Michaël Quernez « La Bretagne sera une destination majeure pour les vacances de cet été »

Carnet de voyage
Vendredi 29 mai 2020 à 6h33

En Finistère, la pêche, la plaisance et le tourisme sont étroitement liés et forment un véritable écosystème portuaire. Entretien avec Michaël Quernez, président de l'agence de promotion Finistère 360°, président du Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille et président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne.

©CRTB / GUILLAUDEAU Donatienne
En Finistère, la pêche, la plaisance et le tourisme sont étroitement liés et forment un véritable écosystème portuaire. Entretien avec Michaël Quernez, président de l'agence de promotion Finistère 360°, président du Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille et président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne.

Toutes les activités nautiques étaient à l'arrêt pendant le confinement ?

« Quasiment toutes les activités étaient à l’arrêt oui mais pas toutes. Il y a eu une activité de pêche côtière qui s’est maintenue et qui a bien fonctionné, ce qui a permis d’alimenter les criées dans les ports. Après il y avait une notion de rentabilité économique : vous ne pouvez pas faire sortir un navire hauturier pendant deux semaines s’il n’y a pas de débouchés. »

Nautisme Article
Port de Saint Pabu© CRTB / RAGOT Eugénie

Quel est le rôle du Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille, que vous présidez, pour la reprise de l'activité pêche-plaisance mais également touristique ?

« Le Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille s’occupe des 7 ports dans la Cornouaille, ce qui en fait la première place de pêche fraîche en France (Guilvinec - Léchiagat, Douarnenez, Loctudy – île Tudy, Audierne, Lesconil, Concarneau et St Guénolé – Penmarc’h). C’est une entité unique présidée par un Syndicat Mixte avec un concessionnaire, qui est la Chambre de Commerce et d’Industrie. Le Syndicat s’occupe des infrastructures, des travaux, de l’entretien… Actuellement deux projets sont en cours : la restructuration de la criée du Guilvinec, l’une des plus importantes de France, et la criée de Concarneau, pour une vingtaine de millions d’euros. Ce sont des enjeux très importants pour nous. Malgré les mesures qui ont été prises (continuité de la rémunération, chômage partiel), il faut que l’activité reprenne et que le marché retrouve ses clients. Au-delà de la restauration collective, il y a tout l’impact touristique avec les restaurants qui est très important pour les pêcheurs. Tout est lié sur le territoire. D’autant que ces sept ports sont des ports mixtes pour la plupart qui ont à la fois une activité de pêche et de plaisance, avec des activités nautiques liées, et des entreprises dont les activités sont mixtes aussi et dont la pérennité ne dépend pas uniquement de la pêche ou de la plaisance mais bien de toute l’économie touristique, c’est un véritable écosystème portuaire. »

Aujourd’hui, les armements à la pêche hauturière ont à peine repris leur activité et restent prudents. Côté pêche côtière, cela se déroule correctement mais le mareyage est en très grande difficulté notamment face à l’arrivée de grands groupes industriels qui rachètent les entreprises familiales, et malheureusement la crise sanitaire risque de précipiter encore plus les choses pour cette filière, déjà en très grande difficulté. »

Nautisme Article
Le Guilvinec© Frédéric Hédelin

Vous présidez également l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne : quelles sont vos actions actuellement ?

« Je préside l’Association des Ports de Plaisance de Bretagne (APPB) et je participe aux travaux nationaux à travers la commission nationale des activités de plaisance et portuaires avec la CMP, la FIN entre autres. Notre approche est de lier reprise de l’activité de nos ports et liberté de navigation. Nous avions une vraie difficulté dans nos ports : accueillir dans de bonnes conditions les plaisanciers sans que nos agents soient présents, sans que les capitaineries soient vraiment ouvertes, sans possibilité de travaux portuaires comme le carénage… Notre action auprès du Secrétariat Général de la Mer et auprès des ministères a été de dire : si on déconfine les ports de plaisance, nous devons obtenir la liberté de navigation, avec la mise en œuvre des protocoles sanitaires. Nous avons été entendus même si la liberté de navigation a été renvoyée à un dialogue entre les préfets, les autorités portuaires et les maires. Il y a eu des incompréhensions… le fait que des préfets terrestres autorisent la navigation notamment. Pour le préfet du Finistère, les règles ont été plus strictes au début et désormais, on peut naviguer avec trois personnes en dehors de notre cercle familial, ce qui répond aux besoins de la pêche-plaisance en Finistère. »

