« En navigation, l'Amel 60 impressionne par le sentiment de sécurité qu'il procure, et sa grande stabilité »

Voiliers
Dimanche 19 septembre 2021 à 15h37

Rencontre avec Elisa Cionti, qui navigue avec son mari à bord d'un Amel 60. Elle nous parle avec passion de son voyage, à bord d'un voilier qui répond parfaitement à ses besoins et plus encore, de l’Atlantique à la Méditerranée.

©Elisa Cionti
Rencontre avec Elisa Cionti, qui navigue avec son mari à bord d'un Amel 60. Elle nous parle avec passion de son voyage, à bord d'un voilier qui répond parfaitement à ses besoins et plus encore, de l’Atlantique à la Méditerranée.

Pouvez-vous vous présenter ?

Elisa Cionti : « Nous sommes Elisa et Alfredo Cionti, respectivement 52 et 56 ans, je suis italienne et anglaise, et mon mari est italien. Nous sommes mariés depuis 1992 et nous vivons actuellement à Monaco. Nous avons trois filles, maintenant grandes et indépendantes. Mon mari a toujours été familier avec la mer, il faisait partie de l’équipe nationale de planche à voile quand il était jeune ! Quant à moi… je suis surtout amoureuse d’équitation et je ne jurais que par cela jusqu’à l’arrivée de ma deuxième fille puis j’ai eu un coup de foudre pour la voile, la plaisance plus particulièrement, pas les régates ni la compétition. En 2020, nous avons décidé de prendre un Amel 60 mais en raison de la pandémie de Covid-19 et des complications associées,  nous n’avons pu vraiment naviguer avec qu’au début de l’année 2021. »

Nautisme Article
© Elisa Cionti

Pourquoi avoir décidé de tout quitter pour partir naviguer ?

E. C. : « En réalité, nous n’avons pas vraiment tout laissé, nous avons juste consacré tout notre temps libre à l’activité qui nous plait le plus, c’est-à-dire la navigation. Nous passons environ 3-4 jours par semaine sur le bateau et, dès que nous le pouvons, nous naviguons sur des périodes plus longues. Notre envie, quand nous serons à la retraite, est de faire le tour du monde. Dans quatre ans, nous aimerions faire notre première traversée océanique, direction les Caraïbes. »

Nautisme Article
© Elisa Cionti

Pourquoi avoir opté pour un Amel 60 ? Quels points forts vous ont séduits ?

E. C. : « La décision est intervenue après plus d’un an de prospections, la visite de tous les salons nautiques et quelques chantiers européens importants. Nous recherchions alors un bateau sûr, confortable et suffisamment rapide. Amel nous a impressionnés lorsque nous avons visité leur chantier naval à La Rochelle. Nous avons constaté la minutie de la production et la recherche continue d’une meilleure qualité. Nous avons été très impressionnés par l’essai en mer d’un Amel 50 que nous avons eu la chance de réaliser à Hyères dans différentes conditions météo : du vent léger à une violente tempête avec des rafales jusqu’à 30 nœuds. Ce jour-là, nous avons compris la magie du bateau, la tranquillité, la sécurité.

Le point fort du bateau qui nous a le plus séduits et qui, en fin de compte, était ce dont nous avions vraiment besoin, était la possibilité d’amener un bateau de 60 pieds (et 30 tonnes) où nous le souhaitions, à deux en toute sécurité. Cette particularité n’est pas quelque chose à sous-estimer : tous les chantiers navals et leurs bateaux ne sont pas forcément capables d’assurer à un équipage aussi petit et non professionnel, comme un couple, la facilité de manœuvrer dans les ports, de naviguer au large dans des conditions pas toujours favorables et la gestion du bateau également, pour les aspects pratiques et techniques. D’après notre expérience, l’Amel 60 assure tout cela !

