La Rolex Fastnet 2021 : les enjeux d'un parcours inédit

Course au large
Samedi 19 septembre 2020 à 6h27

Avec une arrivée inédite à Cherbourg, la Rolex Fastnet Race 2021 sera l'événement phare du Royal Ocean Racing Club. Les navigateurs et les équipages devront relever quelques défis importants sur ce nouveau parcours.

© Kurt Arrigo/Rolex
Avec une arrivée inédite à Cherbourg, la Rolex Fastnet Race 2021 sera l'événement phare du Royal Ocean Racing Club. Les navigateurs et les équipages devront relever quelques défis importants sur ce nouveau parcours.

Premièrement, le nouveau parcours est plus long de 90 miles (ou 15%), soit 695 miles, sur la base de l’orthodromie. Les 500 premiers miles (soit 72 %) du parcours restent inchangés : départ de Cowes le 8 août 2021 ; cap au sud-ouest sur la côte sud de l'Angleterre, négociation de ses célèbres caps, tels que Start Point et le Lizard, avant la décision capitale de passer le Dispositif de Séparation du Trafic de Land's End. Suivent les traversées en pleine mer vers le Fastnet Rock et le retour vers Bishop Rock, au sud-ouest des Scilly.

A partir de là, le parcours est nouveau mais sans être très différent. Depuis Bishop Rock, il est possible de mettre le cap directement sur le cap de la Hague, la pointe la plus au nord-ouest de la péninsule du Cotentin, avant de faire le dernier virage à tribord sur les 10 derniers milles jusqu'à la ligne d'arrivée dans le port de Cherbourg. Le changement de cap par rapport à Bishop Rock est léger - 91° (contre 83° auparavant), mais le trajet pour rejoindre Cherbourg peut changer le visage de la course.

« Ni ventée, ni légère »

Le navigateur Ian Moore, vainqueur de la Volvo Ocean Race, qui a intégré l’équipe de Magic America's Cup, a réalisé une étude météorologique pointue sur le nouveau parcours. Il explique : « La Rolex Fastnet Race est encore principalement une course avec du près et du portant » Cependant, grâce à la longueur de l'étape finale, dans les vents de sud-ouest dominants typiques, 40 % du temps sera passé au près (contre 45 % auparavant) et 34 % au portant (contre 28 %) avec toujours autant de reaching. Après avoir calculé les itinéraires en fonction de la météo au cours des dix dernières années, M. Moore observe également : « Ce n'est pas une course super ventée ou super légère. 80 % se fait à 6-18 nœuds ».

Plus important encore sera le dernier casse-tête. Comment s'attaquer au mieux à l'une des plus puissantes marées d'Europe - le Raz Blanchard, entre Aurigny et le Cap de la Hague ? « C'est maintenant le plus passage à niveau de la course », déclare Moore. « La marée est la plus forte au large du cap de la Hague, à travers le Swinge (entre Aurigny et Burhou, au nord-ouest d'Aurigny) et au large de la côte est d'Aurigny. Il y aura des gagnants et des perdants ici et il sera difficile de faire le bon choix ».

En raison du coefficient de marée très élevé (86 – 89), le Raz Blanchard aura un rôle capital. La bonne nouvelle, selon Moore, est que le courant est plus fort dans la direction Nord Nord-Est que dans l’autre sens. C'est pourquoi les navigateurs surveilleront attentivement leur heure d'arrivée à la pointe du Cotentin. Si c'est le cas, ils tenteront d’éviter le plus fort du courant en laissant Aurigny à bâbord ou - plus radical encore - approcheront Cherbourg par le nord, l'option la plus extrême étant de parcourir les 11 milles supplémentaires en contournant le nord de la zone d'exclusion du DST des Casquets.

Le transfert de l'arrivée de la plus grande course au large du monde à Cherbourg pour la première fois depuis 96 ans est le fruit de la coopération entre la ville de Cherbourg-en-Cotentin, la Communauté d'agglomération du Cotentin, le départemental de la Manche et la Région Normandie avec le RORC.

Le parcours a été rallongé de 90 milles (+15%) avec un passage du Raz Blanchard bourré d'incertitudes.

Nautisme Article

L’avis des frenchies

Alors que les bateaux français ont déjà dominé les dernières éditions de la Rolex Fastnet Race, remportant l'épreuve biennale au classement général en 2013, 2015 et 2017 et toutes les classes en 2019, sauf une, l'arrivée à Cherbourg profitera certainement encore plus aux participants français. Une bonne connaissance du Raz Blanchard et la possibilité d'en tirer le meilleur parti profiteront certainement aux marins locaux. L'un d'entre eux est le figariste, Alexis Loison, qui, avec son père Pascal, a remporté la Rolex Fastnet Race 2013 au sein d'une flotte de 294 bateaux à handicap. Ils ont marqué l’histoire en devenant le premier équipage en double à remporter la course au classement général. Pour la Rolex Fastnet Race, Alexis délaisse généralement son Figaro pour naviguer dans la classe IRC. Il s’y est imposé à quatre reprises, un record.

« Quand la course se terminait à Plymouth, j'ai gagné la plupart du temps, donc j'en garde un souvenir particulier », explique Loison. « Maintenant, la course est plus longue, ce qui peut rendre la tâche plus difficile pour ceux qui courent en double. Il y a aussi le Raz Blanchard, où il y a beaucoup de courant et où la porte sera peut-être ouverte ou fermée, donc vous pouvez gagner (ou perdre) la course là-bas dans les dernières heures. Vous devez avoir un bon timing pour gagner au classement général ou dans votre classe - tout sera question de timing, donc c'est bien d'avoir Rolex comme sponsor ! » sourit Loison.

Les classes Ultime, IMOCA 60 et Class40 seront en compétition en dehors de la flotte principale de l'IRC. Parmi les IMOCA 60, on retrouvera le concurrent du Vendée Globe Charlie Dalin à bord d’Apivia. Dalin se souvient des étapes de la Solitaire du Figaro qui se sont terminées à Cherbourg où tout s'est joué lors de la traversée du Raz Blanchard : « Vous avez des marées très fortes, ce qui peut en faire une zone très délicate à naviguer et l'état de la mer peut devenir très mauvais et aussi le vent. La brise de mer est délicate parce que vous avez une brise de mer d'ouest sur le côté ouest de la péninsule du Cotentin, une brise de mer de nord sur le côté nord et une brise de mer d'est autour de Barfleur et tout cela se mélange ! Il n'est pas facile de s'y retrouver. Ce sera la fin de la course, mais votre navigateur doit encore être frais car vous pouvez y faire d'énormes gains et pertes ».

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.