Amel 60 : la croisière en version Pullman

Voiliers
Vendredi 31 juillet 2020 à 16h30

Après le succès rencontré par l’Amel 50, le chantier rochelais a présenté le 60, avec un gréement de cotre. Ce voilier de grande croisière hors-norme offre confort exceptionnel, facilité de manœuvre, commodité de fonctionnement et sécurité élevée, réunis en un luxueux écrin. Nous sommes tombés sous son charme...

©J. Ricoul
Après le succès rencontré par l’Amel 50, le chantier rochelais a présenté le 60, avec un gréement de cotre. Ce voilier de grande croisière hors-norme offre confort exceptionnel, facilité de manœuvre, commodité de fonctionnement et sécurité élevée, réunis en un luxueux écrin. Nous sommes tombés sous son charme...

Il y a quelques années, si l’on m’avait dit qu’il me suffirait d’appuyer sur deux manettes pour empanner, ou réduire la voilure, par 27 nœuds de vent, sur un bateau de série de 60 pieds ultra confortable, sans aucun effort, sans ciré et sans aucune appréhension… j’aurais narquoisement souri. Et pourtant c’est la bonne surprise que nous réserve l’essai du tout nouveau Amel 60 en baie de Toulon (France) où un fort courant d’est marque l’arrivée tardive de l’automne. Nous ne pouvons que saluer les équipes du chantier qui ont compilé leur savoir-faire cinquantenaire pour arriver à un résultat aussi impressionnant. Henri Amel en serait, sans aucun doute, très fier ! Lui qui pensait que la navigation sur un yacht de grande croisière ne devrait pas être humide, inconfortable ou pénible… On pourrait même ajouter aujourd’hui, stressante.

Nautisme Article
© J. Ricoul

Une fonctionnalité préservée au fil du temps

Depuis plusieurs générations de voiliers, nous connaissions la légendaire fonctionnalité des modèles de la marque créée en 1962. Maintenant que l’assistance des manœuvres et tout l’équipement domestique – et il est exhaustif – sont électriques et hydrauliques, nous sommes en droit de nous demander si cet arsenal ne peut souffrir de faiblesses ? Il suffit de soulever le panneau du tableau de commande pour réaliser le sérieux du montage des circuits. Tout est doublé et si jamais un problème surgit, les plans de montage sont suffisamment précis pour intervenir, même à distance. Être autonome en toutes circonstances avec des solutions simples a été le leitmotiv du chantier depuis ses débuts, mais faire perdurer cette fiabilité sur un navire disposant du même appareillage qu’un appartement de grand standing est le résultat d’un travail rigoureux et passionné. Car les équipes du chantier n’ont de cesse de faire évoluer la technique, en concertation avec les clients, afin de rationaliser la débauche d’énergie nécessaire à ce cahier des charges. Un désalinisateur de 240 l/h, une bordure de GV ou une passerelle hydraulique, de multiples réfrigérateurs réclament une fourniture énergétique sans faille et une installation aussi méticuleuse qu’astucieuse. Pour ne citer que cela, la récupération des eaux de cales et des eaux grises s’effectue dans un boîtier central facilement accessible et nettoyable.

Le luxe omniprésent à bord et la sécurité invisible

Nautisme Article
© J. Ricoul

L’équipement permet de vivre comme à la maison, que l’on soit dans la cuisine, dans la salle de bains ou au lit. Mais la finition des aménagements y participe tout autant. Le noyer d’Amérique vernis mat associé aux cuirs et velours des vaigrages et selleries, traités dans une ambiance un tantinet « art déco », mérite aussi sa distinction au chapitre de l’art de vivre. Six personnes peuvent séjourner indéfiniment avec le même bien-être que dans un hôtel Pullman. Ce n’est pas l’air conditionné, la cave à vin ou les matelas à ressorts qui viendront contrarier cette douce quiétude. Quatre cloisons ainsi que les portes des cabines avant et arrière étanches participent à un sentiment de sécurité très bénéfique pour l’atmosphère de la croisière.

Des moyennes imperturbables

Au moteur comme à la voile, une moyenne de 8 nœuds est très aisément tenable sur de longues distances. Le bateau se contrôle du pilot-house à l’aide d’une console faite maison et de winches électriques et permet de dérouler, d’enrouler ou de régler les voiles sans effort. Notre remontée au près par plus de 25 nœuds, sous trinquette et GV, est loin de nous épuiser et l’on peut envisager un passage de cap sans plus de formalités. En abattant, la vitesse augmente jusqu’à 10 nœuds et les sensations de maîtrise de la route à la barre ou sous pilote sont éloquentes. Le voilier est bien équilibré et quelques empannages plus tard nous voici revenus au port avec nos vêtements de ville toujours bien secs.

Nautisme Article
© J. Ricoul

Notre avis

Si conduire une Rolls Royce donne le sentiment que la perfection procure un confort et des sensations inégalables sur la route, l’Amel 60 peut se prévaloir de pouvoir satisfaire la même zone cérébrale, mais sur la mer. La perfection est si proche !

Les +

Manœuvrabilité remarquable

Voilier très complet en version standard

Fiabilité et finitions exemplaires

Les -

Personnalisation limitée

Unité réservée à une élite

Nautisme Article
© Easy Ride

Fiche technique :

Longueur hors-tout : 19,00 m

Longueur flottaison : 18,00 m

Maître bau : 5,35 m

Tirant d’eau : 2,35 m

Déplacement lège : 26 t

Capacité carburant : 900 l

Capacité eau douce : 700 l

Motorisation : Volvo D3  180 ch

Autonomie : 850 milles à 8 noeuds

Cabines/couchages : 3/8

Surface au près : 170 m²

Grand gennaker : 180 m²

Architecte : Berret-Racoupeau

Design intérieur : Isabelle Racoupeau

Chantier : Amel (France)

Prix

Standard équipé pour naviguer : 1 650 000 € HT

Version essayée : environ 1 800 000 € HT

Quelques options

Passerelle hydraulique : 27 000 € HT

Trinquette autovireuse + enrouleur électrique : 18 750 € HT

Climatisation/chauffage : 26 000 € HT

Propulseur de poupe rétractable : 14 500 € HT

Compresseur de plongée : 5 500 € HT

Retrouvez cet essai et bien d'autres dans notre hors-série Collection 2020 !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.