Trophée Jules Verne : le trimaran Sails of Change prêt à relever le défi

Course au large
Mardi 11 octobre 2022 à 18h13

Autour de Yann Guichard et Dona Bertarelli, ils sont neuf hommes à composer l’équipage de Sails of Change et à relever le défi du Trophée Jules Verne, le record du tour du monde en équipage, sans assistance et sans escale. Un incroyable challenge sportif et humain, fruit d’un travail de plusieurs années. Il se veut aussi porteur d’un message fort pour la préservation des écosystèmes marins et terrestres. Le début du stand-by est prévu le 24 octobre prochain et marque le début d’une nouvelle magnifique aventure pour Sails of Change.

©G_LEBEC_SPINDRIFT
Autour de Yann Guichard et Dona Bertarelli, ils sont neuf hommes à composer l’équipage de Sails of Change et à relever le défi du Trophée Jules Verne, le record du tour du monde en équipage, sans assistance et sans escale. Un incroyable challenge sportif et humain, fruit d’un travail de plusieurs années. Il se veut aussi porteur d’un message fort pour la préservation des écosystèmes marins et terrestres. Le début du stand-by est prévu le 24 octobre prochain et marque le début d’une nouvelle magnifique aventure pour Sails of Change.

Le compte à rebours débutera donc lundi 24 octobre prochain. C’est le temps de l’attente, de l’analyse fine des conditions météorologiques et celui, aussi, de la projection vers un défi immense. Objectif ? S’élancer pour le Trophée Jules Verne, batailler contre le temps et tenter d’abaisser le record de 40 jours, 23 heures et 30 minutes, détenu depuis 2017. « C’est un objectif sportif sans commune mesure, un record extraordinaire, divisé par deux en l’espace de 30 ans », commente Yann Guichard.

Une montée en puissance

Pour l’équipe Spindrift, l’année a été particulièrement studieuse. Tout d’abord la participation aux six épreuves du TF35 Trophy, championnat annuel unique proposant un mix de navigations en mer et sur lac à travers l’Europe. Spindrift termine la saison à la 3e place au général.

En parallèle, les navigations à bord du maxi-trimaran se sont multipliées. « Certes, il y a toujours des petits ajustements à faire », confie Yann Guichard. « Mais ce qui est bon signe, c’est que le bateau est prêt et que je sens l’envie de tous les membres de l’équipe ».

À partir du début du stand-by, le maxi-trimaran, basé à la Trinité-sur-Mer, sera prêt à rallier Brest dès qu’une fenêtre météo favorable se présentera.

Une équipe de passionnés

Aux côtés de Yann Guichard et Dona Bertarelli, reporter-embarquée, ils sont neuf à tenter l’aventure. « Certains font partie du projet depuis des années et d’autres nous ont rejoints, souligne le skipper. Nous avons une équipe expérimentée de compétiteurs, de passionnés de mer avec qui on partage le goût de l’effort et de la solidarité ».

Nautisme Article
de g à d : Clément Giraud, Grégory Gendron, Thierry Chabagny, Pierre Leboucher, Jacques Guichard,Yann Guichard, Benjamin Schwartz, Dona Bertarelli, Xavier Revil, Christopher Pratt et Julien Villion.© G_LEBEC_SPINDRIFT

Yann Guichard présente l'équipage...

Dona Bertarelli (54 ans) : « Je suis très heureux de partager l’aventure avec Dona, déjà présente à bord lors de notre premier tour du monde, en 2015-2016. Elle s’attache à donner du sens à notre grand défi ».

Thierry Chabagny (50 ans) : « C’est un marin d’expérience, qui compte déjà deux tours du monde, et dont l’expérience est très précieuse à bord ».

Greg Gendron (39 ans) : « Arrivé dans l’équipe en 2019, Greg a toujours le sourire, est toujours avenant, en permanence prêt à aider. C’est un marin en qui j’ai une confiance totale est très à l’aise en mer ».

Clément Giraud (41 ans) : « Il vient de finir le Vendée Globe et fait partie de nos sudistes à bord. Il a toujours la joie de vivre en bandoulière ».

Jacques Guichard (42 ans) : « Chef de quart, j’ai pu compter sur ses talents multiples depuis la genèse du projet Spindrift. Partager une telle aventure avec mon frère, qui est un très bon marin, c’est une chance énorme et la possibilité de resserrer encore plus nos liens ».

Pierre Leboucher (41 ans) : « Nouveau venu dans l’équipage, il a une solide expérience. Passé par l’olympisme, aguerri au Figaro, c’est un pur régatier qui aime se surpasser ».

Christopher Pratt (41 ans) : « Lui aussi nous a rejoint cette année. C’est un esprit cartésien, très structuré, très axé sur la performance. Il aime aller au bout de ce qu’il entreprend ».

Xavier Revil (51 ans) : « Un grand régatier et ancien détenteur du Trophée Jules Verne, que j’ai la chance de connaitre depuis mes années en Optimist et présent à nos côtés depuis le début de l’aventure Spindrift. Chef de quart, je sais que je peux m’appuyer sur son savoir-faire à tout moment ».

Benjamin Schwartz (36 ans) : « Il est passé par le Figaro, mais compte également un tour du monde à son actif avec une participation à la Volvo Ocean Race. C’est mon binôme sur ce tour du monde, responsable de la cellule navigation, je peux compter sur ses analyses très fines en matière de stratégie météo ».

Julien Villion (30 ans) : « Doté d’une solide expérience en Figaro, il contribue à la bonne dynamique à bord en cherchant constamment les bons réglages, en s’interrogeant en permanence afin que l’on recherche sans discontinuer la performance ».

