La remise en service d'un moteur in-bord

Equipements
Vendredi 29 avril 2022 à 11h47

C’est un sujet que nous avons déjà traité et qui revient chaque année au réarmement du bateau. Dans cet article, nous allons rappeler les vérifications importantes qui doivent être faites et voir plus précisément les points à contrôler lorsque le moteur tourne.

©Albert Brel
C’est un sujet que nous avons déjà traité et qui revient chaque année au réarmement du bateau. Dans cet article, nous allons rappeler les vérifications importantes qui doivent être faites et voir plus précisément les points à contrôler lorsque le moteur tourne.

Avant tout, recharger les batteries

Lorsque l’on arrive sur son bateau, bien souvent après plusieurs mois d’hivernage, on est tenté de tout remettre en marche de l’électronique à la motorisation. C’est une erreur. Le premier point qu’il faut prendre en considération, est les batteries. Elles doivent être rechargées à 100% avant d’envisager de mettre sous tension de l’appareillage tel que l’éclairage, le confort (réfrigérateur) et, bien entendu, le moteur. Un cycle complet de recharge avec un chargeur nouvelle génération demande en moyenne 10 heures, cela vous laisse le temps de faire les vérifications et les niveaux sur le moteur.

Nautisme Article
Toutes les commandes doivent être graissées© Albert Brel

Un examen visuel

Nautisme Article
Le liquide de refroidissement doit être propre et niveau minimum à froid© Albert Brel

En premier, un examen visuel s’impose. Il vous permet de détecter s’il y a des fuites (eau, huile, carburant). Si vous en constatez une, par exemple une trainée d’huile ou d’eau, il est impératif d’en trouver l’origine et d’y remédier. Ce n’est jamais anodin et cela peut avoir des conséquences graves. Par exemple, une fuite d’huile au niveau du filtre à huile est bien souvent synonyme que ce dernier a été mal serré ou est déformé, pas d’hésitation, il doit être changé. Les fuites d’eau peuvent être sur le circuit d’eau de mer (refroidissement direct) ou sur le circuit du liquide de refroidissement indirect (moteur avec échangeur). Il faut faire une vérification au niveau des durites sur les deux circuits (direct et indirect). Le moindre problème doit être réparé avant de lancer le moteur. Un défaut de refroidissement peut avoir des conséquences graves et rapides. Les plus courantes sont un échauffement du moteur (joint de culasse) pouvant aller jusqu’à détériorer le circuit d’échappement qui peut prendre feu.

Nautisme Article
Le niveau d'huile doit être entre max. et min.© Albert Brel

Une fois que tout vous semble correct, il reste à vérifier les niveaux : huile (moteur et inverseur), liquide refroidissement. A froid, ce liquide doit être, dans le vase d’expansion, au minimum, il augmente lorsque le moteur est chaud. Le niveau d’huile moteur doit être entre mini et maxi. Pour l’inverseur, suivant les marques, le niveau doit être vérifié lorsque le moteur vient de tourner, pour d’autres cela se fait à froid, il faut se reporter à la notice. Quant à l’huile pour l’inverseur, suivant la marque, elle est soit identique à celle du moteur soit c’est une huile spéciale (ATF) pour boîte de vitesse automatique. Attention, ces huiles ne sont pas compatibles. Si vous n’avez pas effectué les vidanges d’huile avant l’hivernage, elles seront à faire mais une fois que le moteur aura tourné (moteur chaud). La dernière vérification importante concerne les courroies (entrainement, alternateur et pompe à eau). Elles doivent être en bon état et tendues. Une courroie tendue doit pouvoir effectuer un quart de tour ou avoir une flèche d’un centimètre.

Nautisme Article
La courroie doit accuser une flèche de 1 cm© Albert Brel

Lancer le moteur

Une fois les batteries rechargées, toutes les vérifications et les niveaux effectués, il ne reste plus qu’à lancer le moteur. Un moteur diesel doit démarrer rapidement. Si ce n’est pas le cas, inutile d’insister au risque de décharger rapidement les batteries. La cause la plus courante, si les batteries sont bien chargées et que le moteur tourne à une vitesse correcte sans se lancer, est le circuit de carburant désamorcé. Il faut le vérifier et au besoin le purger. Cette intervention ne demande pas de connaissance particulière mais doit être effectuée en respectant un ordre bien défini : purge du filtre à carburant, purge au niveau de la pompe d’injection, purge aux injecteurs. Le désamorçage du circuit de carburant est souvent dû à une prise d’air.

