté par rapport au modèle que l’on connaît, avec de très gros bateaux. La crise a été extrêmement douloureuse et donc il va falloir repenser la croisière. J’ai discuté avec Jean-Emmanuel Sauvée, président d’Armateurs de France et de la compagnie de croisière Ponant, et il commence déjà à réfléchir là-dessus : quel nouveau voyage peut-on inventer ? Il va falloir trouver des solutions car la construction de ces grands paquebots est très importante pour les chantiers navals donc il faut trouver d’autres solutions pour pouvoir allier économie et écologie. »

Et concernant la plaisance ? « Quant à la plaisance, il faut la repenser également. Cela fait partie de la réflexion qu’ont aujourd’hui les acteurs de la plaisance. J’entends l’envie des plaisanciers de repartir à l’eau et c’est normal. Mais il va falloir jouer le jeu et réussir à concilier la protection de l’environnement et une plaisance peut-être différente. Ces réflexions feront partie de la troisième proposition, à partir du 18 mai, à savoir quelles propositions et quelles solutions ces acteurs vont pouvoir nous apporter. Et ils en ont énormément ! Il va falloir que cette crise serve à quelque chose… mais s’il y a déjà de belles initiatives, comme le zéro déchets dans les ports, je pense que l’ont peut aller encore plus loin. »

Nautisme Article

« La communauté maritime est extrêmement soudée et solidaire, prête pour le jour d’après. Je suis assez confiante sur le troisième rapport et je pense que nous pourrons faire des propositions vraiment intéressantes au gouvernement. »

Appel à contribution pour la plaisance et le yachting : contactez Sophie Panonacle Sophie.Panonacle@assemblee-nationale.fr.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.