Jean-Yves Bernot (routeur) : « Spécialiste reconnu et respecté du routage, il est à nos côtés depuis notre première tentative autour du monde en 2015. Grâce à son expérience en tant qu’ancien navigateur puis en tant que routeur, Jean-Yves connaît le parcours comme personne. Surnommé le sorcier mais ce sera à nouveau notre ange-gardien pour cette nouvelle tentative ».

Sails of Change, un trimaran hors norme

L’équipage prendra place à bord d’un multicoque conçu et fiabilisé pour performer.

Long de 37 mètres, large de 23 mètres et pesant 21 tonnes, il dispose d’un palmarès à sa mesure. Mis à l’eau en 2008, détenteur du Trophée Jules Verne entre 2012 et 2017 (45 jours, 13 heures), il a été acquis par l’équipe Spindrift en 2013 qui a ensuite brillé en remportant le record de la Route de la découverte (entre Cadix et San Salvador) puis en s’illustrant notamment deux fois à la Rolex Fastnet Race et en 2016 à la Transat Québec – Saint-Malo.

En 2014, alors en configuration solitaire, Yann Guichard parvient à prendre la 2e place de la Route du Rhum, un exploit sportif et humain à la barre du plus grand trimaran de course océanique jamais conçu.

Nautisme Article
© G_LEBEC_SPINDRIFT

Vers un record inédit sans énergie fossile

« Notre aventure n’est pas uniquement humaine et sportive », assure Yann Guichard.  « Nous avons tenu à intégrer au programme Spindrift nos actions philanthropiques et les valeurs qui nous tiennent à cœur pour la protection de l’océan et de la terre, messages que Dona relayait déjà lors de notre première tentative en 2015 ».

« Depuis 20 ans mes actions se portent sur la création de grandes aires marines protégées et la sauvegarde de la biodiversité. L’étroit lien entre la santé de l’océan, le climat et notre propre santé ne fait plus aucun doute », poursuit Dona Bertarelli.

Ainsi, depuis l’an dernier, les équipes de Spindrift s’attachent à préparer une tentative autour du monde sans énergie fossile, un « défi dans le défi », ajoute Yann. « Il n’y aura donc pas de moteur thermique qui assure habituellement le fonctionnement de l’électronique, des moyens de communication, de la désalinisation et du chauffage de l’eau nécessaire à l’alimentation. Pour y pallier, nous disposons à bord de panneaux solaires, de deux éoliennes et d’une pile à combustible à méthanol ».

Un engagement à 360°, "une nouvelle impulsion"

L’engagement de la campagne ‘Sails of Change’ ne s’arrête pas là. L’équipe Spindrift ainsi que tous les bateaux de l’écurie portent l‘objectif ‘30x30’ soutenu par plus de cent pays. Ils relaient ainsi l’appel de la communauté scientifique qu’il faut protéger intégralement et fortement au moins 30% de l’océan et de la terre, d’ici à 2030 par le biais de réseaux d’aires protégées afin de prévenir les extinctions massives et renforcer la résilience au changement climatique. « La dégradation de nos océans, de nos terres et de nos systèmes d’eau douce détruit la capacité de la planète à soutenir la vie », précise Dona Bertarelli, avant d’ajouter : « Ce combat qui est le nôtre depuis longtemps, donne une nouvelle impulsion à toute l’équipe et à notre défi autour du monde. »

Dona et Yann sont les parrains de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le réseau environnemental le plus vaste et le plus diversifié au monde qui en font l’autorité mondiale sur l’état du monde naturel et les mesures nécessaires pour le sauvegarder.

Le 5 Octobre dernier, ils ont lancé au Sport Positive Summit à Wembley, un nouveau partenariat entre UICN et Sails of Change nommé « Sports for Nature », pour aider les organisations sportives à atténuer les impacts négatifs sur la biodiversité et le climat, et à prendre des mesures concrètes pour protéger la biodiversité. « En tant que sportif, le lien entre le sport et la nature est très clair. Les sportifs ont besoin d’eau claire et d’air pur pour performer. A ce titre, ils ont un intérêt naturel à protéger l’environnent », déclare Yann Guichard.

Spindrift for Schools : inspirer et sensibiliser les jeunes générations

Ce combat, ils le partagent également avec le fonds de dotation ‘Spindrift for Schools’, créé en 2014, là encore pour sensibiliser le jeune public aux enjeux environnementaux. Des ressources pédagogiques, bénéficiant de l’agrément de l’Éducation nationale française et du soutien de l’UNESCO, sont ainsi mis à disposition du corps enseignant. Des contenus seront également proposés tout au long du tour du monde afin d’embarquer les plus jeunes dans cette aventure sur les océans de la planète.

Pour les élèves comme pour les sportifs ou même les curieux, cela contribuera à saisir l’intensité de ce tour du monde en perspective l’ensemble des valeurs que ‘Sails of Change’ souhaite transmettre. Dona Bertarelli insiste sur « apprendre de la nature pour agir », « s’unir pour inspirer le changement » et « garder une part d’émerveillement car on protège plus facilement ce que l’on connaît, ce que l’on comprend et ce que l’on aime ».

Yann Guichard, quant à lui, fait le lien avec la vie à bord et évoque « la nécessité de se surpasser, de faire preuve de résilience et d’entraide à chaque instant ». Autant d’arguments et de motifs de motivation avant de s’élancer pour l’un des défis les plus enthousiasmants de la course au large.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…