Confinée sur son catamaran aux Bahamas, Aurore raconte : « il est très difficile de s'approvisionner »

Carnet de voyage
Lundi 27 avril 2020 à 12h44

Accompagnée de son mari, de son fils et de sa fille, Aurore voyage en famille sur son catamaran. À l’annonce du confinement général, elle s’est retrouvée bloquée aux Bahamas. Elle nous raconte son quotidien, entre moments de bonheur et difficultés.

©TheTropicoolFamily
Accompagnée de son mari, de son fils et de sa fille, Aurore voyage en famille sur son catamaran. À l’annonce du confinement général, elle s’est retrouvée bloquée aux Bahamas. Elle nous raconte son quotidien, entre moments de bonheur et difficultés.

Etiez-vous déjà aux Bahamas à l'annonce du confinement ?

"Initialement nous étions à Antigua-et-Barbuda quand le confinement a été décrété en France. Ma mère, qui était avec nous, a absolument voulu rentrer en France. Nous l'avons déposée à Saint-Martin pour qu'elle puisse prendre son vol de retour. Mon mari et moi ne pouvions pas laisser notre catamaran sans surveillance donc nous avons décidé de rester dans les Caraïbes avec nos enfants. À ce moment-là, seulement quelques pays ouvraient encore leurs frontières, dont les Bahamas. En bateau nous avons aussi un autre impératif : la saison des cyclones qui débute le 1er juin. Pour des raisons de sécurité, nous souhaitions nous réfugier dans la baie de Washington avant le début de la saison. Les Bahamas nous semblaient être le lieu d’escale idéal car sur notre itinéraire ! Il y a un mois, nous sommes donc arrivés sur l’île de Great Inagua qui se trouve au sud de l'archipel.

Nautisme Article
Les Bahamas nous semblaient être le lieu d'escale idéal car sur notre itinéraire !© TheTropicoolFamily

Si un confinement aux Bahamas peut paraître paradisiaque, vous vivez au contraire quelques moments difficiles sur l’île de Great Inagua ?

"Dès notre arrivée sur l’île, Franck, mon mari, est tout de suite descendu à terre pour déclarer notre arrivée et régulariser notre séjour. Nous avons eu beaucoup de chance car nous sommes arrivés le jour même où le pays fermait ses frontières. Comme l’archipel est entré en confinement, nous n’avions pas le droit de voyager d’îles en îles et d’avancer plus au nord pour nous rapprocher de Washington. Il y a pas mal de bateaux qui se sont quand même déplacés, mais nous avons préféré respecter les règles et attendre que la situation se calme pour naviguer. Le problème de l’île où nous restons c’est qu’il est très difficile de s’approvisionner. Durant les deux premières semaines de notre séjour, nous pouvions aller à terre pour faire les courses mais les magasins n’étaient pas achalandés correctement. Sur l’île, il n’y a pas de produit frais, pas de yaourts, les fruits et légumes se font rares et il y a eu une pénurie d’oeufs pendant 3 semaines. C’est assez dur de s’approvisionner, mais la situation est devenue d’autant plus difficile lorsqu’un deuxième "lock down" beaucoup plus strict s’est mis en place deux semaines après notre arrivée. Nous n’avions plus le droit de mettre un pied à terre."

Si vous n'avez plus le droit de débarquer, comment faites-vous pour vous ravitailler ?

"Cela fait désormais deux semaines que nous pêchons pour nous nourrir et pour nourrir nos enfants. Derrière notre point de mouillage se trouve une mangrove. Nous nous y rendons avec nos enfants en kayak pour y pêcher des lambis (ndlr : une espèce de mollusques) que nous cuisons au barbecue. Nous nous nourrissons beaucoup des produits de la mer car mon mari adore la pêche et nous mangeons les boîtes de conserves que nous avons en stock dans notre bateau."

Nautisme Article
Cela fait désormais deux semaines que nous pêchons pour nous nourrir et pour nourrir nos enfants.© TheTropicoolFamily

À quoi ressemblent vos journées sur l’île ?

"Le protocole de distanciation des Bahamas nous interdit d’aller à terre mais nous avons le droit de nous balader autour de notre bateau. Comme il n’y a personne sur la baie où nous nous trouvons, nous prenons la liberté de nous aventurer un peu plus loin dans la mer en kayak ou à la nage. C’est assez ironique, nous n’avons pas le droit d’aller faire des courses ou d’aller sur la plage mais en termes d’activités nautiques nous sommes servis. Nous passons notre temps dans l’eau !

Nautisme Article
Pour occuper les enfants, nous partons souvent à la découverte des coraux à l'aide de masques et de tubas.© TheTropicoolFamily

Pour occuper les enfants, nous partons souvent à la découverte des coraux à l’aide de masques et de tubas, comme Great Inagua n’est pas une île très touristique, ils sont encore en très bon état ! La dernière fois nous avons nagé avec une tortue et hier nous avons reçu la visite d’une raie derrière notre bateau. La faune et la flore sont incroyables sur l’île, donc nos enfants profitent beaucoup de ces paysages et animaux. Mon fils prend plaisir à accompagner son papa à la pêche et ma fille aime beaucoup découvrir la biodiversité marine à l’aide d’un masque et d’un tuba. Nous avons également deux paddles que nos enfants aiment utiliser afin de se balader autour du bateau."

Nautisme Article
Nous avons également deux paddles que nos enfants aiment utiliser afin de se balader autour du bateau.© TheTropicoolFamily

Qu’allez-vous faire une fois la navigation autorisée et le confinement levé ?

"Nous ne souhaitons pas laisser notre bateau et retourner en France et nous ne voulons pas prendre le risque de faire une transat retour vers l’Europe. C’est pour cela que nous allons nous tourner vers la côte Est des États-Unis pour nous réfugier dans la Baie de Chesapeake, tout en restant éloignés des grands centres villes où le virus circule beaucoup plus vite. Si nous n’arrivons pas à rejoindre les États-Unis comme prévu, nous pensons nous rendre au Mexique ou au Brésil."

Vous pouvez suivre leurs aventures sur Instagram et Facebook

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.