Georges Azouze, président de Costa Croisières France « Les gens ont besoin de penser à l'après, de s'évader »

Carnet de voyage
Lundi 13 avril 2020 à 7h04

Avec 27 navires en navigation dans le monde entier, Costa Croisières a été frappé de plein fouet par les mesures de confinement appliquées au fur et à mesure en Asie, en Europe, dans les Caraïbes... Nous avons fait le point avec Georges Azouze, président de Costa Croisières France.

Avec 27 navires en navigation dans le monde entier, Costa Croisières a été frappé de plein fouet par les mesures de confinement appliquées au fur et à mesure en Asie, en Europe, dans les Caraïbes... Nous avons fait le point avec Georges Azouze, président de Costa Croisières France.

Quelle est la situation actuelle de Costa Croisières ? « Costa a procédé à la suspension de l’ensemble de ses opérations, jusqu’au 30 avril pour le moment, qui est la date supposée de la fin du confinement en Italie. Au niveau de la flotte de nos navires, nous avons rapatrié l’ensemble de nos clients là où les bateaux se trouvaient : Emirats, Caraïbes… Il reste un seul paquebot qui est encore en navigation et qui fait le tour du monde, il s’agit du Costa Deliziosa qui est actuellement en direction de la mer Rouge. Aucun port n’accepte les passagers de croisière donc la décision a été prise de continuer la navigation pour arriver aux alentours du 26 avril sur un port en Méditerranée, peut-être un port italien mais tout cela reste à confirmer. Les escales et les opérations passagers sont interdites mais les escales techniques pour l’avitaillement par exemple restent possibles. 

Il y a près de 2 200 passagers sur ce paquebot. Si un cas devait se déclarer, nous avons à bord un hôpital et des médecins, nous appliquerons les mêmes règles qu’à terre et s’il y a un passager en détresse, nous ferons comme nous faisons en temps normal : une évacuation médicale. Ce sont des procédures classiques. Les clients à bord sont en confinement également, il n’y a pas de spectacles en live mais ils sont proposés à la télévision, idem pour les conférences… On s’adapte puisque de toute façon il est impossible de débarquer. »

Comment gérez-vous les reports de réservations, les annulations ? « Nous avons procédé, comme l’ordonnance du tourisme le stipule, à des avoirs. Il peut y avoir des annulations plus lointaines, de « panique », mais ce n’est pas flagrant. Nous avons des nouvelles réservations pour cet été, cet automne ou 2021. Nous ne sommes pas en pleine activité et au même niveau que l’année précédente, mais il n’y a pas de vent de panique, c’est une situation d’attente globalement. Concernant les réservations d’été, ce sont principalement la Méditerranée et le nord de l’Europe. Les réservations ont repris progressivement par rapport à la première semaine de confinement malgré tout. Les gens ont besoin de penser à l’après, de s’évader. »

Avez-vous accentué les contrôles lorsque les premiers cas se sont déclarés en Chine ? « Depuis le début de l’épidémie, nous avons mis en place différents contrôles, à bord et pendant les escales. De nombreux ports (la Thaïlande, la Malaisie) avaient déjà décidé de prendre la température des passagers. Il y a du gel hydroalcoolique présent partout dans le bateau, c’est le cas déjà habituellement.  Les questionnaires de santé ont été mis en place très vite également. »

Le confinement a-t-il impacté vos chantiers, vos livraisons ? « En juin-juillet, il devait y avoir la sortie du Costa Firenze, destiné au marché chinois. Il est actuellement en construction dans les chantiers italiens. Je n’ai pas connaissance de l’état d’avancement mais je ne crois pas qu’il y ait de problématique. Ensuite en juin 2021, nous avons la sortie du Costa Toscana, deuxième navire de la flotte propulsé au gaz naturel liquéfié, après le Costa Smeralda qui est actuellement amarré à Marseille, en attente de pouvoir repartir. Je n’ai pas connaissance de difficultés particulières rencontrées sur les chantiers pour le moment. »

Quel est l'impact économique d'une telle crise ? « Costa Croisières fait partie du groupe Carnival, leader sur le marché de la croisière dans le monde et très puissant, nous avons également levé des fonds, donc nous ne sommes pas forcément inquiet sur le plan financier mais notre objectif va être de redémarrer, comme l’ensemble de l’industrie. Nous sommes en train de travailler sur des actions marketing, relations presse, vente… afin de revenir le plus vite possible vers la normalité. Nous travaillons activement au redémarrage. »

Vivre sur un bateau de croisière, c'est un peu du confinement... Ne craignez-vous pas une réticence à partir en croisière pour l'après-confinement ? « C’est une question intéressante mais il faut réfléchir d'un autre point de vue : allez-vous avoir l’appréhension de vous retrouver dans un avion ? De prendre les transports en commun ? Sur un bateau de croisière, oui on peut attraper différentes choses, mais cela est valable également n’importe où ailleurs. Il y aura très certainement une appréhension au début mais cela va revenir. On n’est pas plus confiné dans un bateau de croisière que dans le train ou l’avion, au contraire même, au vu des espaces grandioses à bord. Tous les jours, un bateau de croisière est en escale et les passagers visitent les monuments, les marchés, se promènent dans les rues, etc. et peuvent alors tomber malade. Mais c’est une question légitime et que tout le monde se posera mais la vie fait qu’il va bien falloir que l’on reprenne le risque. »

Nautisme Article
Georges Azouze, président de Costa Croisières France© Costa Croisières

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.