DOSSIER SPÉCIAL ROUTE DU RHUM
Destination Guadeloupe en partenariat avec

Route du Rhum – Destination Guadeloupe : Yoann Richomme – "Au moins être sur le podium"

Route du Rhum
Lundi 7 novembre 2022 à 18h32

Avec Francis Joyon en Ultim, Paul Meilhat en Imoca et Armel Tripon en Ocean Fifty, c’est le quatrième « corsaire » à défendre son titre de 2018 sur cette édition. Lui c’est sur un Class40 flambant neuf, et déjà revendu, qu’il prendra le départ mercredi. Forcément favori, c’est un Yoann Richomme particulièrement serein et détendu que nous avons rencontré à bord.

©Photo Alexis Courcoux #RDR2022
Avec Francis Joyon en Ultim, Paul Meilhat en Imoca et Armel Tripon en Ocean Fifty, c’est le quatrième « corsaire » à défendre son titre de 2018 sur cette édition. Lui c’est sur un Class40 flambant neuf, et déjà revendu, qu’il prendra le départ mercredi. Forcément favori, c’est un Yoann Richomme particulièrement serein et détendu que nous avons rencontré à bord.

Nous sommes à bord d’un bateau tout récent, quand l’as-tu mis à l’eau ?

Nous l’avons mis à l’eau le 7 juillet à Port Médoc et on a fait une première épreuve le 17 juillet, la Drheam Cup à Cherbourg. On a donc eu un début de projet sur les chapeaux de roue. On a un peu passé notre temps à courir après les réparations, la préparation, c’était hyper-intéressant, vraiment intense. Mais bon, on a rattrapé notre retard on va dire et nous sommes fin prêts.

Comment envisages-tu cette Route du Rhum en tant que tenant du titre et favori ?

Nous sommes là où nos voulions être avec un bateau prêt, on a bien bossé depuis janvier avec Corentin Douguet (NDLR : les deux skippers disposent de Class40 identiques, des Lift V2 un plan signé Marc Lombard Design Group) et on bosse ensemble encore jusqu’au départ. C’était très satisfaisant, on a accompli beaucoup de choses et je pense que ça va nous servir dans cette épreuve. Après, l’histoire du doublé, je n’y pense pas trop, on verra ça la deuxième semaine, quand on pourra compter les points. Après, je suis plutôt détendu puisque contrairement à 2018 je connais la suite du programme, donc c’est plutôt rassurant avec l’Imoca qui va à l’eau dans trois mois. Je n’ai donc pas de pression particulière par rapport à ça, contrairement à 2018 où forcément au fond de ma tête j’avais le manque de projet à suivre. Je venais de rater 2 ou 3 possibilités de faire le Vendée Globe, donc c’était une période satisfaisante sportivement mais frustrante au niveau projets. Mais là on est bien, détendu, et prêt à donner tout ce qu’on a pour faire le mieux possible, au moins être sur le podium j’espère !

Nautisme Article
© Photo Julien Champollion / polaRYSE

Vous n’êtes pas routés en Class40 et on sait que c’est l’un de tes points forts, alors comment fonctionnes-tu en course niveau météo ?