Et concernant la réouverture des plages ?

«  Il y a eu un débat que je pense sociétal sur la manière dont on déconfine les plages : ceux qui voulaient le déconfinement des plages pour tous, et les autres pour les plages dynamiques, avec la notion de pratique sportive individuelle. Sauf que la plage, c’est notre jardin à tous ! Et il n’était pas question de réserver la plage à quelques personnes uniquement car il y a des enjeux de cohésion sociale derrière tout cela. Aujourd’hui en Finistère, nous avons des plages dynamiques et des plages pour tous, et cela se passe bien. Il y a eu une approche assez citoyenne (même s’il y a eu quelques dérapages). Ce mouvement est venu de la Bretagne car nous avions la certitude que la réouverture de nos plages pouvait se faire dans le respect des règles sanitaires. »

Nautisme Article
Sentier des Douaniers - plage de Tahiti© CRTB / PORIEL Thibault / SB

Quels sont les enjeux à venir ?

« L’enjeu est désormais de rouvrir les centres nautiques avec la mise en place des protocoles sanitaires pour la saison estivale car il en va de la pérennité économique de ces structures. En Bretagne, il y a beaucoup de structures associatives, de centres nautiques portés par les municipalités. Ce n’est pas l’activité d’hiver avec les écoles qui suffira. Le début de saison est exceptionnel d’un point de vue météo mais malheureusement nous ne sommes pas totalement déconfiné pour pouvoir en profiter pleinement. On espère que tout l’écosystème pourra se remettre en marche début juin avec la réouverture des hôtels, des restaurants, la mobilité sans limite de 100 km… »

Avez-vous mis en place des actions de communication avec l'agence Finistère 360° ?

« La première motivation des touristes à venir en Bretagne c’est notre environnement, la qualité de nos paysages. Le tourisme au grand air est notre force. Et dans la situation que nous vivons, c’est une chance pour nous. Il faut que les Français choisissent de passer leurs vacances en France, les Bretons en Bretagne et même les Finistériens en Finistère car on ne rattrapera jamais ce l’on a perdu, ainsi que la clientèle étrangère, qui représente 20% de touristes, avec un pouvoir d’achat important, et qui ne reviendra pas cette année. Le tourisme représente 8% de notre économie en haute saison, c’est primordial pour nous.

Nous communiquons en lien avec le Comité Régional du Tourisme de Bretagne. J’ai mis en place une cellule de crise départementale pour appuyer les réflexions de l’agence Finistère 360° pour soutenir tous les professionnels et accueillir dans de bonnes conditions les visiteurs dans les villes, les forêts domaniales, les parcs, les îles, les navires à passagers, mais aussi les plages : 80% du tourisme finistérien est littoral, avec notamment les sentiers de randonnée. Ensuite viendra le temps de la promotion avec le Finistère, et la Bretagne, comme destination nature.

En ce qui concerne les évènements, tous les festivals qui font la réputation du département sont annulés : les Vieilles Charrues, le Festival de Cornouaille, le Festival du bout du monde… »

Nautisme Article
Michaël Quernez, président de l'agence de promotion Finistère 360°, du Syndicat Mixte Pêche et Plaisance de Cornouaille et de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne.

« Malgré toutes ces difficultés, il faut avoir confiance et je pense que la Bretagne sera une destination majeure pour les vacances de cet été. »

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.