Essai Outremer 55 - première partie : plus beau, plus vite !

Voiliers
Jeudi 8 avril 2021 à 12h06

En dehors de rendez-vous privés, il vous faudra probablement patienter jusqu’au Cannes Yachting Festival pour le découvrir. Mais nul doute que ce nouvel Outremer 55 y attirera alors tous les regards tant il marque une évolution importante dans le design de la marque.

En dehors de rendez-vous privés, il vous faudra probablement patienter jusqu’au Cannes Yachting Festival pour le découvrir. Mais nul doute que ce nouvel Outremer 55 y attirera alors tous les regards tant il marque une évolution importante dans le design de la marque.

Comme dans le monde automobile, les constructeurs nautiques font évoluer le design de leurs modèles au gré des générations. Les inconditionnels de la marque créée par Gérard Danson en 1984, en compteront désormais quatre. Dans les années 80, les Outremer originaux se caractérisaient par des coques étroites et bananées et de tout petits roofs. La seconde génération, celle du succès, est reconnaissable à des miles de distance avec ses roofs en forme de soucoupe volante et ses rails de fargue à la jonction entre les coques et le pont. Puis, à la suite du décès de son fondateur et architecte, est venu la reprise par le Groupe Grand Large Yachting. Signés alors Barreau-Neumann ou VPLP, les 49 (devenu 51), le 5X (59 pieds), puis le 45 ont rencontré un succès remarquable sur le créneau pourtant étroit de la grande croisière performante. Si le chantier a bien pris soin de ne pas modifier l’ADN performant de son nouvel opus, si la ligne générale le fait parfaitement s’intégrer entre le 51 et le 5X, moult détails de design et d’ergonomie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur signent bel et bien une nouvelle génération d’Outremer.

Nautisme Article

La teinte gris anthracite du roof, qui en allège l’aspect, est un premier signe de reconnaissance extérieur remarquable de l’Outremer 55. Il faut dire qu’il a pris de la hauteur pour s’adapter au gabarit de clients à 80% étrangers, qui sont bien au-dessus de la moyenne française sous la toise. Est-ce que l’évolution des postes de barre en est une conséquence directe ? Peu importe serait-on tenté de dire tant le résultat nous a séduit. C’est un endroit stratégique sur un voilier dont la performance et le plaisir de barre sont au cœur de la conception. Cette zone, symétrique d’un bord sur l’autre, a été intégralement repensée, dans toutes ses dimensions. Les barres à roue reculent tout d’abord d’un mètre par rapport à la façade arrière de roof, dégageant ainsi l’accès aux winches abaissées à parfaite hauteur. Mieux elles basculent vers le bordé extérieur pour être à portée des jolies banquettes doubles, mais également vers le cockpit, pour y barrer protégé du bimini avec une vision frontale suffisante grâce au clair de vitrage important. Praticité, ergonomie, convivialité, l’ensemble rend obsolète l’option barre franche pourtant toujours au catalogue, tant elle répond à tous les critères que l’on est en droit d’attendre sur une telle unité. L’organisation du cockpit s’en trouve bien entendu modifiée, ou plutôt bonifiée serait-on tenté de dire. Le bimini rigide carbone, limitation du poids embarqué oblige, se fait plus protecteur, la circulation vers les larges jupes arrière plus aisée, et la poutre arrière accueille une longue banquette face à la route depuis laquelle on pourra regarder les miles défiler sans se lasser.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Si le passage vers l’intérieur se fait de plain-pied comme il se doit désormais, la largeur de la baie vitrée impressionne et participe à abolir les frontières entre intérieur et extérieur lorsque la météo est au beau fixe. Comme déjà évoqué, la hauteur des vitrages permet une vision panoramique réellement séduisante, même quand on dépasse 1m90. Avoir vitré jusqu’aux pointes avant des joues latérales de roof confirme le soin apporté par le chantier à cet aspect.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

La cuisine en îlot, signée Darnet Design comme l’ensemble des aménagements, est une innovation importante dont on risque vite de devenir inconditionnel. Facilitant la circulation, la participation, les échanges avec la longue table à carte située sur l’avant face à la route ou le vaste carré localisé lui à bâbord. Notons au passage le dessin original de la sellerie qui adopte l’arrondi des galets d’un jardin japonais zen. Dans les coques, l’aspect performance de l’Outremer 55 est plus visible. Proposé en trois ou quatre cabines doubles, elles sont inondées de lumière grâce à la fois aux longs hublots de coque, et aux panneaux de pont enfin flush. On ne se croise pas dans les coursives, et il n’est pas question ici d’accès latéral aux couchages, dont les supports sont intégrés à la structure.

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

Mais ce sont là les seules concessions pour obtenir facilement des vitesses moyennes à deux chiffres. Des sensations qui dessinent immanquablement un large sourire sur tous ceux qui ont eu la chance de prendre la barre de ce course-croisière à deux coques, dont Figaro Nautisme. A suivre…

Nautisme Article
© MULTI.media - François TREGOUET

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.