Jusqu’au départ on fonctionne avec le Pôle Finistère Course au Large. C’est Fabien Delahaye qui est en charge de notre préparation, conseil, stratégie, jusqu’au départ. Evidemment, 4 minutes avant le départ toutes ces informations là s’arrêtent. Après on récupère les fichiers météo GFS et CEP, les deux modèles globaux Américains et Européens, toutes les 12 heures environ, et puis on récupère aussi de plus en plus de fichiers de vagues, pour essayer de diminuer notre prédiction de performance quand la mer est formée. C’est un exercice pas simple dans lequel nous sommes rentrés depuis presque une dizaine d’années maintenant, avec des évolutions permanentes. C’est déjà difficile de prévoir les performances du bateau sur mer plate, alors venir les dégrader sur une mer formée c’est encore plus dur. On fait confiance aux réseaux de 0h et 12h pour la météo, car les réseaux intermédiaires peuvent être moins précis parfois. Il faut bien savoir comment sont faits les fichiers, les différents réseaux des fichiers pour savoir à quelle météo faire confiance. On est souvent à court de temps pour en faire plus, car il faut regarder de près les différents scénarii, pour nous, pour les concurrents selon leur positionnement, ça prend un peu de temps et il faut quand même s’occuper du reste, du bonhomme et du bateau. Il faut être très efficace dans notre prise de météo, savoir exactement où l’on va, avoir des solutions de back-up, des plans B pour récupérer les fichiers ailleurs quand le serveur a planté. Mais ça vaut partout puisqu’on a plan B d’ordinateur, de communication satellite internet, on a tout en double. En fait le gros du boulot, c’est de réunir pendant la saison, des données de performance de qualité, qui vont nous permettre de faire une polaire de vitesse de qualité, et ainsi pouvoir au mieux prédire notre route. Parce que ce qui est important c’est d’avoir les bonnes vitesses, les bons angles, pour avoir le bon timing météo pour passer au bon endroit. C’est ça qui est très difficile et c’est pour ça qu’on cherche à ralentir notre performance dans les vagues de la façon la plus réaliste, pour avoir le meilleur timing possible, ce qui avait été un petit peu la clé il y a quatre ans. L’analyse de la performance c’est Fabien Delahaye qui la fait depuis le début de l’année et comme on a tout enregistré à deux bateaux on est deux fois plus riches en données on va dire. On a en plus beaucoup d’expérience parce que Corentin (Douguet) m’a aidé à préparer la météo il y a quatre ans la Route du Rhum, donc on est tous les trois à fond sur ce sujet-là.

Une journée à bord en course, comment tu t’organises, est-ce qu’on barre un petit peu plus sur les Class40 que sur les autres bateaux ?

On barre très peu et plus le skipper est apte à bien régler son pilote automatique et moins il va barrer, puisqu’un pilote bien réglé barre au moins aussi bien que les humains, mais il ne fatigue pas. Du coup, si on sait régler son pilote automatique c’est comme si on était deux à bord. Personnellement c’est un sujet que j’apprécie beaucoup et je passe pas mal de temps à bidouiller mes pilotes, surtout qu’avec les nouveaux pilotes il y a beaucoup de réglages. Du coup je suis plus proche de 1% du temps à la barre je pense sur la Route du Rhum, voire de zéro en réalité. Parce que je sais faire barrer le pilote dans toutes les conditions et à part pour me faire plaisir ou avoir un peu de sensations, je ne vais pas beaucoup prendre la barre. C’est pour cela que je travaille beaucoup les positions de veille, pour être confortablement assis. Si tu regardes les autres Class40 je pense qu’il y en a très peu qui ont un aménagement pareil. Là je peux me coucher quasiment à plat, parce que ces bateaux au près c’est 25 ou 30 degrés de gîte, donc il faut pouvoir se pencher fort pour rester dans le siège et ne pas être éjecté. L’avantage c’est que je peux veiller avec l’iPhone qui est là avec la messagerie Telegram si j’ai besoin de quoi que ce soit avec mon équipe à terre, l’ordinateur pour faire la veille, la météo, la stratégie. Et là on va partir au près, donc le réglage principal c’est l’écoute de Grand-Voile ou tu charges et décharge la puissance du bateau. J’ai le winch qui est là, (il tend le bras vers l’extérieur) sans même faire un pas vers l’extérieur, je suis capable de rewincher ma GV ou de choquer d’autres écoutes que je peux ramener sur ces bloqueurs. Donc je peux être à l’intérieur quand ça bombarde sous spi, je peux choquer en deux secondes, sans même m’être levé. Et c’est toute cette économie d’énergie et de réactivité que je recherche pour gagner en performance. L’un de mes dadas, c’est toute cette ergonomie-là, pour être le plus en forme possible, être toujours dans une sorte de veille active, pendant laquelle je fais un petit somme, je me réveille, je vérifie que tout va bien. Je peux regarder la Grand-Voile par les hublots, je remets 20 minutes sur le réveil et c’est reparti.

