Solitaire du Figaro : Cap à l'Ouest

Course au large
Lundi 5 septembre 2022 à 19h11

Une première nuit plutôt calme. Guillaume Pirouelle (Région Normandie) empoche la bonification Sprint Intermédiaire et prend les commandes de la flotte

Sous spi ©Alexis Courcoux
Une première nuit plutôt calme. Guillaume Pirouelle (Région Normandie) empoche la bonification Sprint Intermédiaire et prend les commandes de la flotte

La première nuit de cette troisième et dernière étape de la 53è édition de La Solitaire du Figaro a été plutôt douce pour les 31 marins en course (ndlr. abandon de Fred Duthil - Journal des entreprises la nuit dernière).

Une mise en jambe finalement assez tranquille ; de bon aloi pour cette ultime confrontation qui a encore tout d’une étape de montagne avec 640 milles à parcourir et surtout une dégradation météo prévue demain, mardi.

Partis hier midi de Royan, les solitaires ont donc bénéficié de conditions plutôt clémentes pour cette entame de match. Le flux régulier de nord d’une dizaine de nœuds les a, en effet, propulsé au portant sur la route directe. Une conjoncture favorable pour tenter de grappiller un peu de sommeil. Beaucoup ont enchaîné les siestes. Il faut dire qu'après 2 étapes marathon, 11 jours déjà passés en mer, les batteries sont quelque peu entamées. Et le repos engrangé à terre lors des escales ne suffit pas à recharger complètement les accus. Il s’agit pour tous d'engranger un maximum de repos avant que la situation météo ne se gâte progressivement à partir de demain, mardi.

La belle opération de la nuit revient à Guillaume Pirouelle. En remportant, juste avant minuit, le sprint intermédiaire à la marque Attente Arcachon, le normand gagne 5 précieuses minutes. Tom Laperche et Corentin Horeau, deuxième et troisième, seront quant à eux bonifiés respectivement de 3 et 1 minute à déduire de leur temps de course. Et Dieu sait que, dans cette course au temps, chaque seconde vaut son pesant d'or ! On se souviendra de cette année 2003 où Armel Le Cléac'h avait décroché la victoire pour 13 toutes petites secondes.

 

Classement au Sprint intermédiaire Marque Attente Arcachon

1 - Guillaume Pirouelle ( Région Normandie) à 23h41'12

2 - Tom Laperche (Région Bretagne – CMB Performance) 23h43'21

3 - Corentin Horeau (Mutuelle Bleue) à 23h43'39

 

Cap à l'ouest pour toute la flotte

Finalement la fin de nuit a été plus ventée que prévue, permettant aux bateaux de progresser de manière significative vers Los Farallones avec des moyennes régulières autour de 13 nœuds. Au fil des heures le vent a évolué en direction, prenant de la droite et passant du Nord au Sud en passant par l'Est ; une variation qui a permis à nos marins de tracer une belle aile de mouette sur la cartographie.

À 14 heures, ce lundi, alors que les spis encore en l’air ce matin ont été remisés, l’écart reste infime entre les deux skippers menant la flotte, Guillaume Pirouelle (Région Normandie) et Tom Laperche (Région Bretagne - CMB Performance) positionnés sur une route au Nord. Avec un décalage de 8 milles, Tom Dolan (Smurfit-Kappa-Kingspan) ouvre la marche d’un petit groupe plus au Sud. Tous affichent des vitesses de l’ordre de 7 nœuds et demi. Un certain statu quo règne sur l’eau. Rester en veille face à l’évolution de la météo, bien se positionner, peaufiner ses réglages et sa trajectoire, et surtout profiter des conditions clémentes pour engranger du sommeil dans la perspective de vents forts à venir… C’est la petite routine des marins, à la barre ou à la bannette, en ce dernier lundi de La Solitaire du Figaro 2022.

Cette belle progression ne va pas durer. La flotte est déjà un peu freinée par un vent d’ouest variable 5 à 10 nœuds. A 16 heures, on le voit déjà, les vitesses ont chuté à 2 petits nœuds pour certains bateaux. Un vent variable et toujours faible, voilà ce qui attend les concurrents pour la suite de l'après-midi : de la molle accentuée par une houle d’ouest jusqu’à 2 mètres.

En fin de journée, les skippers vont retrouver du nord-ouest puis dans la nuit de l’ouest plus soutenu (15 à 20 nœuds). La flotte, assez groupée (13 milles en latéral) est actuellement à 140 milles des îles Farallones avec un peu d’avance sur les prévisions.

Modification classement deuxième étape

Suite au remplacement de son J2 (voile d'avant), le jury de l'épreuve, conformément au règlement, a pénalisé Davy Beaudart (Naut'y Mor) de 35 minutes. Cette pénalité a été intégrée au classement de la deuxième étape. Au général, le lorientais rétrograde de la 12è à 15ème place.

Abandon de Fred Duthil (Le Journal des Entreprises)

La nuit dernière, Fred Duthil (Le Journal des Entreprises) a signifié son abandon à la direction de course. Le trinitain s’est bloqué le dos et ses douleurs ne lui permettent pas de continuer la course au vu des conditions météorologiques attendues ce mardi et mercredi. Il est attendu à Lorient demain matin.

