Sardinha Cup : 21 duos dans les starting-blocks

Régates
Mercredi 7 avril 2021 à 12h23

Le départ du Trophée Naomis, première étape de la Sardinha Cup, sera donné mercredi à 16h, avec au programme un aller-retour entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le bassin d’Arcachon, soit un total de 300 milles. 21 duos sont dans les starting-blocks, chacun avec des objectifs bien précis en tête.

©Jean-Baptiste D'Enquin
Le départ du Trophée Naomis, première étape de la Sardinha Cup, sera donné mercredi à 16h, avec au programme un aller-retour entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le bassin d’Arcachon, soit un total de 300 milles. 21 duos sont dans les starting-blocks, chacun avec des objectifs bien précis en tête.

Depuis samedi, les 21 Figaro Beneteau 3 sont sagement alignés sur le ponton qui leur est réservé font l’objet de toutes les attentions, entre contrôles de sécurité, plongées des préparateurs pour bichonner les carènes, bricoles de dernière minute et, pour certains, ultime sortie en mer devant Saint-Gilles-Croix-de-Vie destinée à tester des voiles fraîchement arrivées.

Du côté des bureaux du Team Vendée Formation, le directeur de course, Guillaume Rottée, a attendu de recevoir les derniers fichiers météo pour valider le parcours du Trophée Naomis. Au programme, à partir de ce mercredi 16h, après le passage de la bouée Vendée, un aller-retour vers la bouée d’atterrissage d’Arcachon, située à l’entrée du Bassin du même nom, puis un tour de l’île d’Yeu (à laisser à bâbord), soit un total de 300 milles.

« Comme la fin d’étape est encore assez incertaine d’un point de vue météo et que le timing est assez serré puisqu’il faut que les bateaux soient tous au port vendredi en fin d’après-midi au plus tard, nous avons mis une petite porte à passer devant Saint-Gilles, entre une bouée gonflable et la cardinale sud de Pilours, qui nous laisserait la possibilité d’arrêter l’étape à cette porte, ce qui ferait un parcours de 260 milles », explique Guillaume Rottée.

Qui ajoute, à propos des conditions attendues dans les premières heures de course : « On devrait avoir une belle descente vers Arcachon dans un vent d’une vingtaine de nœuds qui va basculer au fur et à mesure de nord-nord-ouest à est, ça va être intéressant d’un point de vue stratégique, avec des changements de voiles, des petites options de trajectoires, il faudra faire les bons choix pour tirer son épingle du jeu. »

Dans ces conditions, chacun des 42 concurrents (dont 6 femmes et 8 étrangers) se fixe ses propres objectifs, élevés pour certains, à l’image de ceux qui, sur le papier, font figure de prétendants à la victoire. C’est le cas du duo composé de Tom Laperche, qui vient de remporter la Solo Maître CoQ, et de Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance), ce dernier confiant : « J’avais terminé deuxième de la Sardinha Cup il y a deux ans, ça me plairait bien de faire de nouveau un podium. Maintenant, on verra déjà après la première étape où on en est, on aura une idée plus précise des forces en présence, notamment en vue de la Transat en double Concarneau-Saint-Barthélémy (départ le 9 mai), il y a des concurrents qu’on n’a pas encore vus cette année. »

Cette Transat en double, à laquelle 9 des 21 duos présents sur la Sardinha Cup participeront, fait dire à Martin Le Pape (Gardons la Vue-Fondation Stargardt), qui, fait équipe avec Yann Eliès : « Quasiment tous les équipages les plus dangereux que l’on retrouvera dans un mois sont là, on va pouvoir bien se jauger. » Même son de cloche chez le bizuth Guillaume Pirouelle, associé à l’un des Figaristes les plus expérimentés du circuit, Alexis Loison (Région Normandie) : « On va pouvoir se mesurer aux autres, voir où on en est. »

Autant dire que la bataille pour le podium s’annonce tout aussi disputée qu’elle l’avait été il y a deux ans, avec, outre les duos précités, des tandems ambitieux, comme ceux formés par Xavier Macaire et Morgan Lagravière (Team SNEF), Pierre Quiroga et Erwan Le Draoulec (Macif), Tanguy Le Turquais et Corentin Douguet (Quéguiner Matériaux) et sans doute quelques invités surprises. Associé à l’expérimenté Ronan Treussart, Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir) confie ainsi : « La Sardinha Cup est une épreuve que nous avons spécifiquement préparée cet hiver avec Ronan, on veut être performants.»

Même ambition chez Achille Nebout (Primeo Energie-Amarris), qui dispute sa troisième saison sur le circuit Figaro Beneteau : « C’est la première année où j’ai un budget confortable, du coup, j’ai envie de m’installer dans les dix premiers du circuit. J’ai bien commencé à la Solo Maître CoQ en faisant huitième, le but est de poursuivre sur ma lancée sur la Sardinha. »

Du côté des duos moins expérimentés, et notamment des débutants sur le circuit, les objectifs diffèrent : « J’attends de puiser dans l’expérience de mon co-skipper Benoît Hochart, qui connaît bien son bateau, il y a une histoire sympa de transmission entre lui et moi », commente Philippe Hartz (Marine Nationale-Fondation de la Mer), tandis qu’Estelle Greck, première bizuth il y a dix jours de la Solo Maître CoQ, ajoute : « Avec Laurent (Givry, son co-skipper), on a passé en revue tous les équipages, on s’est mis un petit objectif en ciblant ceux avec lesquels on voulait jouer, ça reste entre nous ! ».

Rendez-vous vendredi, après environ 48 heures de course, pour en reparler…

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.