DOSSIER SPÉCIAL ROUTE DU RHUM
Destination Guadeloupe en partenariat avec

Route du Rhum - Destination Guadeloupe : c'est la lutte finale chez les Class40

Route du Rhum
Mardi 22 novembre 2022 à 16h36

Il fonce vers l’arrivée qu’il devrait rallier dans les prochaines 24 heures. Sauf retournement de dernière minute, Yoann Richomme (Paprec Arkéa) est attendu en grand vainqueur dans la matinée de demain à Pointe-à-Pitre (à partir de 15h, heure métropole).

©Vincent Olivaud
Il fonce vers l’arrivée qu’il devrait rallier dans les prochaines 24 heures. Sauf retournement de dernière minute, Yoann Richomme (Paprec Arkéa) est attendu en grand vainqueur dans la matinée de demain à Pointe-à-Pitre (à partir de 15h, heure métropole).

Impérial, presque intouchable, le leader caracole vers un doublé historique en Class40 sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Pour ne rien gâcher, il progresse avec la promesse d’exploser son propre temps de référence, établi il y a quatre ans, de près de 48 heures. Mais dans son sillage, la bataille fait rage à tous les étages. D’un bord à l’autre, la course redouble d’intensité. Chaque place du classement se dispute cher, très cher. À commencer par celles du podium, avec deux protagonistes qui n’ont pas fini de se rendre coup sur coup aux trousses du leader. Le duel que livrent l’Italien Ambrogio Beccaria (Allagrande-Pirelli) et Corentin Douguet (Queguiner-Innoveo), au coude-à-coude, alors qu’il reste 400 milles à courir, est superbe. Avec moins d’un mille par rapport au but pour les séparer, il garantit de préserver le suspense jusqu’au bout de la ligne, après un tour de la Guadeloupe qui n’a pas son pareil pour offrir son lot d'inévitables rebondissements.

« Le match avec Corentin est passionnant. Hier, c’était un peu plié, j’étais du mauvais côté du nuage et il m’a collé un bon paquet de milles. Aujourd’hui c’est à mon tour de reprendre du terrain, même si je pense que par rapport il a encore un peu d’avance. » Les mots d’ Ambrogio Beccaria ont sans équivoque alors qu’il apprécie à sa juste valeur les « sensations magiques » que lui offre son bateau. « A présent, j’ai la chance de pouvoir exploiter son potentiel. C’est un avion ! » À 15 nœuds de moyenne sur les dernières 24 heures, l’Italien donne le meilleur de lui-même face à un adversaire direct qui ne lâche rien non plus dans des alizés musclés. À 90 milles du chef de troupe, c’est en mode match-race océanique que ces deux là progressent vers l’arrivée.

Solitaires groupés, conditions engagées

Mais ils ne sont les seuls, alors que d’un bord à l’autre, les solitaires, très groupés, font part de conditions engagées qui ne laissent aucun répit. « Là, c’est de la navigation dans les alizés comme dans les livres, du vent fort, des vagues et du soleil. Et pour rendre tout ça amusant, on mélange quelques grains dedans. En matière de compétition, les écarts se sont un peu creusés, mais je reste d’attaque. On ne sait jamais ! Les copains de derrière sont quand même pas si loin que ça » témoigne de son côté Simon Koster (Banque du Leman). Le Suisse, en 4e position, est bien placé pour savoir que ses poursuivants, en embuscade, ne laisseront pas s’échapper la moindre opportunité qui voudrait bien se présenter sous leur étrave ronde. La bataille des scows se corse à mesure que les milles défilent dans les alizés bien établis à 17/18 nœuds. Xavier Macaire (Groupe SNEF) à Luke Berry (Lamotte-Module Création), respectivement 5è et 6è, se tiennent aussi en moins d’un mille. Gare aussi à Antoine Carpentier (Redman), ou encore Alberto Bona (IBSA) qui font tous deux preuve d’une belle constance aux avant-postes.

Un vrac, et ça repart

Dans les rangs de la flotte, nombreux sont ceux qui régatent sur l’océan comme s’ils naviguaient en baie, par relevés de positions interposés. Mais dans ce contexte de compétition exacerbée, le moindre souci se paye cash. Tout se joue au gré des grains et des claques de vent aussi violentes que soudaines qui malmènent les solitaires. Sous spi et sous les nuages, les péripéties se multiplient. « Le bateau est entré en survitesse à 25 nœuds dans une vague et a atterri le nez dans l’eau. Il y a alors eu une énorme surcharge sur le spi et celui-ci, paix à son âme, nous a rendu la sienne, » raconte William Mathelin-Moreaux (Dékuple). 17è, celui qui s’apprête à vite réparer cette voile précieuse, ferraille dans un petit groupe compact où pointent Baptiste Hulin (Rennes / Saint-Malo / Parenthèses de Vie), Jules Bonnier (Nestenn-Entrepreneurs pour la planète), ou encore l’Américain **Alex Mehran **(Polka Dot). Et c’est sans compter avec les Sudistes d’hier qui reviennent dans la bataille alors que les sillages convergent en direction de la Guadeloupe. C’est le cas de Cédric Chateau (Sogestran Seafrigo), qui après avoir vu son bateau se coucher dans une survente affiche, comme les leaders, une belle vitesse de 15 nœuds. Un vrac et ça repart !

Ambrogio Beccaria (Allagrande-Pirelli) : « j’arrive à faire des belles vitesses, à bourriner »

« Depuis le début, j’ai des hauts et des bas ; et aujourd’hui, je suis dans le très haut. Je comprends mieux les nuages, et j’arrive à jouer avec. Je me sens plus à l’aise. C’est ma première course en solitaire sur ce bateau et il m’a fallu un peu de temps pour bien le prendre en main dans les moments où ça va vite. À présent, j’arrive à faire des belles vitesses, à bourriner ; et j’en suis très content. Le match avec Corentin est passionnant. Hier, c’était un peu plié. J’étais du resté mauvais côté du nuage et il m’a collé un bon paquet de milles. Aujourd’hui, c’est à mon tour de reprendre des milles, même si je pense que par rapport au but et si on empanne, il doit être encore 10 milles devant. Mais on a encore 24 heures de course et il reste le tour de la Guadeloupe à faire, ce qui laisse le jeu très ouvert. Les sensations à bord de mon bateau sont magiques. J’apprécie vraiment la chance que j’ai de pouvoir exploiter son potentiel. C’est un avion ! Il est rapide dans toutes les conditions, même si depuis le deuxième front je n’ai plus d’aérien et plus d’infos, ce qui rend difficile les choix tactiques, notamment au niveau des voiles. Et le pilote ne fonctionne pas en mode vent. Quand il faut faire du tout droit, ça va, mais quand il faut marcher en vitesse par rapport au but, ce n’est pas génial, même si je m’en sors. La fin de course s’annonce incroyable en termes d’intensité et c’est pour ça que la nuit dernière j’ai essayé de faire un max de dodo ! »

DOSSIER SPÉCIAL ROUTE DU RHUM
Destination Guadeloupe en partenariat avec
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…