Disparition : James Wharram au paradis des multis

Voiliers
Lundi 20 décembre 2021 à 15h36

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition il y a quelques jours du génial architecte naval James Wharram. A contre-courant de toute la production nautique et de nos sociétés toujours plus technophiles, il restait fidèle à ses principes de simplicité, et gardait toute confiance dans les méthodes de construction les plus ancestrales. Il y a quelques années, à Sète, j’ai eu la chance de rencontrer ce grand homme, dans tous les sens du terme, et j’en garde un souvenir aussi intact que précieux.

©Wharram Design
C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition il y a quelques jours du génial architecte naval James Wharram. A contre-courant de toute la production nautique et de nos sociétés toujours plus technophiles, il restait fidèle à ses principes de simplicité, et gardait toute confiance dans les méthodes de construction les plus ancestrales. Il y a quelques années, à Sète, j’ai eu la chance de rencontrer ce grand homme, dans tous les sens du terme, et j’en garde un souvenir aussi intact que précieux.

Sur le vieux port de Sète, la Tramontane soufflait fort. Le ciel était donc dégagé mais les bateaux ne sortiraient pas. Nous avions donc tout notre temps, et en cette matière comme en d’autres, James Wharram était généreux. Alors il a passé l’après-midi à faire découvrir son magnifique Pahi 63 personnel : Spirit of Gaia. Au bras de sa compagne Hanneke Boon, membre de « Wharram design » depuis quarante ans, il courbait certes un peu le dos, mais ce devait être à cause du vent. Sinon, quelle vivacité intellectuelle, quelle jeunesse d’esprit, quelle éloquence. Ils nous font tous deux le récit de l’expédition Lapita. 4000 Miles Nautiques, des Philippines au Nord du Vanuatu, sur la route des premières migrations Polynésiennes. Bien qu’ayant dû renoncer en cours de route pour raisons de santé James en a pourtant couvert près de 80%. Un voyage en forme de retour aux sources de toute son inspiration.

Nautisme Article
© Wharram Design

Eloge de la simplicité

En effet, alors que sa jeunesse et son instinct l’auraient sans doute entraîné vers les montagnes, deux évènements vont le mener vers un tout autre destin, d’autres sommets : la lecture à 16 ans d’un ouvrage du Français Eric de Bisshop, précurseur avant-guerre des navigations au long-cours et spécialiste de la Polynésie. Ensuite une rencontre un peu particulière avec la reproduction d’une pirogue à balancier Polynésienne. Au British Science Museum de Londres, tout est là. Le ratio longueur / largeur des coques : 1/11 ou 1/12 contre 1/3 pour les monocoques occidentaux. La hauteur de mât raisonnable (1 à 1.2 fois la longueur du bateau). Les mâts immenses étaient pour James un effet de mode hérité de la course, rendant les bateaux dangereux et difficiles à manœuvrer. La vitesse de carène étant une résultante directe de la longueur à la flottaison, si on veut aller vite il faut faire plus long, pas plus haut. Enfin et surtout,  la simplicité, dictée par la dureté de la préhistoire de l’humanité, qui vous fait toujours rechercher l’efficacité maximale. Une stabilité et des performances naturelles rendant possibles des navigations au long cours, entraînant de fait des migrations qui joueront un rôle majeur dans l’histoire de l’humanité. Alors que nos ancêtres Européens en étaient encore à bégayer l‘art rupestre dans les grottes de Lascaux, les Polynésiens naviguaient à la conquête du monde, parcourant en distance l’équivalent de quatre transatlantiques! Historien maritime ET architecte, il savait et insistait pour rappeler que nous n’avions rien inventé. Que nos multicoques de course modernes doivent tout à ces premiers voiliers construits il y a plusieurs milliers d’années en plein Pacifique. Véritable encyclopédie vivante du multi il connaissait toutes les publications traitant du Multicoque dans le monde. Depuis toujours.

Nautisme Article
© Wharram Design

Inspiration Polynésienne

James Wharram sera fidèle à ces principes de conception et de construction toute sa vie. Sa première construction est un catamaran de 23 pieds (comme la pirogue du musée) inspiré par les observations du Capitaine Cook en Polynésie, les dessins de son idole Eric de Bisschop et du radeau Kon Tiki. Ils embarquent à trois en 1955 pour une première transat à bord de ‘Tangaroa’ Dieu Polynésien de la mer et des poissons. Arrivé à Trinidad, toujours aussi agile de ses longues mains, il se construit pour habitation un radeau de bambou surmonté d’une paillote. Mais après une traversée aussi épique que riche en enseignements il ne manque pas d’idées pour continuer son voyage. Voisins de mouillage il fait la connaissance de Bernard Moitessier qui vient également de terminer sa première transat. Est-ce que leur rencontre influencera plus tard Bernard lors de son abandon du Golden Globe pour rejoindre Tahiti ? Nul ne le sait, mais alors très « rationnel », très « Français »,  Moitessier non seulement encourage mais aide aussi James à se lancer dans la construction de son dessin de  quarante pieds, pour fuir l’enfer vert et bureaucratique qu’est alors Trinidad. Baptisé du nom d’une autre divinité Polynésienne, Rongo, il leur permettra de croiser dans les Caraïbes, de remonter sur New York, avant de revenir en Irlande. C’est là qu’en 1964 on lui commande le premier plan suivi d’une longue série : un catamaran polynésien de 35’ qui coûtera à l’époque…600 livres sterling.

Nautisme Article
© Wharram Design

Un maître parmi ses pairs

Si son ‘instinct nomade’ ne le quittera jamais, il ne s’arrêtera pas non plus de dessiner des bateaux. Toujours pour les moins fortunés. Par principe. Des bateaux pour aller vite, loin, avec moins de matériaux, moins de technologie. Jusqu’à 10 000 plans produits à partir de cette géniale inspiration de peuplades injustement qualifiées de primitives. Cela lui vaudra une reconnaissance officielle dans son pays natal. En grand couturier de la mer et du vent, il disait que « dessiner un bateau c’est comme habiller une jolie femme », pensait un bateau comme une œuvre d’art, une sculpture fonctionnelle. Son sillage a croisé ceux tout aussi prestigieux de Moitessier, Bob Harris, ou Herischof. Il partageait à Sète son enthousiasme juvénile avec d’autres architectes férus de multicoques tels Marc Van Peteghem ou Dick Newick. Il admirait le travail d’un Nigel Irens, et aurait tant voulu vivre au temps des Cook ou autres Bougainville. Ce jour-là, sur les quais de la cité de Georges Brassens, baignés de la lumière du soleil couchant, nous avons regardé James et Hanneke s’éloigner, bras dessus bras dessous. Lui le port toujours altier, elle à ses côtés, incroyablement prévenante. Alors c’est comme cela que nous l’imaginons être définitivement parti le 14 décembre dernier. Les partisans du monocoque acier sur lequel « trop fort n’a jamais manqué » ont Bernard Moitessier. Les inconditionnels des multicoques, légers, simples, marins, rapides et stables, ont James Wharram, pour toujours.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…