Essai Dehler 38 SQ : régatier augmenté

Voiliers
Lundi 25 janvier 2021 à 15h44

A la fin de l’été 2020 apparaissait sur les rivages méditerranéens, un voilier aux lignes racées et aux ambitions multiples, le Dehler 38 SQ. Issu de son prédécesseur à succès le 38 produit à 350 exemplaires, s’agissait-il d’une simple évolution superbement emballée dans sa déco de coque rouge vif, ou bien d’une vraie nouveauté ? Si c’est dans le petit temps que les bateaux les plus performants se révèlent, alors les conditions de cet essai étaient parfaites.

©MULTI.media/François TREGOUET
A la fin de l’été 2020 apparaissait sur les rivages méditerranéens, un voilier aux lignes racées et aux ambitions multiples, le Dehler 38 SQ. Issu de son prédécesseur à succès le 38 produit à 350 exemplaires, s’agissait-il d’une simple évolution superbement emballée dans sa déco de coque rouge vif, ou bien d’une vraie nouveauté ? Si c’est dans le petit temps que les bateaux les plus performants se révèlent, alors les conditions de cet essai étaient parfaites.

Créée dans les années 60 en Allemagne, Dehler occupe depuis plus de dix ans maintenant le créneau course-croisière performante au sein de Hanse Group qui lui a donné une nouvelle dynamique. Les cinq modèles de la gamme de 30 à 46 pieds présentent tous des lignes tendues et un profil élégant sur des carènes taillées pour la performance par le duo Judel/Vrolijk. Que ce soit en régate ou en croisière, pas question de s’ennuyer sur l’eau à bord d’un Dehler.

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Depuis le ponton on accède aisément à bord via le tableau arrière toute largeur. Ouvert, il forme une confortable plate-forme de bain. En navigation, une fois repositionné verticalement, il referme le cockpit procurant une saine sensation de sécurité. Les deux barres à roues excentrées offrent une position de barre toujours adaptée à la situation et une circulation aisée vers l’avant. Alors que la « brise » ne dépasse pas 7 nœuds, on apprécie vraiment la précision de barre du Dehler. Grand-voile à corne, génois optimisé pour la triangulation de la nouvelle angulation des barres de flèches, coupe parfaite des voiles triradiales nous permettent de nous déhaler à un peu plus de 3.5 nœuds, quand le vent dépasse de peu les 4 nœuds. Le mât Selden Performance est un peu plus haut que l’ancien et pourrait même être en carbone en option. On règle les écoutes au millimètres grâce aux jolis winches Lewmar self-tailing. Une « rafale » à plus de 6 nœuds et le Dehler s’envole au-dessus de 4.5 nœuds, preuve d’une belle réactivité. Mais il ne faut pas hésiter pour cela à faire gîter, même dans ce temps de demoiselle, cette carène moderne à la surface mouillée importante. Si nous avions disposé d’un code 0 à amurer sur le bout dehors (0.7 à 1.3m selon les versions), cela aurait définitivement été la voile du temps.

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Les roues composites (option) signées, comme l’ensemble du système de barre, par les danois de Jefa Steering renvoient des sensations directes mais douces. Elles sont le prolongement naturel de l’incontournable « safran performance », plus élancé que la version standard et surtout équipé d’une mèche inox. Que l’on soit debout derrière la barre ou assis sur l’hiloire de roof dessiné à cet effet, l’impression de contrôler cette jolie carène ne nous quitte pas, le regard posé sur le très beau jeu de voiles de série signé Quantum. L’électronique est intégrée sur de jolis supports suspendus, attention trop rarement vue ailleurs. Bien dégagés des barres à roue, les traceurs-répétiteurs sont accessibles sans interférence avec ces dernières. En mode plus ‘farniente’, le dos des équipiers(res) appréciera l’inclinaison parfaite du roof lorsque assis le regard sur le sillage, ils apprécieront le paysage défilant à bonne vitesse. Lorsque le temps fraîchi, la capote de roof se fait enveloppante et protectrice, sans trop compromettre la visibilité, grâce à ses grandes surfaces translucides. Son esthétique soigneusement étudiée ne ruinera pas non plus l’élégante ligne de votre coursier des mers, et c’est assez rare pour le souligner.

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Les aménagements intérieurs bénéficient d’un design vraiment original. Au cours des soixante années d’existence du chantier cela a très souvent été le cas, mais avec parfois quelques loupés dans leur singularité. Tel n’est pas le cas ici, avec au contraire, des essences de chêne clair et des formes de menuiseries très séduisantes. A ce titre, les longs équipets de bordé aux angles arrondis, sonnent comme les meilleurs reflets du charme intérieur du Dehler 38 SQ. Montées sur vérins, leurs portes révèlent de généreux rangements. Ils dissimulent même tableau électrique, VHF et hi-fi, pour un intérieur encore plus sobre une fois au port ou au mouillage. Et quel marin résistera au long bar coulissant dans l’axe de la table ? Les détails se multiplient pour révéler le soin apporté à la qualité de finition, la modernité des formes. Les systèmes d’ouverture des portes et équipets, les mains courantes noir mat, la cloison arrondie de la salle d’eau luxueusement capitonnée, ne sont que quelques exemples parmi d’autres. Non, vraiment, le Q de Qualité dans la dénomination de cette unité n’est pas usurpé. Et ce, sans oublier le sens marin et l’efficacité, la légèreté demandées à un bateau capable de briller en course. Témoin ? Le double usage de la porte de la salle d’eau qui ferme également la douche séparée. Cela permet de garder un accès à la deuxième cabine arrière, ou au local technique selon l’option retenue. Grâce aux nombreux hublots, dont ceux de roof tous ouvrants, air et lumière entrent à flot dans cet intérieur, également lumineux le soir venu grâce à un éclairage particulièrement bien étudié.

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Entre son plan de pont efficace et son intérieur confortable le Dehler 38 SQ tente le grand écart, et il pourrait bien le réussir. Performant, élégant, bien construit, original sans être décalé, pour qui aime croiser à la voile au moindre souffle d’air, s’aligner en course au large ou en régate, c’est un candidat qui a bien des arguments.

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Les +

Le design intérieur original et chic

Les performances

La ligne épurée

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Les -

Quelques surfaces glissantes sur le pont

Plage arrière exposée en manœuvres de port

Couchage avant un peu étroit

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

Fiche technique

Longueur de coque : 11,30 m

Longueur flottaison : 10,40 m

Largeur HT : 3,75 m

Tirant d’eau : 2,03 m

Déplacement : 7 500 kg

Lest : 2 380 kg

SV au près : 78,60 m²

Génois : 35,60 m²

Grand-Voile : 43 m²

Motorisation : Yanmar 29 CV SD

Matériau : sandwich polyester Balsa (coque au contact, pont infusion)

Architectes : Judel/Vrolijk & Co

Constructeur : Dehler (Allemagne)

Prix standard : 193 080 euros TTC

Bateau essayé : 312 000 euros TTC

Catégorie CE : A

Nautisme Article
© MULTI.media/François TREGOUET

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.