Race for Water : retour sur les 9 escales au pays du soleil levant

Carnet de voyage
Lundi 12 octobre 2020 à 9h07

Flexibilité, le maître-mot depuis le début de l’année. La crise sanitaire qui touche l’ensemble du monde a fortement impactée le programme de l’odyssée Race For Water. Le catamaran de la Fondation a tout de même pu réaliser un joli parcours au cœur des eaux nipponnes avec l’aide de partenaires locaux Saraya et Zeri Japan.

©Race for Water
Flexibilité, le maître-mot depuis le début de l’année. La crise sanitaire qui touche l’ensemble du monde a fortement impactée le programme de l’odyssée Race For Water. Le catamaran de la Fondation a tout de même pu réaliser un joli parcours au cœur des eaux nipponnes avec l’aide de partenaires locaux Saraya et Zeri Japan.

Ishigaki, Okinoerabu, Amamioshima, Kagoshima, Sasebo, Fukuoka, Osaka, Nishinomia et Tokyo. Au total neuf escales et près de 300 personnes rencontrées, très investies sur le sujet de la pollution plastique des océans, reçues par petit groupe dans le respect des normes en vigueur.

« Nous avons accueilli à bord près de 300 invités dont 80 élus, décideurs locaux ainsi que 70 journalistes, depuis début mars, et bien sûr les représentants de nos partenaires : Mr Yusuke Saraya, Président de Saraya Group et de Zeri Japan. Nous tenons à remercier chaleureusement les équipes de Saraya et Zeri qui nous ont accompagnés et soutenus dans nos démarches. Sans leurs engagements, nos escales au Japon n’auraient pu se concrétiser », indique Franck David, directeur de l’Odyssée Race for Water.

« Durant ces sept mois, médias, entrepreneurs et élus locaux ont pu découvrir notre navire Race For Water et ses technologies innovantes ainsi que les solutions proposées afin de lutter contre la pollution par le plastique. Nous restons persuadés que les solutions sont à terre. Il est important de poursuivre nos actions de sensibilisation et d’être sur le terrain malgré le contexte. »

Nautisme Article
© Race for Water

Ce circuit au Japon s’est conclu par trois jours d’événements à bord, orchestrés par les équipes de Breguet. La Maison Breguet qui soutient Race For Water depuis mars 2018, a profité de la présence du catamaran de la Fondation au Japon, pour réunir à bord les clients de ses quatre boutiques locales (trois à Tokyo et une à Osaka) et quelques médias Nippons. Une belle occasion de partager avec leurs clients privilégiés un moment d’exception à bord du plus grand bateau solaire au monde et de témoigner de l’engagement de Breguet dans la préservation des océans.

Prélèvements de microplastiques, dans les eaux de surface japonaises

L’un des trois piliers du programme, mis en œuvre par la Fondation, est la contribution qu’il est possible d’apporter à l’avancée des connaissances scientifiques sur la pollution de l'eau par les plastiques. C’est à ce titre que l’équipage de Race for Water a pu réaliser un programme de prélèvements dans les eaux japonaises, entre Ishigaki et Okinoerabu, au printemps dernier dans le cadre d’une collaboration entre le Professeur japonais Atsuhiko Isobe (Université de Kyushu), la fondation Zeri Japan et notre partenaire local Saraya.

Il s’agissait de procéder à des prélèvements de microplastiques via un filet menta, dans les eaux de surface japonaises, selon un protocole établi par le Prof. Atsuhiko Isobe (Université de Kyushu) et strictement appliqué par les marins. L’équipe a déployé régulièrement, lors de session de 30 minutes, le filet manta, à au moins 20 mètres de l’arrière du Race for Water qui ne devait pas marcher à plus de 3 nœuds. « Nous devions ensuite noter les coordonnées GPS initiales et les coordonnées finales, la vitesse de l’eau en surface etc… Transférer le matériel dans un collecteur en bout du filet en le rinçant par l’extérieur avec de l’eau de mer. Nous devions enfin enlever le collecteur et passer son contenu à travers un tamis de 300 micron au-dessus d’un seau. A cette étape, nous avons pu observer à l’œil nu et à l’aide de pinces propres plusieurs particules de plastiques notamment des billes de polystyrène. Il faut ensuite transférer les éléments répartis dans un coin du tamis dans un bocal en utilisant un entonnoir, de l’eau douce et de l’éthanol à 70% afin de conserver les échantillons. Une fois nos bocaux étiquetés, nous les avons mis au frigo, » décrit François Martin, capitaine de Race for Water.

Nautisme Article
© Race for Water

Le navire Race For Water est désormais en maintenance pour quelques semaines à Funabashi, un port au cœur de Tokyo.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.