Le Vasa, navire du XVIIe siècle quasi-intact et unique au monde

Mercredi 2 mars 2016 à 9h51

Si vous avez l’occasion de séjourner dans celle que l’on appelle la Venise du Nord, vous ne pouvez faire l’impasse sur le Musée Vasa. Comme son nom l’indique, vous y découvrirez ce fameux vaisseau de guerre du XVIIème siècle au destin tragique. Retour sur le triste naufrage du Vasa, à Stockholm.

Si vous avez l’occasion de séjourner dans celle que l’on appelle la Venise du Nord, vous ne pouvez faire l’impasse sur le Musée Vasa. Comme son nom l’indique, vous y découvrirez ce fameux vaisseau de guerre du XVIIème siècle au destin tragique. Retour sur le triste naufrage du Vasa, à Stockholm.

Le Vasa fut construit au XVIIème siècle sous les ordres du roi de Suède, Gustave II Adolphe. Un imposant navire de guerre, le fleuron de la flotte suédoise. Sa construction a demandé deux longues années, qui ont été ponctuées de nombreuses modifications dans le plan de construction initial : toujours plus grand, toujours plus fort ! Le Vasa aura donc 64 canons, tirant chacun des boulets de 24 livres (11kg) et positionnés sur 2 ponts, ainsi que 120 tonnes de ballast. Evidemment, personne dans l’équipe de construction n’osa contredire le roi…

Victime d’une trop grande ambition

Le grand jour arrive : le 10 août 1628. Roulement de tambours, tirs de canons : le roi voit les choses en grand, c’est le moment d’impressionner son peuple, et les peuples voisins par la même occasion. Le Vasa quitte alors le port de Stockholm, le vent se lève. Le navire tangue un peu, mais pas assez pour le stopper. Il fut autorisé à hisser les voiles quand soudain une deuxième rafale le couche sur les flancs. L’eau s’engouffre, le Vasa coule, et avec lui une cinquantaine de membres d’équipage et toutes les merveilles qu’il contient. Les envies de grandeur du roi de Suède ont eu raison du Vasa : une structure trop haute et trop lourde que les 120 tonnes de ballast (des grosses pierres placées dans le fond du navire pour le garder à flot) ne pouvaient compenser.

3 siècles plus tard : la récupération

En 1956, un archéologue et ingénieur nommé Anders Franzén localise l’épave du Vasa et prépare sa remontée. Le vaisseau est alors profondément enfoncé dans la vase qui s’est également introduite à l’intérieur. Plus de 1 300 plongées furent nécessaires pour le remonter à la surface. Malgré le danger du chantier, aucun accident grave ne fut à déplorer. Précautionneusement, le Vasa fut remonté à l’aide de câbles en acier reliés à une grue de levage. Une fois sorti de l’eau, il fut mis en cale sèche dans l’attente des fouilles archéologiques à l’intérieur. En 1961, un premier musée temporaire spécialement dédié hébergea le Vasa : le Wasavarvet (« le chantier naval du Vasa »). En 1988, après la construction d’un bâtiment dédié suite à la décision du gouvernement suédois, le Vasa fut remorqué jusqu’au musée Vasa, ouvert officiellement en 1990.

Un monument historique unique au monde

Le Vasa est toujours exposé au musée éponyme situé à Stockholm. C’est l’attraction principale de Suède et un des musées maritimes les plus visités au monde, et on comprend pourquoi ! Si vous passez par là, vous pourrez bien sûr admirer le Vasa, découvrir des expositions connexes, visionner un film dédié et vous restaurer.
Ce qui impressionne au premier coup d’œil, c’est l’état du Vasa : il est quasi-intact ! Difficile de s’imaginer qu’il fut oublié au fond de l’eau pendant plus de 300 ans. Prenez votre temps pour admirer les quelques 14 000 objets en bois, dont 700 sculptures. Le Vasa était un vaisseau de guerre certes mais un vaisseau royal, le plus important de la flotte : un véritable palais flottant. Dorures, peintures, sculptures, équipements, voiles (les six hissées au moment du drame, les plus vieilles de l’histoire)… Une vraie gloire à la Suède, à son armée et à son roi, une véritable œuvre d’art.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.