Un autre point fort qui a influencé notre choix est le mât en carbone : mon mari a tout de suite adhéré à cette philosophie du chantier, non pas tant pour une diminution du poids à bord, mais pour la réduction significative du roulis dans les vagues, et aussi pour la moindre gîte du bateau sous la pression du vent. Et, en effet, une fois à bord, vous pouvez vraiment apprécier ces deux avantages.

Enfin, « last but not least » : l’attention et la présence du chantier et de ses employés tout au long du processus. Nous avons toujours pu appeler et/ou écrire pour avoir des explications, contacter le support technique si besoin, aussi bien pour des choses simples que nous avions oubliées, que des questions plus complexes, plus techniques. Dans tous les cas, tout a toujours été résolu. Cet aspect humain a été une agréable surprise… qui n’a pas de prix. »

Nautisme Article
© Elisa Cionti

Quelles navigations avez-vous réalisées jusqu’à présent ?

E. C. : « Nous avons commencé notre périple le 5 mars 2021 depuis La Rochelle avec LOVELI (nom de notre bateau), nous avons traversé le golfe de Gascogne avec une mer agitée et un vent fort (25 nœuds avec force 5/6) venant de l’arrière. C’était une navigation fantastique avec le tangon et les voiles ouvertes en « papillon ». C’était la première fois que nous naviguions tous les deux sur l’océan, c’était excitant ! Puis nous avons descendu les côtes du Portugal et nous sommes entrés en Méditerranée par le détroit de Gibraltar, en pleine nuit. À hauteur de Barcelone, à Roses exactement, nous avons eu du vent avec des pointes à 47 nœuds de face, nous avons préféré nous arrêter quelques jours. Enfin nous sommes retournés à Monaco. Le retour a été très simple et fluide. Mais globalement, depuis que nous avons le bateau, nous avons surtout navigué sur la Côte d’Azur, un peu en Ligurie et en Corse, que nous affectionnons particulièrement. »

Et pour la suite, où avez-vous prévu d’aller ?

E. C. : « Nous aimerions faire le tour de la Méditerranée pour découvrir de nouveaux endroits puis, dans trois ou quatre ans quand nous nous sentirons totalement en phase avec le bateau, prendre la direction des Caraïbes et réaliser notre première transatlantique. »

Quels sont les points forts de l’Amel 60 en navigation et au mouillage ?

E. C. : « En navigation, l’Amel 60 impressionne par le sentiment de sécurité qu’il procure, et sa grande stabilité. Il nous est arrivé de faire quelques erreurs de navigation avec 25 nœuds de vent au près et pourtant, nous avons toujours réussi à redresser la barre. La protection du cockpit couvert est un confort inestimable, aussi bien pour s’abriter du soleil que pour naviguer par mauvais temps. C’est un plus qui s’apprécie au quotidien et qui permet de ne pas trop être fatigué par les éléments extérieurs. La fatigue sur un bateau est presque inévitable après de nombreuses heures de navigation… L’ Amel 60 protège du vent, du soleil et du froid, ce n’est pas négligeable.

Au mouillage ou au port, l’Amel 60 séduit par son format maison. On se croirait vraiment dans un appartement en bord de mer ! Nous avons tout le confort dont nous avons besoin au quotidien. Mon mari et moi pouvons effectuer la plupart de notre travail à bord grâce à un emplacement fixe avec ordinateur, Wi-Fi… comme si nous étions au bureau ou à la maison. Un auvent en toile, fixé des deux côtés de la bôme, protège au moins la moitié du bateau du soleil.

Nous vivons à bord de LOVELI comme dans notre maison. Même lorsque nous sommes à Monaco, nous préférons dormir à bord plutôt que chez nous, peu importe la météo. La seule chose qui me manque à bord ce sont quelques plantes ici et là… mais j’y travaille ! »

Nautisme Article
© Elisa Cionti

Propos recueillis en juillet 2021.

Retrouvez cette interview et de nombreux autres contenus dans notre dernier hors-série Yachting 2021 à lire en ligne par ici !

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…