Un mois après son retour à terre, Isabelle Joschke se confie

Vendée Globe
Mercredi 17 mars 2021 à 16h13

Cela fait presque un mois qu’Isabelle Joschke a bouclé son aventure du Vendée Globe. La skipper MACSF, qui a parcouru le monde sans jamais poser pied à terre, excepté lors de son escale contrainte au Brésil, revient sur les moments forts de sa découverte en solitaire de paysages marins d’exception.

©Isabelle Joschke / MACSF
Cela fait presque un mois qu’Isabelle Joschke a bouclé son aventure du Vendée Globe. La skipper MACSF, qui a parcouru le monde sans jamais poser pied à terre, excepté lors de son escale contrainte au Brésil, revient sur les moments forts de sa découverte en solitaire de paysages marins d’exception.

Quel effet cela fait-il d’avoir fait le tour du monde sans jamais avoir posé pied à terre ?

"J’ai encore du mal à le réaliser. L’autre bout du monde, c’est à la fois extrêmement loin et accessible. Ce que j’ai compris, c’est qu’il y a encore beaucoup d’endroits où la nature est le maître et non l’homme. En soi, je trouve cela plutôt rassurant."

Quel est le plus beau paysage que tu aies vu durant ce Vendée Globe ?

"Le plus beau, ce sont les nuits d’été du Pacifique Sud. Les nuits sont très courtes, les couleurs incroyables et la lune plus belle que jamais. Ce sont des nuits que l’on peut voir dans des conditions anticycloniques, là où la mer est calme et l’ambiance reposante. Ces paysages, c’était comme une récréation entre deux dépressions. Là, je savais pourquoi je faisais tous ces efforts, je savais ce que je faisais là."

Dans quelle partie du globe le climat a-t-il été le plus impitoyable ?

"Dans l’océan Indien. Il semblerait que l’été austral ait eu du « retard » et que les conditions que j’y ai rencontrées correspondent plus à l’automne. La mer était dure, croisée, cassante, et le vent terriblement instable. C’était dur pour les nerfs."

Peux-tu nous parler de la manière dont tu as fait face aux changements de température ?

"Comme je suis très frileuse, je fais régulièrement des séances de cryothérapie et je pratique la douche écossaise pour habituer mon corps mais je reste sensible au froid. Alors j’ai adapté mon alimentation, j’ai mangé plus régulièrement, en choisissant des aliments plus caloriques que dans l’Atlantique. Avec Anne-Lise, qui préparait mes plats, nous avons sélectionné des aliments « réchauffant » en s’appuyant sur son expérience et sur la médecine chinoise. Question vestimentaire, j’étais bien équipée avec des pulls et bonnets en cachemire très épais. J’avais à bord un petit chauffage, dont je n’ai malheureusement pas pu me servir. Cela m’a un peu manqué, mais j’ai tenu le coup."

Comment as-tu été accueillie durant ton escale au Brésil ?

"Avec mon équipe, nous avons été très bien accueillis à Salvador, notamment par Dominique le Bras, le directeur de la Marina. C’est un port que j’adore et où j’ai mes plus beaux souvenirs d’arrivée de course lors de la Mini Transat et de la Transat Jacques Vabre. Pour moi, faire escale à Bahia, c’était une sorte de consolation."

Pourrais-tu nous partager ton plus beau souvenir ?

"Mon plus beau souvenir, c’est le retour dans l’océan Atlantique après le passage du cap Horn. C’était une délivrance après 40 jours passés dans les mers du sud. Les conditions climatiques se sont métamorphosées en quelques heures. D’un coup, j’ai retrouvé une mer calme et le soleil. J’ai eu l’impression de renaître."

Finalement, cette course au bout du monde t’a-t-elle donné envie d’amarrer dans un port en particulier ?

"À chaque fois que je suis passée près d’une île, ça m’a fait rêver. Certaines sont complètement perdues au milieu de l’Atlantique et d’autres en plein dans les mers du Sud, là où le climat est particulièrement rude. À chaque fois, cela m’a donné envie de poser le pied à terre. La région qui m’attire le plus reste la Terre de Feu et tout ce qu’il y a autour du Cap Horn. J’aimerais visiter Ushuaïa et les îles Malouines."

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.