Sun Loft 47 : pour un spring break sur l'eau...

Voiliers
Mardi 17 mars 2020 à 14h00

Le leader mondial de la location redéfinit les codes ancestraux du yachting pour attirer une nouvelle clientèle, plus jeune, plus urbaine et plus connectée.

Les 21 prises USB réparties dans tout le bateau et les haut-parleurs de cockpit chargés d'assurer l'ambiance du bord, confirment que le Sun Loft est bel et bien un bateau destiné aux fameux « Millenials ». ©Jérôme Kelagopian
Le leader mondial de la location redéfinit les codes ancestraux du yachting pour attirer une nouvelle clientèle, plus jeune, plus urbaine et plus connectée.

Pour le concept, on ne peut qu'invoquer l'initiateur du « monomaran », l'Atoll, dessiné il y a vingt ans déjà, par le même designer Philippe Briand. L'idée est bien toujours d'y associer les avantages du multicoque, mais avec l'encombrement d'un monocoque et à un coût plus abordable. On loue ici l'esthétique bien plus racée que sur son ancêtre, les finitions intérieures aux boiseries dignes d'un bateau de propriétaire. La cible commerciale a également changé, visant désormais les jeunes urbains connectés, qui réserveront en ligne cette nouvelle expérience fun, avant de se tourner vers une autre activité. Dans le nautisme comme dans de nombreux autres domaines, l'usage a surclassé la propriété en moins de temps qu'il n'en faut pour renouveler une gamme de bateaux. Alors, pour s'assurer de bien atteindre leur cible, les initiateurs de ce projet ont intégré dès le processus de création, les futurs opérateurs du bateau. Les principaux tour-opérateurs concernés ont ainsi été réunis avec les architectes et le chantier pour une demi-douzaine de workshops.

Nautisme Article
Ce qui est « vendu » aux clients, c'est de vivre l'expérience de la vie nomade sur l'eau, un circuit d'escales programmé comme sur un paquebot, avec soirée festive un jour sur deux au minimum.© Jérôme Kelagopian

Quelques exemples pertinents de co-conception ? Le réservoir d'eau potable de 320 litres, avec filtre à charbon, évitant de devoir embarquer 80 bouteilles par semaine et d'avoir à traiter autant de plastique. Écologique de surcroît. Plus futiles, les 21 prises USB réparties dans tout le bateau et les haut-parleurs de cockpit chargés d'assurer l'ambiance du bord, confirment que le Sun Loft est bel et bien un bateau destiné aux fameux « Millenials ».

Vivre l'expérience de la vie nomade sur l'eau

Quid de la navigation sous voiles ? Bloqués à quai par 40 noeuds de vent, nous resterons sur des performances théoriques annoncées comme tout à fait intéressantes. Nous n'en doutons pas, car la carène, celle du Sun Odyssey 490, est excellente. Reste qu'avec une grand-voile sur enrouleur dans le mât, un solent auto-vireur et seulement deux winches de manoeuvre sur tout le bateau (celui du pied de mât ne servant qu'à hisser les voiles), il apparaît clairement que le sujet n'est pas la priorité. Ce qui est « vendu » aux clients, c'est de vivre l'expérience de la vie nomade sur l'eau, un circuit d'escales programmé comme sur un paquebot, avec soirée festive un jour sur deux au minimum.

Nautisme Article
Découvrable comme un cabriolet ou entièrement clos pour les soirées plus fraîches, tables et bancs de « cockpit » sont à la fois amovibles et mobiles.© Jérôme Kelagopian

Sur un bateau professionnel, l'équation économique est critique, alors pas de superflu à bord. Signe aussi que le cahier des charges était précis et a bien été respecté, la liste des options est réduite à trois lignes : gennaker aux couleurs de l'opérateur, groupe électrogène et climatisation pour les régions les plus chaudes. En régions plus tempérées, pas de problème d'énergie à bord ; vu le programme, on sait que le moteur tournera trois heures minimum chaque jour. On accède très facilement au Yanmar de 80 ch entre les deux éléments de cuisine, à l'aplomb de l'arceau. Il peut être remplacé en deux heures si nécessaire : en charter, le prochain départ n'attend pas. Pas de delphinière, trop chère, trop fragile, ni de coûteux écrans traceurs, un support pour tablette suffira. Certains regrettent même d'avoir dédoublé le poste de barre. Vu l'excellente visibilité, une seule aurait sûrement suffi, libérant ainsi de la surface dans un cockpit déjà immense (4,20 mètres de large).

Mais doit-on encore parler de cockpit ou plutôt d'espaces de vie multiples ? Découvrable comme un cabriolet ou entièrement clos pour les soirées plus fraîches, tables et bancs de « cockpit » sont à la fois amovibles et mobiles, offrant une modularité allant du format repas à 12, sans problème, au dancefloor, en passant par un format plus lounge/bain de soleil de près de 7 m².

Nautisme Article
Tout le tiers arrière du bateau étant de plain-pied, on « descend » des passavants avant d'accéder au cockpit. © Jérôme Kelagopian

Six cabines pour les passagers

Tout le tiers arrière du bateau étant de plain-pied, on « descend » des passavants avant d?accéder au cockpit. En avant de ce dernier, la cuisine d?extérieur propose des volumes de froid et de rangement clairement en adéquation avec le nombre de passagers attendus pour la semaine. Des six cabines « passagers », deux sont accessibles directement depuis le cockpit, tandis qu'on atteint les quatre autres par la descente juste à l?arrière du pied de mât. Quand les deux premières bénéficient chacune d?une salle d'eau privative, les quatre de l'avant devront en partager deux, mais bénéficieront en revanche de plus d'espace, notamment au-dessus des couchages. Le skipper dispose, lui, d'un ensemble couchage/salle d'eau indépendant mais monacal, juste à l'arrière de l'imposant davier d'étrave, du guindeau et de la baille à mouillage.

Les +

Cockpit immense et modulable

Concept abouti et cohérent

Prix à la cabine attractif

Les -

Cabine skipper monacale

Pas de place pour un(e) hôtesse/steward

Descente vers cabines arrière

Nautisme Article
Selon la saison : 2 300 à 3 500 euros la semaine avec skipper chez Dream Yacht Charter. À ce tarif, le « spring break » sur l'eau devient très abordable et offre une expérience nautique complète ! © Jérôme Kelagopian

Notre avis

Le Sun Loft 47 remplira-t-il sa mission en ouvrant à de nouveaux profils les joies de la plaisance ? Avec un coût de location à la semaine allant, selon la saison, de 2 300 à 3 500 euros avec skipper, le prix par personne varie de 200 à 300 euros. À ce tarif, le « spring break » sur l'eau devient très abordable et offre une expérience nautique complète qui n'oublie pas les habitudes de vie de ces nouveaux venus. Ils viendront un jour, pour partie nous l'espérons, rajeunir nos rangs de passionnés !

Fiche technique :

Longueur : 14 m

Largeur : 4,49 m

Déplacement lège : 12-15 t

Tirant d'eau : 1,85 m

Cabines : 6 + skipper

Salles de bain : 4

Passagers : 13

Chantier : Jeanneau (France)

Architecte : Philippe Briand

Retrouvez l'intégralité de notre hors-série spécial Cannes Yachting Festival par ici !

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.