Les conseils de la SNSM pour les adeptes de loisirs nautiques

Glisse
Dimanche 26 juillet 2020 à 16h30

Qu'il s'agisse du jet-ski, du kitesurf, de la plongée ou autre, les loisirs nautiques sont avant tout considérés comme des sports. Il est donc nécessaire de prendre en considération vos capacités physiques, au même titre qu'une simple baignade : ne vous surestimez pas ! Découvrez les conseils des Sauveteurs en Mer pour cet été.

©Clara Simon
Qu'il s'agisse du jet-ski, du kitesurf, de la plongée ou autre, les loisirs nautiques sont avant tout considérés comme des sports. Il est donc nécessaire de prendre en considération vos capacités physiques, au même titre qu'une simple baignade : ne vous surestimez pas ! Découvrez les conseils des Sauveteurs en Mer pour cet été.

Tout matériel doit également être bien vérifié avant de prendre la mer, de même qu'il est essentiel de se renseigner sur les conditions météo et les courants : soyez prudent par vent de terre !

Ne pratiquez pas seul, si besoin vos amis pourront vous aider.

Respectez les chenaux balisés pour ne pas blesser un baigneur ou un plongeur : dans la bande des 300 mètres, n'allez pas trop vite.

Enfin, donnez toujours l'heure de retour prévue à quelqu'un resté sur le rivage. En cas de retard inquiétant, vos proches pourront déclencher les secours.

Le port du gilet de sauvetage est obligatoire pour tout sport nautique, et les Sauveteurs en Mer conseillent le port d'une combinaison isothermique, équipé d'un moyen de repérage lumineux.

Ne négligez pas la fatigue que vous pourriez éprouver, ou l'hypothermie dont vous pourriez faire l'objet et qui peut être fatale, dans l'attente de secours qui ne sauraient pas où vous trouver. Il est donc nécessaire de s'équiper d'un moyen de localisation et d'alerte afin d'être repérable rapidement par les secours en cas de besoin : équipez-vous d'un DIAL, le bracelet de localisation et d'alerte indispensable à toute sortie en mer.

La planche à voile : vous pouvez pratiquer la planche à voile jusqu'à 2 milles (environ 3 km) et de jour seulement. Nous vous conseillons d'utiliser un leash pour rester toujours solidaire de votre planche. Le gréement doit être rendu solidaire de la planche. Prévoir un bout d'au moins 5 mètres pour être remorqué en cas de difficulté.

Utilisez des bandes réfléchissantes sur la planche à voile et n'oubliez pas de noter votre nom, votre adresse et votre numéro de téléphone sur la planche. Si elle part à la dérive, les sauveteurs sauront rapidement si vous êtes en danger.

Ne quittez jamais votre planche à voile. En cas de problème, elle se repère plus facilement qu'un homme à la mer.

Le jet-ski : vous pouvez naviguer jusqu'à 6 milles nautiques au large (9,6 km) et de jour seulement.

Il est préférable d'être en pleine forme pour pratiquer le scooter des mers. En effet, tous les muscles du corps travaillent, particulièrement les avant-bras, les épaules et les cuisses. Ce sport est déconseillé si vous avez des problèmes de dos.

Votre passager doit avoir une force physique suffisante pour se tenir sur la machine. Nous vous conseillons de ne jamais embarquer un enfant de moins de 8 ans avec vous.

Vérifiez le système d'arrêt automatique du moteur ou de mise en giration lente lors d'une chute à la mer du pilote. Votre jet-ski doit posséder un compartiment étanche contenant deux feux de détresse automatiques à main. Il doit également être équipé d'un anneau et d'un cordage permettant le remorquage.

Le kitesurf : vous pouvez pratiquer le kitesurf jusqu'à 2 milles (environ 3 km) et de jour seulement.

Choisissez une aire de décollage et d'atterrissage sans obstacles ni plagistes et adaptée aux conditions météorologiques et à la longueur de vos lignes. Regardez bien autour de vous pour avoir en tête la présence des autres pratiquants sur l'aire de décollage et pour ainsi anticiper vos déplacements.

Sécurisez votre aile posée au sol pour éviter tout redécollage et enroulez vos lignes sur la plage. Convenez d'un signe de communication pour le lâcher de l'aile et l'atterrissage. Pour poser l'aile, le signe conventionnel est de mettre la main à plat au-dessus de la tête et de toucher le haut du crâne à plusieurs reprises. Pour lâcher l'aile, attendez, le pouce levé. 

Ne pratiquez pas par vent de terre ni en cas d'orage.

La plongée sous-marine est une activité de loisirs qui permet de découvrir des paysages incroyables mais qui est aussi dangereuse. On assiste chaque année à des accidents dont certains sont mortels ou laissent des séquelles irréversibles. Il est recommandé de plonger en structure reconnue, et de s'être préalablement formé dans un club, afin de savoir s'équiper au mieux et vérifier le bon fonctionnement du matériel.

Avant de plonger, assurez-vous de ne pas être fatigué, de ne pas avoir froid ou de ne pas être enrhumé.

Pendant la plongée, respectez les paliers de décompression et signalez votre présence en surface à l'aide d'un pavillon approprié.

Ne plongez avec un scaphandre autonome que si vous êtes en parfaite condition physique. Si vous faites de l'apnée, respirez normalement avant de plonger et entamez votre remontée avant de ressentir le besoin de respirer. Après une plongée, attendez quelques heures avant de prendre l'avion.

La pêche sous-marine se pratique en apnée avec une combinaison, des palmes, un masque, un tuba, une ceinture de plomb, une bouée avec un drapeau et une arbalète si vous chassez des poissons.

Cette activité est très réglementée : zones d'interdiction, protection de certaines espèces, équipements interdits, etc. Pour faire de la pêche sous-marine, il faut obligatoirement avoir plus de 16 ans et être couvert par une assurance (responsabilité civile).

En France, la pêche sous-marine se pratique en apnée et l'utilisation de tout équipement respiratoire (bouteilles, scaphandre, etc.) est interdite. Il est interdit de pêcher la nuit et d'utiliser des lumières. Il est également interdit de pratiquer à moins de 150 m des navires ou des embarcations de pêche ainsi que des filets signalés par un balisage.

Le pêcheur sous-marin doit se signaler en surface. Pour cela, il faut utiliser une bouée avec un pavillon réglementaire.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.