SailGP -Une deuxième place qui vaut de l'or

Régates
Mercredi 24 août 2022 à 11h30

Quatrième des 11 Grands Prix programmés cette année sur le circuit SailGP, le Rockwool Denmark SGP disputé à Copenhague a réussi aux Français menés par Quentin Delapierre qui réalise sa meilleure performance à ce jour, même si ce sont les Néo-Zélandais, littéralement intouchables, qui s’imposent dans un contexte particulier.

©Photo SailGP
Quatrième des 11 Grands Prix programmés cette année sur le circuit SailGP, le Rockwool Denmark SGP disputé à Copenhague a réussi aux Français menés par Quentin Delapierre qui réalise sa meilleure performance à ce jour, même si ce sont les Néo-Zélandais, littéralement intouchables, qui s’imposent dans un contexte particulier.

Sixièmes lors du Grand Prix inaugural aux Bermudes, quatrième à Chicago, premiers à Plymouth, les Néo-Zélandais menés par Peter Burling n’ont pas fait de quartiers dans les eaux nordiques en remportant l’intégralité des manches disputées, et donc le classement final.  Les deux premiers Grand Prix ayant été dominés par les Australiens et Tom Slingsby, les nations de l’hémisphère semblent s’être fait une spécialité de ces affriolants catamarans volants de cinquante pieds. Mais contrairement à la légendaire réplique de 1852 pour la première victoire de la goélette America, il y a bien eu un second sur les eaux danoises.

Anglais Out et vent aux abonnés absents

Avec à la barre, depuis un peu plus d’un an maintenant, Quentin Delapierre, l’équipe française dirigée par Bruno Dubois, a validé à Copenhague tous les progrès qu’on lui prêtait ponctuellement depuis le début de la saison. Ce quatrième épisode de ce circuit qui prend de la consistance au fil des années avait pourtant mal commencé pour deux raisons. Lors des entrainements déjà, le foiler britannique drivé par Sir Ben Ainslie, heurtait un rocher et devait déclarer forfait pour le Grand Prix. Il n’y avait donc que neuf bateaux sur l’eau vendredi matin, premier jour de régates devant la capitale Danoise. Las, le vent avait déserté le plan d’eau d’Øresund, et une pluie fine digne d’un automne breton tombait sur des équipages désemparés. Avec des « rafales » à 3 nœuds, même les engins à voile parmi les plus performants du monde, équipés d’ailes rigides hautes de 29 mètres ne peuvent pas faire de miracles. La première journée a dû être annulée.

Nautisme Article
© Photo SailGP Team France

En constante progression

Tout s’est donc joué sur la deuxième journée et en quatre manches, trois en flotte, puis une finale entre les trois premiers au classement pour déterminer le podium. La météo était cette fois idéale avec un vent de Nord entre 12 et 14 nœuds. Dès la première manche, les Néo-Zélandais prennent d’entrée les commandes pour ne jamais les lâcher. Les Français se montrent tout de suite à l’aise et sont longtemps seconds, mais une pénalité les fera rétrograder à la sixième place. Frustrés par ce coup du sort mais rassurés sur leur vitesse et leur maîtrise technique, Quentin Delapierre et son équipage, dont son ancienne coéquipière en Nacra Manon Audinet et le nouveau régleur de voile Kevin Peponnet, sont dans le trio de tête tout au long de la seconde manche. Doublés juste avant la ligne d’arrivée par les Australiens, ils terminent quatrième, mais les progrès sont flagrants.

Nautisme Article
© Photo SailGP

Une finale en forme de graal

La troisième manche décisive était donc décisive pour les deux places restant à conquérir pour la finale derrière des Néo-Zélandais intouchables. Après un bon départ dans le sillage des leaders, rapides au portant, opportunistes stratégiquement, ils sont devant à la fin du premier bord. Au prix d’une bataille homérique contre les Australiens, l’équipage tricolore termine deuxième de cette dernière manche, après avoir vu les Néo-Zélandais revenir de nulle part, impressionnants. Mais l’essentiel était acquis, les Français accédaient à la finale, pour la première fois cette saison, accompagnés de Danois comme transcendés par le fait de naviguer à domicile.

Nautisme Article
© Photo SailGP

Des kiwis imépriaux

Dans cette ultime « Podium Race », les Kiwis menés par Peter Burling continuaient sur leur lancée et ne laissaient aucune chance à leurs adversaires. Auteurs d'un très bon départ les tricolores ne lâchaient rien, gardaient le contrôle sur les locaux, et laissaient éclater leur joie sur la ligne d’arrivée. En constante progression, cette deuxième place avait pour eux le goût de la victoire et du travail très bien fait. Dans trois semaines c’est l’équipe française qui naviguera à domicile sur le Grand Prix de Saint-Tropez, les 10 et 11 septembre. Ils ne pouvaient pas beaucoup mieux préparer ce rendez-vous très attendu.

L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…