SN de la Trinité-sur-Mer « Nous passons notre temps à décaler les régates sur un calendrier déjà bien chargé »

Glisse
Vendredi 1 mai 2020 à 7h14

Entretien avec Didier Visbecq, Président de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer, qui nous parle de l'impact de la crise sur le calendrier des régates, la difficulté de reporter les courses, et l'inactivité préoccupante de l'école de voile.

©Société Nautique La Trinité-sur-Mer
Entretien avec Didier Visbecq, Président de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer, qui nous parle de l'impact de la crise sur le calendrier des régates, la difficulté de reporter les courses, et l'inactivité préoccupante de l'école de voile.

Quelle est votre situation actuellement ? « Un club comme le nôtre a trois problèmes : les régates, qui occupent environ 120 jours par an avec des grandes rencontres comme le Spi Ouest France qui regroupe 400 bateaux, l’ArMen Race USHIP avec plus de 200 bateaux… Nous passons notre temps actuellement à décaler les dates sur un calendrier déjà bien chargé, et en se sachant pas du tout si on va arriver à les faire ou pas. Pour l’instant, on essaye d’entretenir le moral des troupes mais rien n’est garanti malheureusement, même pour juillet…

Ensuite, le problème se complique pour nous avec l’école de sport car on a une cinquantaine de jeunes de tous âges qui sont en entraînement pour les compétitions sportives fédérales. La rentrée de mars n’a même pas eu lieu, donc ils ne naviguent pas et ne sont pas entraînés. Enfin, la voile scolaire ne fonctionne pas non plus. Et les stages pour cet été… D’habitude, nous avons environ 1 400 stagiaires l’été, là c’est très incertain, surtout pour les conditions sanitaires car nous leur prêtons des combinaisons par exemple. La question de la décontamination se pose. Comment les regrouper pour les cours à terre ? Autant de points pour lesquels nous n’avons aucune directive particulière à part que cela ne se fera pas comme d’habitude. »

Nautisme Article
© Société Nautique La Trinité-sur-Mer

Quel est l'impact sur votre calendrier de régates ? « Pour l’instant, les régates de juin sont maintenues mais a priori elles risquent de ne pas se faire… La Duo Cat-Amania par exemple se déroule sur une semaine avec des escales tous les soirs, avec une cinquantaine de bateaux et des équipages en double, et ce qui plaît beaucoup c’est l’ambiance à terre. Là, sans restaurants, sans rien… Elle ne se fera certainement pas, d’autant plus à cause de son itinérance dans tous les ports autour. Les régates de mai sont reportées en août, l’ArMen Race est reportée début septembre avec un parcours réduit, le Spi Ouest France se déroulera le 25 septembre, et pour la Mini en Mai nous sommes en train de réfléchir à son report en septembre, avec un parcours réduit également, ou alors le parcours se fera pendant le Spi… c’est en pourparlers. Les régates corporatives ont été annulées. »

Nautisme Article
© Vincent Baudet / SNT

La situation doit être particulièrement tendue d'un point de vue financier ? « C’est compliqué en effet car un club comme le nôtre, c’est un chiffre d’affaires de 900 000 euros par an et cette année, on a rentré à peine 25 000 euros. Nous avons eu la chance l’année dernière de faire une très belle année. On pensait investir dans de nouveaux bateaux mais finalement, cela permettra de maintenir la Société Nautique et le personnel à flot. »

Le tourisme et la plaisance sont indissociables en Bretagne, ce qui en fait une région particulièrement touchée ? « La région Bretagne a mené une enquête sur le tourisme et a observé un résultat curieux sur les attraits touristiques de la Bretagne : la navigation arrive seulement en 13e position. Ils ont donc cherché des solutions pour remédier à cela et nous avons l’intention de développer à la Trinité-sur-Mer un centre d’entraînement pour les étudiants sur des J70. Les deux projets se sont trouvés convergents et donc cette année la région nous soutient à hauteur de 35% pour le centre d’entraînement. On se retrouve à créer cela en ce moment. Cela donne une autre dimension de l’après, on a un enjeu à défendre puisqu’on a des comptes à rendre à la région et au département, c’est motivant ! Nous avions déjà deux J70, cette année on en commande deux mais avec la crise, le chantier a stoppé sa production, on ne les aura qu’en fin de saison. Et on en commandera deux l’année prochaine. Dans le même temps, on essaye de trouver le soutien d’entreprises pour entretenir ces bateaux et minimiser nos budgets. »

Êtes-vous prêt à reprendre rapidement vos activités ? « Nous avons cinquante bateaux à l’école de voile : des dériveurs, des catamarans, une dizaine de zodiac de toute taille et deux grosses vedettes pour les comités de course. Tous ces bateaux sont prêts à partir, tout est prêt. En trois jours de temps, tout sera en place pour reprendre le plus rapidement possible. Pour ce qui est du personnel, pour l’été, nous recrutons une vingtaine de moniteurs. Cette année, nous les prévenons qu’ils ne travailleront pas à plein temps, et que nous ne pourrons hélas pas tous les engager… L’impact économique local est important ! Les commerçants qui sont situés sur le port, s’ils sont là, c’est bien parce qu’il y a beaucoup de régates tout au long de l’année, et que c’est grâce à cela qu’ils font leur chiffre d’affaires. En début d’année nous avons dû annuler certaines régates à cause de la météo et cela les a déjà impactés.

Contrairement à d’autres clubs comme La Rochelle, Cherbourg ou Le Havre, nous sommes une toute petite ville donc l’impact est beaucoup plus direct. Dans ces grandes villes l’impact est moindre puisque ce sont de grosses cités touristiques, à la Trinité-sur-Mer, nous sommes que 1 600 votants. »

Le calendrier sportif est déjà bien chargé, n'avez-vous pas eu de difficultés à reporter les régates ? « Nous avons des difficultés pour reporter les courses, nous avons besoin de l’accord de la Fédération Française de Voile. La chance que nous avons eue c’est qu’il y a peu de régates programmées en septembre chez nous. Avec la Nuit de l’ArMen Race USHIP décalée au 5 septembre, nous sommes face à l’Atlantique Le Télégramme à Lorient (le week-end du 11-13 septembre). La question de la concurrence s’est posée. Nous avons alors tranché : nous allons faire notre parcours et la ligne d’arrivée ne sera pas à La Trinité mais à Lorient. Comme cela, les bateaux qui veulent faire la course à Lorient peuvent, et pour les autres, nous allons faire une régate de retour, que l’on doit encore définir. On doit s’arranger avec les clubs locaux, ce qui est logique. »

Nautisme Article
© Société Nautique La Trinité-sur-Mer

Comment voyez-vous la reprise ? « Je la vois très mal. Nous avons une régate en juillet qui fait La Trinité-Cowes. Actuellement, on ne sait pas si on pourra partir de France, si les Anglais pourront nous accueillir… Donc dans le cas où cela ne serait pas possible, nous envisageons d’aller à Saint-Malo ou à Cherbourg puisqu’après il y a la Drheam Cup qui part fin juillet, donc cela pourrait se combiner. Il va falloir revoir les consignes de sécurité et sanitaires. Des équipages qui naviguent à 6 devront peut-être naviguer à 3 car plus d’espace à bord… Il y a beaucoup de choses que l’on ignore encore. »

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.