Avitaillement : corvée ou plaisir ?

Culture nautique
Jeudi 30 juin 2022 à 11h30

L’été est là et l’heure des vacances sur l’eau n’a jamais été aussi proche. Que vous soyez l’heureux propriétaire de votre bateau ou que vous ayez opté pour la location, l’avitaillement est un enjeu majeur pour des croisières réussies.

©Photo Dream Yacht Charter - DR
L’été est là et l’heure des vacances sur l’eau n’a jamais été aussi proche. Que vous soyez l’heureux propriétaire de votre bateau ou que vous ayez opté pour la location, l’avitaillement est un enjeu majeur pour des croisières réussies.

Les vacances en général, et estivales en particulier, riment très souvent avec de bons repas. Et n’avez-vous pas remarqué que tout semble avoir meilleur goût lorsque l’on est à bord d’un bateau ? C'est sûrement l’air du grand large et les différentes activités qui y sont liées qui nous donnent cette insatiable faim : manœuvres, natation, plongée, planche, wingfoil, rame… l’appétit vient en bougeant ! Alors quand est venu le temps de l’avitaillement, une pointe d’inquiétude vous assaille. Quantité, variété, qualité, que vous soyez fin gastronomes ou inconditionnels des pâtes vient un moment où il faut se décider et surtout anticiper. Y passer un peu de temps en amont est donc la clé.

Nautisme Article
© Photo Sunsail - DR

Cuisiner c’est prévoir

Si vous avez loué votre bateau, à fortiori dans une destination lointaine, la question se pose sérieusement de savoir s’il ne vaudrait pas mieux laisser le loueur s’occuper du premier avitaillement comme ils le proposent souvent. Mettre son équipage à contribution dès le pied posé sur le quai, après une année de dur labeur et un voyage potentiellement fatigant peut mettre d’entrée une mauvaise ambiance à bord. La plupart des grands loueurs proposent un approvisionnement complet ou partiel. Vous recevrez une liste de produits disponibles, parmi lesquels vous ferez votre choix. En ayant en tête le nombre de personnes à nourrir et le nombre de jours à prévoir, il faut tenter d’estimer au plus juste quelles quantités de nourriture et de boissons à embarquer, tout en gardant en tête le volume limité du réfrigérateur. Si pour les aliments courants cela est proche de ce que vous consommez à terre, les vacances en mer ont tendance à favoriser la consommation de produits plaisir. Il ne faut donc surtout pas oublier sodas, alcool (avec modération), biscuits apéritifs, goûters, grignotages en tous genre, tout en prenant soin de votre santé et de l’environnement. Si on évite le verre pour d’évidents risques de casse, on préfère le carton et les canettes aluminium, incassables, au plastique non recyclable.

De l’eau, de l’eau, que d’eau…

Et si on commençait par l’essentiel ? L’eau. Il est rare que l’on puisse boire l’eau des réservoirs, alors il va falloir emporter ses propres bouteilles. L’idéal est d'acheter de grandes bonbonnes de 5 litres, auxquelles chacun viendra remplir sa gourde individuelle. C’est la meilleure façon là-encore de réduire les déchets plastiques. Ce d’autant plus que l’on doit transporter tous nos déchets à bord, parfois pendant toute la durée de la location. Donc moins il y a d'emballages, mieux c'est. Prévoyez 1,5 litre d'eau potable par personne et par jour. Sachant que sous les climats les plus chauds, on peut avoir besoin de plus. En termes de poids et d’encombrement, c’est une corvée et un casse-tête si vous partez pour une longue période sans pouvoir vous ravitailler. Mais si quelqu’un l’a fait pour vous et que ces dizaines de litres, et donc de kilos sont déjà à bord du bateau tout au bout du quai sous un soleil de plomb, cela vaut bien le prix légèrement supérieur que vous avez payé non ?

Nautisme Article
Ne pas oublier les produits ménagers© Photo DR

Anticiper jusqu’aux menus

Si tous les petits-déjeuners et déjeuners seront pris à bord, il est assez probable que quelque restaurant de plage ou de poisson bord à quai vous tendent très vite les bras et tentent tout votre équipage pour le dîner. Et même si vous ne dînez pas à l'extérieur, il sera toujours amusant de faire un repas de « restes » un soir ou l’autre. Dans tous les cas, il convient de faire simple. La batterie de cuisine est le plus souvent rudimentaire, le four capricieux, et la réserve de gaz pas infinie. Des salades pour le déjeuner notamment, des légumes, des pâtes et du fromage pour le dîner feront par exemple parfaitement l'affaire. Entre facilité de l’avitaillement réalisé par le loueur et souplesse des courses maison, tout est dans le bon dosage. Au premier les aliments et boissons de base, lourds et volumineux (eau, huile, pâtes, œufs, riz, conserves…) à vous les produits frais et fins, bien à votre goût (fruits, légumes, laitages, vin…). Et toutes ces opérations seront d’autant plus simples que vous aurez un plan, c’est-à-dire un menu par jour. L’élaborer avec l’ensemble de l’équipage au cours d’une soirée préparatoire peut être un moment très convivial, même si, en cuisine comme partout, il faut un chef qui mène la discussion, tranche en cas d’indécision, recadre le débat dans les limites du faisable, et saura in fine transformer ces menus alléchants en liste d’ingrédients à acheter en quantité ad’hoc.

En conclusion, l’avitaillement pour votre semaine, ou plus, de croisière n’est pas forcément une corvée. Ce peut être au contraire, si vous l’anticipez bien une tâche plutôt amusante. Surtout que l’alimentation est l’une des clés pour une croisière réussie, au même titre que le choix des mouillages, la météo ou une bonne annexe. Mais alors quelle satisfaction d’avoir un équipage heureux de porter un toast à celui ou celle qui aura pris les bonnes décisions pour les sustenter à tout moment en quantité comme en qualité.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…