Nos conseils pour bien choisir son antifouling

Equipements
Dimanche 28 février 2021 à 15h36

Dans les magasins spécialisés, le rayon antifouling est l’un des plus fournis. Non seulement on y trouve de nombreuses marques mais aussi des produits avec des appellations telles que matrice dure, érodable, saisonnier, etc. Pour vous permettre de faire le bon choix, en fonction de votre bateau et de votre navigation, nous vous donnons quelques explications.

©Albert Brel
Dans les magasins spécialisés, le rayon antifouling est l’un des plus fournis. Non seulement on y trouve de nombreuses marques mais aussi des produits avec des appellations telles que matrice dure, érodable, saisonnier, etc. Pour vous permettre de faire le bon choix, en fonction de votre bateau et de votre navigation, nous vous donnons quelques explications.

Le rôle des antifouling

Un antifouling est une peinture antisalissure que l’on passe sur la carène du bateau. Son rôle est d’empêcher les salissures vivantes (coquillages, algues, etc.) d’adhérer à la carène et de s’y développer. Et les biologistes marins en ont dénombré plus de 25 000 susceptibles de le faire. A une époque, on utilisait des produits tributylétains (TBT) très efficaces mais qui avaient une influence non négligeable sur l’environnement. L’Europe est passée par là et a réglementé la composition des antifoulings en limitant l’utilisation des biocides qui entrent dans leurs compositions. Les biocides sont des molécules dont le rôle est de détruire les éléments vivants et d’empêcher leur développement. A titre indicatif, avant 2006 plus de trente molécules étaient autorisées. Ce nombre a progressivement diminué pour être, à ce jour, moins de 10 et pour vraisemblablement tendre vers l’interdiction dans les années à venir. Aujourd’hui, des produits sans biocides sont proposés sur le marché. De plus une nouvelle loi (2019) impose deux fabrications, une destinée aux professionnels, l’autre aux particuliers. Celle destinée aux applicateurs professionnels formés et équipés pour, cela va sans dire, est plus efficace que celle réservée aux plaisanciers. A quand une interdiction complète pour les plaisanciers ? Il faut savoir que dans les zones à marées, équipées de cale de carénage, plus de 80% des plaisanciers appliquent eux-mêmes l’antifouling. Passer par un applicateur professionnel entraîne non seulement des contraintes mais aussi des coûts supplémentaires. Nous n’en sommes pas encore là et, pour ceux destinés aux particuliers, les fabricants d’antifouling ne cessent de les améliorer, tout en respectant la législation. Toutefois, comme nous allons le voir, il faut savoir choisir son produit.

Nautisme Article
Dès la sortie de l'eau, il faut nettoyer le bateau.© Albert Brel

 

Bien choisir son antifouling

Matrice dure, érodable, saisonnière, le choix doit être fait en prenant en compte le bateau et la navigation envisagée.

Nautisme Article
Rayon antifouling chez un accastilleur© Albert Brel

Matrice dure pour les grandes traversées et les zones à marées 

La matrice dure donne, après application et séchage, un film de peinture dur et poreux. Les biocides sont contenus dans le film et se libèrent au contact de l'eau pour empêcher les salissures d’adhérer. Cette libération contrôlée se fait tout au long de la saison jusqu'à ce que la majeure partie des biocides disparaissent ne laissant sur la carène qu'un film dur. Ce produit est bien adapté lorsque l’on recherche une efficacité dans le temps au détriment d’une glisse maximum. C’est le cas lorsque l’on effectue une grande traversée ou encore dans les zones à marées où l’eau chargée de sable voire l’échouage volontaire du bateau ont vite fait d’éroder la carène mais elle s’adresse aussi aux bateaux à moteur.

Nautisme Article
Après une saison à l'eau, cet antifouling à matrice dure a bien protégé la carène.© Albert Brel

Matrice érodable

Un antifouling à matrice érodable est constitué d’un film qui qui se dissout au contact de l’eau. Son épaisseur diminue progressivement et, ce, d’autant plus que le bateau navigue. On a ainsi sur la carène une surface active jusqu’à sa dissolution complète. Ce produit est bien adapté aux bateaux de régate qui recherchent une glisse maximum. Lorsque le bateau séjourne dans l’eau, sans adhérer profondément, les détritus comme les algues et la vase se collent sur la carène. Pour cette raison, avant une sortie, les puristes la passent à la brosse. L’intérêt de l’érodable est qu’il n’y a pas, comme avec la matrice dure, de superposition de couches au fil des années.

Matrice semi-érodable

Entre une matrice dure qui a tendance à freiner le bateau, mais à durer dans le temps et une érodable qui favorise la glisse au détriment de l’efficacité dans la durée, on trouve la semi-érodable qui est un compromis entre les deux. Elle est bien adaptée aux zones à fortes salissures et pour des bateaux dont la vitesse n’excède pas 25 nœuds.

Antifouling saisonniers

Beaucoup de plaisanciers ne mettent leur bateau à l’eau que pendant la saison estivale. On trouve sur le marché des produits dits saisonniers, bien souvent à matrice dure. Ils ne sont pas formulés pour protéger efficacement une carène pour un séjour long voire permanent à flot mais suffisants pour une utilisation de quelques semaines. L’avantage est le prix qui est pratiquement divisé par deux.

Nautisme Article
© Albert Brel

Notre avis

Le marché de la peinture antisalissure est important. On estime que la quantité utilisée annuellement en France dépasse les 20 000 tonnes. Les fabricants l’ont bien compris et s’efforcent de proposer des produits adaptés pour tout type de bateaux. Faire un choix s’avère difficile, mais le plus important est de déterminer, ce que nous venons de voir, la matrice. Ensuite vient celui de la marque. Là, c’est plus compliqué car les fabricants s’ingénient à donner dans leurs documents des noms de produits chimiques et des formulations  opaques pour la majorité d’entres nous. Dans un prochain article consacré au carénage, nous verrons non seulement comment bien préparer son bateau mais nous aborderons aussi l’approche pratique pour faire le choix du produit le mieux adapté.

Nautisme Article
Difficile de protéger l'hélice et son arbre...© Albert Brel

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…