Les plaisanciers pêcheurs une fois de plus pénalisés

Blog Albert Brel
Jeudi 28 décembre 2017 à 6h47

Connaissez-vous les TACs ? Il s’agit des totaux admissibles de captures et quotas de pêches pour les plaisanciers. Bruxelles et le Conseil européen des Ministres en charge de la pêche viennent de définir pour chaque espèce dites « en difficultés » le taux de prélèvement maximum pour la pêche professionnelle et récréative, notamment pour le bar.

Ces dorades font la taille réglementaire. ©Albert Brel
Connaissez-vous les TACs ? Il s’agit des totaux admissibles de captures et quotas de pêches pour les plaisanciers. Bruxelles et le Conseil européen des Ministres en charge de la pêche viennent de définir pour chaque espèce dites « en difficultés » le taux de prélèvement maximum pour la pêche professionnelle et récréative, notamment pour le bar.

Un maximum de plus en plus réduit

Au nord du 48ème parallèle, où l’an dernier un bar par personne embarquée sur le bateau était autorisé, pour cette année, c’est une interdiction totale de pêche. Seule la pratique du pêcher-relâcher est autorisée. Tout prélèvement est banni. Quant à la zone située au sud du 48ème parallèle, le quota est réduit à 3 bars par jour et par pêcheur tout au long de l’année avec une taille minimum de 42 cm. Pas de précision pour un pêcheur à proximité du 48ème et qui relève un bar situé au Nord ou inversement.

Nautisme Article
Pour respecter la loi, il faut couper la nageoire caudale de ces maquereaux avant de les faire griller.© Albert Brel

Le point de vue de la CNP

La CNP (Confédération du Nautisme et de la Plaisance) partage le souci des autorités européennes de protéger le stock des espèces en difficultés. Elle est favorable au principe d’une limitation des captures pour tous les métiers mais souhaite une protection maîtrisée et programmée. Pour elle, les mesures édictées sont, dans leurs formes actuelles, brutales et excessives. Elle regrette que la recommandation du président de la commission de la pêche du parlement européen n’ait pas été suivie. Elle préconisait la prise d’un bar par jour et par pêcheur aussi bien au Sud qu’au Nord du 48ème et ce, en attendant l’instauration de quotas mensuels.

Attendre l’analyse de la CIEM

La CIEM (Conseil International pour l’Exploitation de la Mer) doit donner en mars 2018 une analyse précise de la pêche au bar au Nord du 48ème. Pour la CNP, le niveau des prélèvements effectués par la pêche de loisir évoqué par la commission européenne ne repose sur aucune analyse crédible et semble totalement surévaluée. Pour elle, il est urgent d’attendre les résultats de cette analyse avant de prendre des mesures.

Nautisme Article
Les crustacés aussi ont des tailles réglementaires. L'araignée doit faire au minimum 12 cm.© Albert Brel

Un nombre important de plaisanciers pêchent

Il est vrai que ce n’est pas moins de 2 millions de pêcheurs plaisanciers qui pratiquent cette pêche. Dans les salons comme le Grand Pavois de La Rochelle, on peut voir l’importance de cette activité. En effet, les plaisanciers peuvent participer à des concours avec des professionnels de la pêche plaisance et recevoir des conseils. Qu’en sera-t-il si elle se résume à pêcher puis à relâcher la prise ? Bien entendu, il faut protéger le stock, mais il y a peut-être des solutions mieux adaptées que le pêcher-relâcher sauf évidemment si la prise n’a pas la taille réglementaire. Ce secteur est une activité importante pour beaucoup de sociétés qui se sont spécialisées dans ce domaine, il serait dommage qu’elles ne puissent pas continuer leur activité dans des conditions acceptables pour tous. Au mois de mars, il y aura à Nantes le salon de Pêche en mer. Pour le bon déroulement de ce salon, il serait souhaitable que des décisions soient prises rapidement, mais, dans ce domaine, il semble que Bruxelles et le Conseil européen de la pêche aient pris leur décision et qu’il sera difficile de revenir en arrière.

Nautisme Article
Après la pêche, il faut mesurer les poissons et procéder à l?ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale, en clair, une partie de la queue. Sauf si le poisson est relâché.© Albert Brel

Respecter la taille et marquer les poissons

Pour éviter le braconnage et la revente aux professionnels, un marquage de certains poissons est obligatoire. Il consiste à l’ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale, en clair, une partie de la queue. Ce marquage doit être effectué dès la prise du poisson, sauf s’il est relâché. Les principales espèces concernées (Mer du Nord, Manche, Atlantique) et la taille minimum sont : le bar (42 cm), la daurade (23 cm), le lieu noir (35 cm), le lieu jaune (30 cm), le maquereau (20 cm, 30 en mer du Nord), le mulet (30 cm), la limande (20 cm), la sardine (11 cm), le maigre (45 cm), le rouget (15 cm), etc. Dans certaines régions, il y a des réglementations locales sur les dates de pêche et les tailles. Il faut donc se renseigner auprès des associations officielles ou des Affaires maritimes. Pour les crustacés, une taille minimum est également mise en place ainsi que des périodes de pêche. Par exemple, l’araignée doit faire au minimum 12 cm, la crevette bouquet 5 cm, la grise 3 cm ; quant aux coquillages, la taille de la coque 3 cm, de l’ormeau 9 cm, de la palourde 4 cm, etc. En Méditerranée, les tailles peuvent être différentes. Par exemple, pour le bar (loup), la taille est de 30 cm, le pageot rose 33 cm, le maigre 45 cm, le maquereau 18 cm, le congre 60 cm, le mérou 45 cm, le sar tête noire 18 cm, etc.  A noter que la FNPP (Fédération Nationale de la Plaisance et des Pêches en mer) édite des planches avec les tailles des poissons ainsi que celles des crustacés et coquillages et expliquent comment les mesurer.

Nautisme Article
La pêche à la traine est une pratique très courante.© Albert Brel

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.