Un racer Ferrari aux enchères

Blog Geoffroy Langlade
Mardi 4 février 2014 à 17h12

Dans le cadre des enchères d’Artcurial Motorcars à partir du 7 février au salon Rétromobile à Paris, un magnifique et rare bateau de course à moteur Ferrari, l’Antarès II, sera proposé à la vente. Ce racer de 1954 est, à ce jour, l'un des trois seuls bateaux Ferrari en existence et l’unique exemplaire équipé d'un moteur à quatre cylindres.

Dans le cadre des enchères d’Artcurial Motorcars à partir du 7 février au salon Rétromobile à Paris, un magnifique et rare bateau de course à moteur Ferrari, l’Antarès II, sera proposé à la vente. Ce racer de 1954 est, à ce jour, l'un des trois seuls bateaux Ferrari en existence et l’unique exemplaire équipé d'un moteur à quatre cylindres.

Evènement majeur pour tous les amateurs d’automobiles anciennes, Rétromobile (du 5 au 9 février à Paris, Porte de Versailles) accueille également comme chaque année une vente aux enchères Artcurial qui conjugue tous les superlatifs avec notamment quelques 177 voitures d’exceptions dont dix dépassent le million d’euros, une quinzaine de moto et un bateau à moteur Ferrari. L’Antarès II est un racer (coque monoplace à trois points) commandé pour la saison 1954 des courses par le pilote helvético-italien Augusto Schapira au chantier Guido Abbate. Ce constructeur emblématique a été fondé en 1946 sur le lac de Côme avec, dès l'origine, une orientation « racing ». En quelques années, Abbate a déjà battu huit records du monde de vitesse dont deux avec des moteurs Ferrari V12, conquis entre 1951 et 1953, sans compter d'innombrables victoires en circuit.


Le catalogue de la vente Artcurial précise que « les formes de l’Antarès II sont originales pour un racer italien car fortement inspirées par les lignes des racers américains du début des années 1950, tels que les Lauterbach qui dominaient la compétition aux Etats-Unis. Cette influence américaine se manifeste, entre autres, par un pont à deux niveaux avec des lignes tendues et très marquées contrairement aux bateaux italiens généralement plus arrondis. Sous la carène, le fond des flotteurs est lui aussi à deux niveaux pour favoriser l'arrivée d'air sous la coque et donc la sustentation. »

Côté motorisation, ce racer n’a pas opté pour un V12 propice aux records mais pour un 4 cylindres Ferrari et 2,8 litres de cylindrée. « Le dossier Ferrari d'origine indique que ce moteur fut monté à partir d'un bloc de 735. Sa puissance au banc était de 223 ch. à 6000 t/mn » nous explique Artcurial.


Une belle carrière sportive en Italie


La carrière sportive de ce racer Abbate a débuté le 20 juin 1954 sur le circuit de l’Idroscalo de Milan avec Augusto Schapira aux commandes. Pendant la course très disputée, le pilote devra abandonner en raison d'une écope de refroidissement d'eau cassée. Une semaine plus tard, les ténors de la classe des 2,8 litres, la catégorie reine à l'époque, se retrouvent à Turin. Ils ont pour nom Ezio Selva, Oscar Scarpa, Liborio Guidotti et Augusto Schapira. Son Antarès II termine à la troisième place, un bel exploit quand on considère la valeur et la longue expérience de ses opposants. Le 2 août 1954 a lieu la grande épreuve de Stresa sur le lac Majeur. Schapira resta longtemps en tête, n'étant finalement dépassé que par Selva vers la fin du Grand Prix. Le 12 septembre, le Championnat d'Europe se déroule à Campione d'Italia. Après une course mouvementée, Schapira termine une fois de plus à la troisième place, un exploit pour ce passionné. Au début de la saison 1955, la catégorie " M " des 2800 cc fut transformée en catégorie 2,5 litres d'un poids de 500 kg. Schapira continuera à participer à quelques compétitions en 1955 avec ce racer avant de quitter le circuit, trop occupé par sa carrière du textile. Au début des années 1970, il le vendit à un collectionneur italien d'automobiles.

« A l'époque, aucun amateur ne s'intéressait au passé des bateaux de course des années 1950 mais seulement à leurs moteurs prestigieux » précise le catalogue Artcurial. « De nombreuses coques ayant connu la gloire furent dépouillées de leurs moteurs afin de permettre la restauration de voitures de course telles que Maserati, Alfa Romeo et Ferrari. C'est ainsi que le moteur Tipo 700 d'Antares II quitta l'Italie, fit un passage par la France avant de partir en Angleterre. Il est probable qu'une Ferrari de sport ou monoplace du milieu des années 1950 ait été équipée de ce moteur ». Dans les années 1990, alors que la restauration des bateaux de compétition entra dans une phase active chez plusieurs passionnés d'automobile, le propriétaire d'Antarès II se décida à remettre un moteur dans sa coque. Il trouva dans le célèbre atelier Sport Auto de Diena & Silingardi à Modène un rare moteur de 553 F1 correspondant le mieux aux caractéristiques du moteur d'origine. Le moteur Ferrari qui équipe Antares II depuis plusieurs décennies est un Tipo 106, un quatre cylindres en ligne, développant 260 chevaux. Restaurée dans les années 90 en Italie, la coque Abatte/Ferrari entra ensuite dans une importante collection française d'automobile, dispersée il y a quelques années dans le cadre d'une succession. Le racer à moteur Ferrari F1 fut alors acquis par un passionné de la Scuderia basé dans le sud de la France. La valeur de l’Antarès II vendu aux enchères le 7 février est estimée aujourd’hui entre 400.000 et 600.000 euros !

 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.