 

Echos du large

Basile Bourgnon (EDENRED) :

« Le passage de la bouée a été plutôt sympa avec le vent de nord au portant. Ensuite c’était plus tonique, mais cela n’a pas duré très longtemps. Ce matin, ça glisse sous spi, c’est royal. On va voir à quelle sauce on va être mangés aujourd’hui, avec une alternance de plein de systèmes : des anticyclones, des fronts et la dépression qui arrive. Il faut se placer au bon endroit au bon moment, pour ne pas se retrouver dans une zone sans vent, alors que des copains, qui pourraient se décaler, se retrouvent, eux, avec du vent. Il va falloir être intelligent sur la stratégie. J’essaye de rester avec le paquet et de me reposer aussi, parce que la suite va être sportive et sans sommeil. On en est quand même à la troisième étape de La Solitaire du Figaro ; et on commence, mine de rien, à être bien fatigués. Je pars du principe de bien préserver mes forces pour tout donner quand il faudra lâcher les chevaux. Je profite des conditions stables de ce matin pour faire des siestes, d’autant que cela va mollir dans pas très longtemps et qu’il va falloir travailler. »

 

Gaston Morvan (Région Bretagne-CMB Espoir):

« La nuit s’est bien passée, même si après Arcachon où il faisait presque peu chaud, on a vite mis le mode sous-marin. C’était plutôt humide, mais aussi très sympa à la barre. Ensuite, le vent a un peu tourné et chacun s’est positionné en fonction de sa vision des choses.

Là, en fin de matinée, il y a de la vague, on est en tee-shirt. J’ai des petits camarades à côté pour s’étaler en vitesse. Tout va bien, il faut profiter à fond.

Aujourd’hui, le vent va pas mal tourner, sûrement prendre un peu de droite avec des petits passages à niveau. Il va falloir être à l’affût. On a de l’air un peu plus que prévu, cela permet pour l’instant d’avancer tout droit vers Farallones. On verra ce que ça va donner, parce qu’il y a sûrement des petits décalages par rapport à ce qui était prévu. J’ai ma petite idée en tête par rapport aux routages d’avant le départ, mais je vais réactualiser un peu, avec le bulletin du jour. Le vent commence à prendre gentiment de la droite et on devrait avoir bientôt un choix de voile à faire.

Mon objectif est aussi de me positionner par rapport au vent soutenu qu’on va avoir à l’atterrissage sur les côtes espagnoles. Déjà au loin j’aperçois une masse nuageuse, j’imagine que c’est l’arrivée du front prévu. C’est une première info au regard du ciel bleu qu’on avait depuis le début. La lecture du ciel vient compléter et illustrer les petits phénomènes annoncés par la météo de la course et les cartes qu’on a à bord.

Ce n’est jamais facile de faire une stratégie, mais j’essaye de faire la plus belle trajectoire possible. Je ne suis pas mécontent de mon positionnement, j’ai fait quelques bons trucs hier soir. Je n’ai toujours pas une vitesse exceptionnelle, je ne comprends pas bien pourquoi, mais je me bats comme je peux. »

 

Violette Dorange (Devenir) :

« Je n’ai pas bien marché hier, mais, j’ai déboulé cette nuit après la bouée. Certains sont partis sous gennak’, d'autres sous spi, et on a tous eu des trajectoires un peu différentes. Dans tout ça, j’ai plutôt bien marché. Je suis revenue pas loin du paquet de tête. Devant moi, j’ai Région Normandie, ainsi que CMB Performance, j’imagine… Et Gaston (Morvan) à côté de moi. J’ai doublé pas mal de bateaux, j’en ai un bon paquet derrière. On est un peu tous sur une ligne d’égalité, mais j’ai l’impression d’être bien placée par rapport à la suite du vent. Ma stratégie, c’est de protéger ma droite, mais le plus important reste de privilégier l’avancement, de faire la route la plus directe, la plus rapide vers la marque. Je suis à fond. Devant, on a des bulles anticycloniques avec des risques de vents plus aléatoires. Ceux plus au nord essayent de les éviter. Et ceux plus au sud, essayent de passer direct. On verra bien. Je me suis beaucoup reposée quand le vent a molli. Mais là, c’est plus tonique et je repasse à l’attaque, pour tenir le rythme de Gaston qui ne lâche rien, et je ne vais rien lâcher non plus ! »

 

Guillaume Pirouelle (Région Normandie) :

« Depuis le départ, on a eu plus de vent que prévu et la première nuit a été plus sportive sous grand spi. Cela m’a permis de bien avancer. Je suis passé premier au Sprint intermédiaire. J’en aurai réussi un sur les trois de cette Solitaire, c’est toujours bon à prendre ! Sur le plan de la météo, on a un front qui arrive sur nous cet après-midi. Il n’est pas très actif, mais il va encore faire basculer le vent. On devrait virer quand on aura plus de refus ; puis, se diriger vers un petit anticyclone qui va encore modifier le vent avec quelques virements ; pour enfin se raprocher du vent de sud-ouest qui va nous permettre de rentrer illico presto à Saint-Nazaire. Devant, ça commence à bien se couvrir. Je pense que c’est le reste du front qui approche, et on va aller chercher tout ça. Il y a Tom (Laperche) qui me court après, mais il va quand même falloir me reposer un peu, en vue du final, qui va être difficile physiquement. Pour l’instant, les conditions sont assez cool, le pilote barre bien, cela permet de dormir un peu. Si tout se passe bien, on pourrait passer Los Farallones demain en début d’après-midi. On attend du Sud-Ouest pour la fin de la remontée vers la marque espagnole. Mais c’est sur le bord final au portant, où on prendra le plus fort. »

 

Cartographie actualisée toutes les 15 minutes 24h/24 et toutes les 5 minutes lors des passages clés.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…