Route du Rhum 2022 : des chiffres et des faits

Route du Rhum
Lundi 31 janvier 2022 à 15h02

6 novembre 2022, Saint-Malo, vous en rêvez déjà, ce sera le départ de la douzième édition de la plus célèbre des transatlantiques en solitaire. Ils pourraient être 120 concurrents au départ, presque comme en 2018, ils étaient 123. Pour avoir un avant-goût du rhum cuvée 2022 en bouche, nous nous sommes plongés dans les archives et dans l’avis de course, à la recherche des chiffres marquants de cette course qui, tous les quatre ans, fait la une de l’actualité et passionne bien au-delà des initiés.

©Alexis Courcoux
6 novembre 2022, Saint-Malo, vous en rêvez déjà, ce sera le départ de la douzième édition de la plus célèbre des transatlantiques en solitaire. Ils pourraient être 120 concurrents au départ, presque comme en 2018, ils étaient 123. Pour avoir un avant-goût du rhum cuvée 2022 en bouche, nous nous sommes plongés dans les archives et dans l’avis de course, à la recherche des chiffres marquants de cette course qui, tous les quatre ans, fait la une de l’actualité et passionne bien au-delà des initiés.

36, comme le nombre de partants lors de la première édition remportée par le petit trimaran jaune Olympus Photo de Mike Birch, devant Kriter, le long cigare noir de Michel Malinovsky, pourtant presque deux fois plus grand. 98 secondes seulement d’écart qui feront entrer le multicoque et la route du rhum immédiatement dans la légende. Malheureusement, un autre fait de course, plus dramatique y contribuera également, la disparition jamais expliquée d’Alain Colas à bord de Manureva, l’ancien Pen Duick IV.

L’imagination pour seule limite

27 mètres, c’est la longueur du trimaran William Saurin mené par Eugène Riguidel, un géant à l’époque. La taille des navires sera ensuite progressivement limitée, notamment à 60 pieds (18.28m) de 1990, victoire mémorable de Florence Arthaud sur son trimaran Groupe Pierre 1 er , à 2006, édition remportée par Lionel Lemonchois dans le temps canon de 7 jours et 17h sur Gitana 11. Il faudra attendre 2010 et les 31.50m de Groupama 3 pour retrouver les géants.

Nautisme Article
Sill et Veolia de Roland Jourdain © MARCEL MOCHET

Solitaires à la barre de géants

3 victoires, c’est d’ailleurs le record exceptionnel établi par ce formidable trimaran mené initialement par Franck Cammas, puis en 2014 par Loïck Peyron sous le nom de Banque Populaire et enfin en 2018 par Francis Joyon sous les couleurs d’Idec. C’est le Fabuleux destin d’un dessin VPLP construit par Multiplast à Vannes, qui a également battu 2 fois le Trophée Jules Verne, le tour du monde en équipage ! La seule certitude c’est qu’il n’y aura pas plus grand sur la ligne de départ cette année, la classe Ultim limitant la longueur à 32m. Francis Joyon réalisera-t-il le doublé et son bateau un quadruplé ? Il faudrait une bérézina tout aussi cruelle qu’il y a quatre ans pour les trimarans géants, mais cette fois ils seront au moins six, au lieu de quatre, au départ.

Nautisme Article
© Route du Rhum

Le marathon devenu sprint

Diviser par 3, en 40 ans, le temps de parcours, à la voile et en solitaire, entre St Malo et Pointe à Pitre, c’est ce qu’ont réussi à faire, architectes, constructeurs et skippers. Les 23 jours et 7 heures de Mike Birch sont devenus 7 jours et 14 heures pour Francis Joyon. Deux hommes qui sont indéniablement proches dans leur démarche, dans la vision ascétique de leur sport. Le témoin est passé. En monocoque, c’est toujours le temps de référence de François Gabart sur le 60 pieds Macif en 2014 qui fait référence. Paul Meilhat en 2018 ne réussissant pas à faire mieux que 12 jours et 04 heure, record à battre.

Nautisme Article
Route du Rhum - Laurent Bourgnon© Christan Février

Quitter l’automne…

30% c’est le taux moyen d’abandons sur une transat réputée dure, partant au cœur de l’automne avec pour commencer une traversée du Golfe de Gascogne souvent périlleuse. Ensuite ce sont des alizés parfois capricieux, demandez à Stève Ravussin qui chavire à quelques jours de l’arrivée de la septième édition, alors qu’il est en tête avec un confortable matelas d’avance. La douceur des tropiques se mérite durement, et tous les concurrents ne goûteront pas la chaleur des eaux guadeloupéennes. Si les deux premières éditions et la dernière sont dans la moyenne, 1986 est la pire année avec 53% d’abandon. Malgré la mémorable hécatombe subie par les trop volages trimarans de 60 pieds, 2002 ne fait « que » 47% de dégâts. Pourtant avec seulement 3 bateaux à l’arrivée, victoire de Michel Desjoyeaux, pour 15 partants, cette édition signera la fin de la classe Orma.

Nautisme Article
© Alexis Courcoux

Avec plus de 100 inscrits, les écarts se creusent

Plus de 24 jours, c’est le plus grand écart enregistré entre le premier et le dernier, un record établi en 2018 mais qui n’a fait que croître. Avec la multiplication des classes, l’augmentation du nombre de concurrents et l’envol des géants ultims, les écarts se creusent. 4 fois le temps du premier sur les deux dernières éditions, le triple en 2010 et 2006, le double en 1998 et 2002. En 1978, le dernier à passer la ligne n’avait mis que 48% de temps en plus que Mike Birch le grand vainqueur. Le plus faible écart est constaté en 1990, Titouan Lamazou sur son monocoque Ecureuil d’Aquitaine, arrivant seulement 3 jours et 04 heures après Florence Arthaud pourtant en trimaran. Cette fois, il ne faudra pas traîner en route, car la ligne fermera le 4 décembre, soit une vingtaine de jours seulement après l’arrivée estimée du premier.

Nautisme Article
Route du Rhum - Ultims © Alexis Courcoux

Rares doubles vainqueurs

Enfin, ils ne sont que cinq à l’avoir emporté deux fois. Les doublés réalisés par Laurent Bourgnon en trimaran et Roland Jourdain en monocoque de 60 pieds restent dans toutes les mémoires. Mais l’exploit de Lionel Lemonchois, dit aussi « le bon choix », est tout aussi exceptionnel, vainqueur en Orma en 2006 et en Multi 50 quatre ans plus tard. Franck-Yves Escoffier quant à lui, mènera deux fois son trimaran de 50 pieds rouge, « Crêpes Wahou » à la victoire. Mais La Route du Rhum est aussi le rendez-vous d’amateurs particulièrement éclairés, à l’image de Pierre Antoine, vainqueur dans deux classes différentes et à 12 ans d’écart, entre 2006 et 2018 lorsqu’il devance tous ses concurrents, dont un certain Loïck Peyron, dans la catégorie Rhum Multis.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…