Sur son bateau à Saint-Martin, Laura explique : « nous avons pris le droit de naviguer ! »

Carnet de voyage
Mercredi 6 mai 2020 à 17h30

Coincée à Saint-Martin sur son bateau, Élodie attend que l’interdiction soit levée pour rejoindre la Martinique. À contrario, Laura, également à Saint-Martin, a décidé de naviguer malgré les interdictions préfectorales. Deux témoignages bien différents...

Malgré les interdictions de naviguer, Laura et son compagnon ont continué leur voyage de la République Dominicaine jusqu'à Saint-Martin en passant par les BVI.
Coincée à Saint-Martin sur son bateau, Élodie attend que l’interdiction soit levée pour rejoindre la Martinique. À contrario, Laura, également à Saint-Martin, a décidé de naviguer malgré les interdictions préfectorales. Deux témoignages bien différents...

Élodie voyage depuis cinq ans avec son conjoint à bord d'un monocoque.

« Nous avons fait notre première année de voyage dans les Caraïbes et les Antilles. Les mois derniers nous avions décidé de nous lancer dans le charter avec notre bateau. À l’annonce du confinement nous étions en voyage avec des amis et de la famille afin de nous entraîner à cette nouvelle pratique. Heureusement tous nos amis ont pu rentrer chez eux avant la fermeture des frontières. À ce moment précis, nous étions à Saint-Martin. Nous avons donc décidé de rester sur l’île dans le lagon, car nous avions quelques bricoles à faire sur le bateau et nous ne pouvions pas prendre le risque de naviguer en confinement. Saint-Martin est assez découvert donc nous sommes rentrés à l’intérieur de l’île dans le lagon et petit à petit, le confinement est devenu de plus en plus strict notamment du côté Français qui a pris la même tournure que celui de la métropole. Même si les premiers jours la côte hollandaise de Saint-Martin restait ouverte, nous avons décidé de nous soumettre à la loi française.

Nautisme Article
« Au moment de la fermture des frontières, nous étions à Saint-Martin. Nous avons donc décidé de rester sur l'île » explique Elodie.

Nous sommes à égale distance de la partie hollandaise et française de l’île. Au début, nous nous déplacions en annexe pour rejoindre la côte hollandaise et trouver du matériel  pour bricoler sur le bateau tout en faisant très attention. Nous ne sortions que par obligation. Sur la partie française de l’île, il est interdit de se baigner. Cette régularisation a engendré pas mal de polémiques auprès de la communauté de marins présents à Saint-Martin. Lorsqu’on vit sur un bateau il est normal de laver son bateau à l'eau de mer par exemple. À Saint-Martin, cela fait partie des interdictions, ce qui n’est pas le cas en Martinique et en Guadeloupe. De plus la navigation est également interdite. Nous avons pris contact avec les autorités de la Martinique car nous espérons nous y rendre avant notre transat retour, mais nous n’avons pas encore eu l'autorisation de naviguer alors nous attendons le 11 mai comme tout le monde. »

Il y a certaines personnes qui n’ont pas attendu la fin du confinement avant de naviguer, c’est le cas de Laura* et de son compagnon. Le couple était en République Dominicaine lorsque l’annonce du confinement est tombée. Malgré l’interdiction de naviguer du gouvernement, ils ont voyagé depuis la République Dominicaine vers les Îles Vierges britannique pour terminer leur escapade à Saint-Martin.

« Nous étions en République Dominicaine quand nous avons appris que les frontières des pays fermaient pour contrer le coronavirus. Nous désirions rester en République Dominicaine pour deux ou trois jours, comme nous voulions rester peu de temps nous n’avons pas régularisé notre venue car la procédure peut coûter chère. À cause des circonstances, nos 3 jours en République Dominicaine se sont transformés en 3 semaines. Le climat était assez tendu. Nous avons contacté les autorités locales qui nous ont dit que ce n’était plus possible de naviguer parce que les frontières étaient fermées. Malgré leur mise en garde ils ont été assez sympas avec nous et nous ont laissé faire le plein d’essence, d’eau et un peu de courses. Dès que l’on a remarqué que la situation devenait plus sérieuse et que le confinement ne faisait que se prolonger, nous avons pris le droit de naviguer. Nous sommes donc partis de République Dominicaine car nous voulions nous rapprocher de la Martinique.

Nautisme Article
Nous sommes arrivés le long des Îles Vierges Britanniques où nous sommes restés 10 jours.© Laura

Malgré ce que les autorités nous ont dit, nous avons eu beaucoup de chance et nous sommes arrivés le long des Îles Vierges britanniques où nous sommes restés 10 jours. Encore une fois le sort nous était favorable, car nous avions entendu des témoignages d’autres Français qui ont été interdit d'accès aux Îles Vierges britannique à leur arrivée, mais ça n’a pas été notre cas. Nous nous sommes baladés en bateau et nous n’avons croisé presque personne. Nous sommes aujourd’hui à Saint-Martin et nous souhaitons faire la transat retour en Europe, mais le projet est très compromis à cause des circonstances. Nous ne pouvons pas nous permettre de naviguer comme nous l’avions fait jusqu’alors. Ce n’est plus une histoire de quelques jours pour la transat retour mais un voyage de 3, 4 semaines en mer, le risque est trop grand. »

*le prénom a été modifié.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.