Golden Globe Race : en attendant le Sud…

Course au large
Vendredi 14 octobre 2022 à 16h00

Le départ tôt en saison de la course en solitaire autour du monde sur les traces de Moitessier et Knox-Johnston a tenu ses promesses avec une descente jusqu’à l’équateur au près et un Pot au Noir à la hauteur de sa, mauvaise, réputation. L’Atlantique Sud allait-il offrir à la douzaine de concurrents encore en course des conditions de navigation de rêve avant d’entamer les latitudes Sud ? Rien n’est moins sûr.

Elliott Smith - © Photo Nora Havel - GGR 2022
Le départ tôt en saison de la course en solitaire autour du monde sur les traces de Moitessier et Knox-Johnston a tenu ses promesses avec une descente jusqu’à l’équateur au près et un Pot au Noir à la hauteur de sa, mauvaise, réputation. L’Atlantique Sud allait-il offrir à la douzaine de concurrents encore en course des conditions de navigation de rêve avant d’entamer les latitudes Sud ? Rien n’est moins sûr.

Ils rêvaient de chaleur et de portant au soleil le long des côtes Brésiliennes, ils sont au près dans des conditions très humides. La raison de cette désillusion ? Un puissant anticyclone (plus de 1032 hpa) de Sainte Hèlène, situé très Sud (son centre est à la latitude de Cape Town) leur barre la route, leur envoyant des vents contraires bien après Recife, presque jusqu’à hauteur de Rio de Janeiro.

Bataille stratégique devant !

Nautisme Article
Abhilash Tomy © - Photo Nora Havel - GGR 2022

Au moins les marins ont-ils pu, pour un temps, ranger leurs polaires dans les équipets, avec des températures extérieures légèrement au-dessus de 30 degrés depuis l’équateur. Si la flotte est toujours menée par le Britannique Simon Curwen, sa progression est ralentie suite à la rupture de sa drisse de génois. Volontairement ou non, Ilha Do Boi et Ilha Martin Vaz, deux petits îlots Brésiliens formant l'archipel de la Trinidade, se trouvent juste sur sa route, et pourraient lui permettre de s’abriter, sans assistance, pour monter au mât et réparer au calme. Derrière lui, c’est l’Indien Abhilash Tomy qui performe le mieux ces derniers jours, reprenant 210 milles au leader en une semaine. Ayant dépassé le Finlandais Tapio Lehtinen, le voici menant la chasse au sein de quatuor, avec Pat Lawless dans son sillage et plus à l’Ouest, à la recherche d’un courant favorable à la côte, la Sud-Africaine Kirsten Neuschafer. Quant au revenant Damien Guillou, il continue sa folle remontée. Le voici en milieu de flotte, sixième à 200 milles de Kirsten. Derrière, ils ne sont plus que trois à ne pas avoir franchi l’équateur et à se battre encore dans une Zone de Convergence Inter-Tropicale (ZCIT) qui refuse de les libérer.

Quand mettre cap à l’Est ? Telle est la question…

Nautisme Article
© Météo Consult

Mais qu’ils mènent la course dans le sillage de Bernard Moitessier ou qu’ils vivent leur aventure pleinement à l’arrière de la flotte, ils rêvent tous de mettre le clignotant à gauche, de pointer leurs étraves vers le Cap de Bonne Espérance et les latitudes Sud. Mais la route est barrée par le fameux anticyclone, et la déviation étant longue d’à minima 1200 milles nautiques il leur faudra encore une bonne semaine avant d’envisager de changer de cap et de viser les fameux quarantièmes hurlants. En l’absence de moyens de communication modernes, soit dans le respect de l’édition originale de 1968, le bon sens marin, l’expérience, la science de l’observation, de la pression barométrique, des températures et du ciel seront prépondérants pour prendre les bonnes décisions dans ce jeu subtil où il s’agit d’incurver sa route au bon moment. Ni trop tôt pour ne pas risquer de se retrouver encalminé dans les vents faibles de l’anticyclone, ni trop tard ce qui rallongerait d’autant la route. Damien Guillou résume ainsi parfaitement la situation : « Les alizés de l’Atlantique Sud n’ont pas du tout tenu leurs promesses : je suis au près dans une mer désagréable, irrégulière et croisée, alors j’essaie de ne pas trop serrer le vent pour aider le bateau à passer les vagues. Je ne peux pas ouvrir les panneaux de pont à cause des vagues, alors la chaleur est insupportable à l’intérieur. J’attends avec impatience le portant, mais je me contenterais de travers ! »

Toujours relativiser…

Mais la mauvaise nouvelle de la semaine a été pour l’Américain Elliott Smit. Son compas de route ne fonctionnant plus, c’est quand il a voulu le remplacer qu’il s’est aperçu que ses deux compas de rechange avaient eux aussi été cassés dans leur emballage de transport. Il va donc devoir faire le reste de la route avec son seul compas de relèvement. Comme avait dit Pierre Follenfant avec beaucoup d’auto-dérision lors du premier Vendée Globe « heureusement il n’y en a que pour quatre mois ». Son réservoir gasoil s’était vidé dans son habitacle, alors pour Elliott le désagrément est moins grave, mais l’impact psychologique tout aussi fort car cela devrait plutôt durer sept mois.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…