Vendée Globe 2020 : Jean Le Cam « pour gagner il faut revenir »

Vendée Globe
Dimanche 25 octobre 2020 à 6h31

Jean Le Cam prendra le départ de son 5è Vendée Globe, dimanche 8 novembre sur le bateau avec lequel il avait pris la 5è place lors de la dernière édition en 2016-2017. Doyen de l’épreuve, il sera aussi, et surtout, le skipper au plus grand nombre de tours du monde au départ, son huitième. Son objectif ? Être sur le podium des bateaux à dérive voire mieux et d'abaisser son temps de course à moins de 80 jours.

©Jean-Marie Liot
Jean Le Cam prendra le départ de son 5è Vendée Globe, dimanche 8 novembre sur le bateau avec lequel il avait pris la 5è place lors de la dernière édition en 2016-2017. Doyen de l’épreuve, il sera aussi, et surtout, le skipper au plus grand nombre de tours du monde au départ, son huitième. Son objectif ? Être sur le podium des bateaux à dérive voire mieux et d'abaisser son temps de course à moins de 80 jours.

Pour son 5ème Vendée Globe, Jean Le Cam est allé au bout de ses envies, il a passé 8 mois à optimiser son bateau comme jamais auparavant il ne l'avait fait. Il a cette particularité dans le milieu, de connaître son bateau sur le bout des ongles. Avec ses 5 techniciens ultra compétents et polyvalents, Jean bricole, démonte et usine les pièces, révise le gréement, optimise les moindres systèmes mécaniques et informatiques, scrute les moindres recoins de cet Imoca. Pour Jean, courir le Vendée Globe, ce n'est pas seulement une aventure de trois mois en mer. Un Vendée Globe, ça se prépare, se réfléchit, se murit… Le bateau a gagné en poids (près de 40 kilos de peinture en moins notamment), il est doté d'une nouvelle casquette, le moteur a été déplacé, des structures ont été modifiées, les ballasts et les dérives ont été changés. Sur cet Imoca baptisé "Hubert", en mémoire à H ubert Desjoyeaux, constructeur et ami, Jean courra son 3ème tour du monde (*). C’est peu dire qu’il le connaît comme personne.

(*)Jean a appris à connaître « Hubert » sur la Barcelona World Race en 2014, course sur laquelle Bernard Stamm l'avait embarqué. Ensemble ils ont remporté ce tour du monde en double. Puis Jean l'a racheté pour prendre le départ du Vendée Globe 2016. C’est ce même bateau qui avait mené Michel Desjoyeaux à la victoire sur le Vendée Globe en 2009.

Nautisme Article
© Chris Askoll

Quel est ton regard sur ce prochain Vendée Globe ?

« L’évolution de la flotte est énorme depuis 4 ans, avec le nombre grandissant de bateaux à foils. Leurs vitesses sont incroyables, on n'a jamais vu ça. On ne sait pas combien de bateaux termineront la course mais on peut penser qu’il n’y en aura pas plus de la moitié.

Pour ma part, je suis sûr d’une chose, celui qui va gagner va arriver. Il ne faut jamais oublier ça ! J'aimerais faire partie, évidemment, du groupe qui arrive et pourquoi pas faire un top 10 voire mieux ; une grande partie du classement va se jouer sur la tenue des foilers.

Mon bateau, je l'ai conçu pour être plus solide, performant et plus léger donc plus facile à naviguer et aussi plus rapide. Même si j’avais eu le budget, je n’aurais pas mis de foils car tu ne peux pas mollir, il faut être à 100% tout le temps.

 Mais un tour du monde ce n’est jamais la mêm e chose ; on ne retrouve jamais ce que l’on a vécu 4 ans plus tôt. Ça dure 3 mois, la météo n’est jamais la même, le terrain de jeu (la mer ndlr) n’est pas stable, il y a des vagues, qui ne sont jamais les mêmes non plus... »

Au-delà de l’aspect sportif, qu’est-ce qui te motive ?

« Ce qui me fait revenir sur le Vendée Globe, c’est que cette course est une histoire humaine, avec des gens, de la compétition, de l’aventure. Je le dis souvent, je suis un vendeur de rêves. Une histoire n’est belle que si elle est partagée par les autres. Ce Vendée Globe je le fais aussi pour tous ceux qui suivent la course. »

Solidaire

Pour la première fois, YesWeCam! soutiendra un projet humanitaire, sous les couleurs d’Innoveo, le fonds de dotation du CHRU de Brest, créé en 2016 dans le Jean Le Cam. YesWeCam a pour but de soutenir toute innovation permettant d’améliorer la prise en charge, la qualité de vie ou le confort des patients et de leur famille ; mais aussi de financer toute action de recherche clinique ou fondamentale permettant d’accélérer le déploiement de la médecine sur le territoire de la Bretagne Occidentale. Avec 6 000 donateurs à ce jour, c’est 1.5 millions d’euros qui ont été collectés depuis la création du fonds, ce qui a permis de financer de nombreux projets. Entre autres, 5 projets de recherche ont été financés (ex : achat d’Hyperion, un cytomètre de masse qui permet d’analyser les cellules cancéreuses) et 6 sont en cours de financement. Depuis 4 ans, le fonds s’est structuré afin de mieux se faire connaître notamment avec la mise en place de campagnes de collecte de dons. Pour Jean c'est « donner de la visibilité à une cause qui agit concrètement pour l’humain, pour la santé et sur notre territoire, ça a du sens ».

Nautisme Article
© Jean-Marie Liot

Les tours du Monde de Jean Le Cam

Vendée Globe 2019-2020 : départ de son 5e Vendée Globe, son 8è départ de tour du Monde

Vendée Globe 2016-2017 : 6e du Vendée Globe en 80 jours

Barcelona World Race 2014-2015 : vainqueur sur « Cheminées Poujoulat », co-skipper Bernard Stamm

Vendée Globe 2012-2013 : 5e du Vendée Globe en 88 jours

Barcelona World Race 2010 : abandon

Vendée Globe 2008-2009 : abandon Vendée Globe, sur VM Matériau x

Vendée Globe 2004-2005 : 2e du Vendée Globe sur Bonduelle

Whitbread round the World Race 1985-1986 : sur Côte d’Or, skipper Eric Tabarly

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.