Le nautisme, une tradition ancestrale à Dubaï

Dimanche 11 décembre 2016 à 6h08

Dubaï, une des destinations phares du mois de décembre, entretient depuis toujours de forts liens avec la mer. Aujourd’hui, l’Émirat accueille de nombreuses compétitions et propose une multitude d’activités nautiques.
 

Dubaï, une des destinations phares du mois de décembre, entretient depuis toujours de forts liens avec la mer. Aujourd’hui, l’Émirat accueille de nombreuses compétitions et propose une multitude d’activités nautiques.
 

Surnommée la Venise du Golfe ou Cité des marchands au XIXe siècle, « Dubaï a un riche passé maritime. Les marins s’abritaient dans le port naturel formé par l’embouchure en forme de S de l’estuaire de Dubaï pour se protéger des éléments naturels mais également des pirates, nous explique Pascal Maigniez, Directeur du Dubaï Department of Tourism and Commerce Marketing. Il faut savoir que la côte était appelée la côte des pirates à cette époque ». Le commerce maritime a lui aussi largement contribué au développement de l’économie du pays membre des Émirats Arabes Unis. « L’activité économique dubaïote s’est développée bien avant la découverte des gisements de pétrole grâce à la pêche de l’huître perlière et du commerce maritime, principalement à destination des pays du pourtour du Golfe comme la Mésopotamie, mais aussi du sous-continent indien, de Zanzibar et de la Corne de l’Afrique, poursuit-il. On trouvait à Dubaï de nombreux bancs d’huîtres perlières d’une qualité exceptionnelle, que les Dubaïotes allaient pêcher dans les eaux du Golfe à bord de boutres, des vaisseaux traditionnels en teck à voiles triangulaires. À l’époque, on comptait plus de 1000 marchands négociants de perles à Dubaï ».

De la pêche artisanale au développement du nautisme

L’avènement de la perliculture a mis un terme à cette manne financière peu avant le début de la seconde guerre mondiale. Mais l’Émirat n’a pas mis longtemps à se relever grâce à la découverte d’hydrocarbures au milieu du XXe siècle. Le début de la manne pétrolière a permis à Dubaï de développer son activité portuaire en creusant un bras de mer pour le transformer en port franc. L’économie prospérant et le nombre de navires augmentant, l’Émirat a décidé, à la fin des années 80 de construire un second port artificiel, Jebel Ali, au Sud, qui reste aujourd’hui le plus important du pays, derrière celui de Mina Rashid. À eux deux, ces ports représentent le 4e port au monde en termes d’activité marchande et de trafic de containers. La plus grande zone franche du Moyen-Orient qui y est accolée accueille, quant à elle, plus de 7000 entreprises. Dubaï est devenue aujourd’hui un hub maritime et aérien au carrefour de l’Europe, de l’Asie, de l’ex-URSS et de la Corne de l’Afrique.

Perpétuant sa tradition maritime ancestrale, Dubaï reste aujourd’hui tournée vers la mer. « Le nautisme fait partie de la culture de Dubaï. Les anciens ont tous été liés à l’activité maritime. Il y a une réelle osmose avec le désert et la mer. C’est important pour les locaux de perpétuer les traditions, de les faire connaître aux quelques 11 millions de visiteurs qui y viennent chaque année », souligne Pascal Maigniez. De nombreuses courses de boutres sont régulièrement organisées à Dubaï, tout comme des compétitions de power boat, très prisées des habitants. L’équipe locale, la Victory Team, a d’ailleurs été sacrée championne du monde au Class 1 World Powerboat Championship. De son côté, la voile commence tout juste à se développer, et Dubaï accueille régulièrement des championnats du monde de Hobbie Cat. « Le climat et le vent régulier se prêtent bien au nautisme. Et puis, il n’y a pas de fortes marées ni de grosses vagues, l’eau est chaude. Ce sont des conditions idéales pour la navigation, ajoute-t-il. La voile contemporaine reste cependant encore confidentielle à Dubaï et attire davantage les résidents, qui représentent la majeure partie de la population, que les locaux. D’ailleurs, quand on regarde dans les quatre marinas principales, on y trouve environ 90% de bateaux à moteur ».

Un paradis pour les sports nautiques

Presque tous les sports nautiques sont présents à Dubaï, du flyboard à la plongée, en passant par le jet-ski ou la planche à voile. « Les Dubaïotes s’intéressent à tout ce qui est nouveau ou spectaculaire. Il y a d’ailleurs deux immenses parcs aqua-nautiques à Dubaï, dont un très grand de 76 hectares, inspiré de l’Atlantis Paradise Island de Nassau. On peut y nager avec les dauphins ou traverser un cylindre de plexiglas entouré de requins, précise Pascal Maigniez. Contrairement à Oman, il n’y a pas de barrière de corail au large de Dubaï mais on peut plonger sur les anciennes plateformes offshores qui ont été colonisées par une faune et une flore sous-marine ». Dubaï a également comme projet de fabriquer du corail et de recréer les principaux spots de plongée mondiaux sur son archipel artificiel The World, composé de 80 îles qui forment une mappemonde. Toujours dans l’idée de perpétuer la tradition, Dubaï propose des excursions à bord de petits boutres pour pêcher de façon encadrée des huîtres perlières en utilisant les techniques d’antan. « Les gens sont équipés à la manière des pêcheurs d’autrefois de combinaisons en chanvre les couvrant de la tête aux pieds, d’une sorte de pince à linge en bois pour pincer le nez, et d’un tuyau pour respirer ». Traditionnels ou innovants, les sports nautiques ont bel et bien toute leur place à Dubaï.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.