Nautisme Article
Yoann Richomme à l'intérieur de son Class40, dans le siège baquet qu'il n'a pas prévu de beaucoup quitter sur cette Route du Rhum - © Photo François TREGOUET - MULTI.media

Quel regard portes-tu avant le départ sur la flotte Imoca que tu rejoindras bientôt ?

On fait un gros suivi de la flotte Imoca puisque nous sommes très intéressés par les performances de chaque bateau. Il y a une domination de Charlie Dalin sur le circuit qui, à mon avis, ne va pas s’arrêter sur cette Route du Rhum, sauf catastrophe pour lui, mais je pense qu’il domine très largement le sujet. On a hâte de les rejoindre. On regarde ce qu’ils font en termes de comportement dans la mer pour voir si nous on a fait les bons choix en termes de design bateau et ce qu’il pourrait y avoir à changer ou tester. Le bateau est prévu être mis à l’eau fin janvier.

DOSSIER SPÉCIAL ROUTE DU RHUM
Destination Guadeloupe en partenariat avec
L'équipe
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Gilles Chiorri
Gilles Chiorri
Associant une formation d’officier C1 de la marine marchande et un MBA d’HEC, Gilles Chiorri a sillonné tous les océans lors de nombreuses courses au large ou records, dont une victoire à la Mini Transat, détenteur du Trophée Jules Verne en 2002 à bord d’Orange, et une 2ème place à La Solitaire du Figaro la même année. Il a ensuite contribué à l’organisation de nombreux évènements, comme la Coupe de l’America, les Extreme Sailing Series et des courses océaniques dont la Route du Rhum et la Solitaire du Figaro (directeur de course), la Volvo Ocean Race (team manager). Sa connaissance du monde maritime et son réseau à l’international lui donnent une bonne compréhension du milieu qui nous passionne. Il collabore avec les équipes de METEO CONSULT et Figaro Nautisme depuis plus de 20 ans.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Charlotte Lacroix
Charlotte Lacroix
Charlotte est une véritable globe-trotteuse ! Très jeune, elle a vécu aux quatre coins du monde et a pris goût à la découverte du monde et à l'évasion. Tantôt à pied, en kayak, en paddle, à voile ou à moteur, elle aime partir à la découverte de paradis méconnus. Elle collabore avec Figaro Nautisme au fil de l'eau et de ses coups de cœur.
Max Billac
Max Billac
Max est tombé dedans quand il était petit ! Il a beaucoup navigué avec ses parents, aussi bien en voilier qu'en bateau moteur le long des côtes européennes mais pas que ! Avec quelques transatlantiques à son actif, il se passionne pour le monde du nautisme sous toutes ses formes. Il aime analyser le monde qui l'entoure et collabore avec Figaro Nautisme régulièrement
Denis Chabassière
Denis Chabassière
Naviguant depuis son plus jeune âge que ce soit en croisière, en course, au large, en régate, des deux côtés de l’Atlantique, en Manche comme en Méditerranée, Denis, quittant la radiologie rochelaise en 2017, a effectué avec sa femme à bord de PretAixte leur 42 pieds une circumnavigation par Panama et Cape Town. Il ne lui déplait pas non plus de naviguer dans le temps avec une prédilection pour la marine d’Empire, celle de Trafalgar …
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
METEO CONSULT
METEO CONSULT
METEO CONSULT est un bureau d'études météorologiques opérationnel, qui assiste ses clients depuis plus de 30 ans. Les services de METEO CONSULT reposent sur une équipe scientifique de haut niveau et des moyens techniques de pointe. Son expertise en météo marine est reconnue et ses prévisionnistes accompagnent les plaisanciers, les capitaines de port et les organisateurs de courses au large depuis ses origines : Route du Rhum, Transat en double, Solitaire du Figaro…