Le moteur démarre. La première vérification est de constater que l’eau sort bien à l’échappement. N’hésitez pas à donner un coup d’accélérateur pour amorcer le circuit. Une fois le moteur lancé, vérifiez qu’il n’y a aucune fuite au niveau moteur et que les instruments fonctionnent (compte tours, pression d’huile, température, charge etc.). Les bateaux moteur sont généralement bien équipés en moyen de contrôles et d’alarmes. Les voiliers sont, en standard, les parents pauvres. Les moyens de contrôle se limitent bien souvent à un voyant de température d’eau, à un pour l’alternateur et à un compte tours. C’est insuffisant pour contrôler le fonctionnement du moteur, n’hésitez pas à les compléter.

Dernier point, l’examen des fumées

Nautisme Article
Vérifier la sortie d'eau et la couleur de la fumée© Albert Brel

Votre moteur est démarré, l’idéal est de le mettre en charge pour qu’il puisse chauffer. Par exemple l’embrayer au ponton, si ce n’est pas possible, faire un petit tour ne serait-ce que dans le port. En effet, faire tourner un moteur au point mort n’est pas recommandé. A terme, cette pratique a pour conséquence de glacer les cylindres (usure du moteur) et ne lui permet pas de monter en température. Un moteur diesel fume, en particulier, les anciennes générations. L’examen de la fumée est important et vous permet d’avoir une bonne approche de son fonctionnement.

Fumée blanche

Au démarrage, lorsque le moteur est froid et la température extérieure basse, il est normal que le moteur fume blanc. Si cette fumée apparaît en navigation, il faut arrêter le moteur et vérifier le circuit de refroidissement : filtre à eau de mer bouché, turbine de pompe à eau défectueuse, durite desserrée ou en mauvais état, courroie d’entrainement de la pompe détendue ou cassée.

Fumée bleue

Une fumée bleue à l’échappement est liée à un problème d’huile. Les mécaniciens emploient le terme brûler de l’huile. Ce n’est pas anodin et les conséquences peuvent être sérieuses. Dans un moteur, l’huile assure deux fonctions : la lubrification de toutes les pièces mobiles et l’étanchéité des cylindres. Une des causes, les plus courantes de la présence de fumée bleue, est une quantité d’huile trop importante dans le moteur. L’excès d’huile est brulé et sort à l’échappement. L’autre raison, plus grave, est une mauvaise étanchéité des segments dans les cylindres. En résumé, s’il fume bleu au démarrage, il faut vérifier le niveau d’huile et le remettre correct. Ce phénomène est courant après une vidange (trop d’huile). S’il apparaît en navigation, c’est plus inquiétant. Cela peut provenir d’une usure du moteur (perte de puissance) ou d’un mauvais réglage, il faut faire appel à un spécialiste.  

Fumée noire

Lorsque la combustion du carburant n’est pas correcte, elle se traduit par de la formation de suie et une fumée noire à l’échappement. Une mauvaise combustion est généralement synonyme d’un filtre à air encrassé, d’un mauvais refroidissement du moteur (ventilation), d’un échappement encrassé ou alors le bateau est trop chargé. Ce dernier point peut arriver si la carène est sale et, plus souvent, lorsque l’on prend un bout dans l’hélice. En pratique, si cette fumée apparaît lors d’une accélération brutale, c’est synonyme d’’un échappement encrassé. Lorsqu’elle apparaît en navigation, c’est lié à la charge du moteur, par exemple, un cordage dans l’hélice.

Nos conseils

Nautisme Article
Le filtre à carburant doit être propre© Albert Brel

Si vous avez fait un hivernage correct, en principe, à la remise en service il n’y a pas de problèmes. Toutefois, pas de précipitation, il faut tout d’abord recharger les batteries, ensuite vérifier tous les niveaux, l’état des courroies et enfin s’assurer qu’il n’y a aucune fuite (eau, huile). Une fois le moteur lancé, contrôler le débit de l’eau à l’échappement et la couleur de la fumée. Un moteur diesel est fait pour travailler à une température relativement élevée de l’ordre de 95° C. A bas régime, il a tendance à s’encrasser (formation de suie) ce qui peut entraîner l’obstruction de l’échappement. Par exemple, Volvo conseille pour ses moteurs un régime de croisière optimal de 200 tr/mn en dessous du régime maxi atteint. Renseignez-vous auprès de votre mécanicien.      

Nautisme Article
Filtre à eau de mer© Albert Brel
 

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…