Le temps se rafraîchit !

Vendée Globe
Lundi 30 novembre 2020 à 7h25

La tête de flotte baigne désormais dans un flux de secteur Sud-Ouest en approche du cap de Bonne-Espérance que le leader, Charlie Dalin, devrait franchir en fin d’après-midi. Le temps s’est franchement rafraîchi mais surtout le passage sous l’Afrique du Sud s’annonce assez violent avec une brise contraire au courant des Aiguilles qui vient de l’océan Indien. Derrière, l’anticyclone s’est refermé sur le Suisse Alan Roura et une deuxième dépression devrait propulser les groupes de queue très rapidement vers… une nouvelle cellule de hautes pressions !

©Chris ASKOLL
La tête de flotte baigne désormais dans un flux de secteur Sud-Ouest en approche du cap de Bonne-Espérance que le leader, Charlie Dalin, devrait franchir en fin d’après-midi. Le temps s’est franchement rafraîchi mais surtout le passage sous l’Afrique du Sud s’annonce assez violent avec une brise contraire au courant des Aiguilles qui vient de l’océan Indien. Derrière, l’anticyclone s’est refermé sur le Suisse Alan Roura et une deuxième dépression devrait propulser les groupes de queue très rapidement vers… une nouvelle cellule de hautes pressions !

La tête de flotte baigne désormais dans un flux de secteur Sud-Ouest en approche du cap de Bonne-Espérance que le leader, Charlie Dalin, devrait franchir en fin d’après-midi. Le temps s’est franchement rafraîchi mais surtout le passage sous l’Afrique du Sud s’annonce assez violent avec une brise contraire au courant des Aiguilles qui vient de l’océan Indien. Derrière, l’anticyclone s’est refermé sur le Suisse Alan Roura et une deuxième dépression devrait propulser les groupes de queue très rapidement vers… une nouvelle cellule de hautes pressions !

Ça caille ! Vraiment… On a eu beau nous prévenir, on se les pèle : 7°C maximum dans l’air avec tout de même vingt-cinq nœuds établis et des rafales à 35 nœuds, sur une mer qui a franchement grossi et qui ne dépasse pas le 8°C. Tenter de sortir le bout de son nez dehors, c’est s’assurer une bonne giclée d’embruns frigorifiques. La brise est passée au secteur Sud-Ouest derrière le front froid et depuis qu’il faut descendre vers la Zone d’Exclusion Antarctique, les leaders se font brasser velu… Et ce n’est pas la belle pleine lune qui envoie ses dards lumineux entre deux nuages sombres qui pourrait rassurer : apercevoir une belle déferlante rouler son écume sous des cieux ténébreux n’est pas fait pour diminuer la boule qui s’est formée au creux des reins.

Une première brassée de vagues et de brises

Le truc, c’est qu’il y en a pour trois semaines ! Et c’est venu d’un coup : sortir de la nasse anticyclonique n’a certes pas été aisée, mais si c’est pour se dire que l’atmosphère ne va pas s’améliorer avant des jours et des jours, c’est difficile à imaginer. Bon, c’est sûr qu’il n’y a pas un endroit au monde où les lumières sont aussi magiques : au loin, le continent glacé réfléchit un soleil encore caché que les cumulonimbus n’arrivent pas à couvrir. Ce n’est certes pas encore la tempête, mais tout de même. Il y a du souffle et dans ces mers du Sud, la densité est telle que la moindre rafale a des allures de tornade.

Mais cela n’empêche pas d’allumer sérieux : à plus de dix-sept nœuds de moyenne, le retard pris dans les méandres anticycloniques est en train de fondre. Devant, Charlie Dalin (Apivia) n’a finalement pas pris la poudre d’escampette, bien au contraire. Obligé de remonter jusqu’au 38° Nord, il va devoir négocier les gyres océaniques qui sévissent au Sud de Bonne-Espérance. Bien plus que le groupe des poursuivants qui s’accroche avec six compères dans la roue de Thomas Ruyant (LinkedOut), un peu moins rapide avec son foil bâbord tronqué…

Car derrière, la pression devient de plus en plus forte : Jean Le Cam (Yes We Cam!) tient tête à quatre foilers qui ne peuvent probablement pas donner toute la puissance possible avec une mer de moins en moins rangée : il reste une houle de Nord-Ouest dans une brise de Sud-Ouest et l’anticyclone de Sainte-Hélène a des velléités à se glisser sous l’Afrique du Sud. Alan Roura (La Fabrique) en sait quelque chose, lui qui s’est fait rattraper par les hautes pressions et galère au large de Tristan da Cunha ! Alors que Clarisse Crémer (Banque Populaire X) s’est fait franchement ralentir dans la nuit en passant sous les reliefs de l’île de Gough et avec Romain Attanasio (PURE-Best Western Hotels & Resorts) dans son Est, la jeune skippeuse a tout intérêt à piquer rapidement vers le Sud-Est pour ne pas se faire phagocyter par les hautes pressions.

En attendant Godot… et la deuxième dépression australe !

Et si Stéphane Le Diraison (Time for Oceans) voit enfin le bout du tunnel avec une brise de Nord bienvenue après les calmes qu’il a subi ces derniers jours, derrière cela commence à obliquer : Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle) fut le premier à pousser la barre avec l’objectif de contourner la bulle du côté du 35° Nord, avec dans son sillage, trois compères (Cousin-Costa-Hare) et un foiler sur sa hanche. Armel Tripon (L’Occitane en Provence) va certes plus vite dans ces conditions plus actives, mais le Nantais aura tout de même du mal à suivre cette nouvelle dépression australe qui se déplace fort vite et pourrait même mettre en ballotage certains leaders d’ici trois jours, entre Cape Town et les Kerguelen…

Enfin du côté du groupe de queue, le Japonais Kojiro Shiraishi (DMG MORI Global One) est en train de déborder Sébastien Destremau (merci) dans des alizés brésiliens plutôt Est. Cela fait aussi l’affaire de Jérémie Beyou (Charal) qui peut allonger la foulée au large de Recife et qui devrait revenir très fort ces prochains jours sur ce groupe qui navigue à plus de 2 500 milles du cap de Bonne-Espérance… Quand la « lanterne rouge » suffoque par plus de 28°C, les leaders dans les Quarantièmes Rugissants tremblent par 7°C ! Le différentiel n’est pas que temporel.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.